La Trinité-sur-Mer fête les 50 ans de la victoire d'Eric Tabarly dans la Transat anglaise en solitaire

-- Société --

Communiqué de presse de VinciCom
Porte-parole: Relations presse VinciCom

Publié le 11/07/14 18:50 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Il y a 50 ans, le 18 juin 1964, Eric Tabarly gagnait avec panache l'OSTAR, la célèbre Transat anglaise en solitaire et ramenait son trophée à bon port à La Trinité-sur-Mer. Une victoire essentielle dans la course au large moderne, remportée grâce aux qualités du marin et aux innovations du voilier imaginées par Eric : Pen Duick II, construit spécialement pour cette course dans un chantier local est le premier bateau en contreplaqué pour optimiser sa légèreté. 50 ans plus tard, son port d'attache, surnommé depuis « La Mecque de la voile », célèbre l'anniversaire de cette victoire au retentissement mondial. Elle a accueilli le 28 juin la mythique flottille de Pen Duick (I, II, III, V et VI) exceptionnellement rassemblée et accompagnée de centaines de plaisanciers. Le premier rendez-vous d'une série de festivités dédiées aux 150 ans de La Trinité-sur-Mer.

Samedi 28 juin dernier, les cinq Pen Duick (I, II, III, V et VI) ont donné rendez-vous à une centaine de bateaux de plaisance en baie de Quiberon pour s'élancer en flotte vers le chenal de La Trinité-sur-Mer. Une parade exceptionnelle puisque les Pen Duick, rarement rassemblés, naviguaient ensemble toutes voiles dehors jusqu'au port de La Trinité-sur-Mer.

Tabarly, précurseur, visionnaire, navigateur de génie

Né à Nantes, Tabarly découvre la navigation en baie de Quiberon sur Pen Duick, le bateau de son père. Devenu jeune officier de la marine, il passe tout son temps libre et sa solde à rénover Pen Duick dans les chantiers Trinitains.

Rêvant d'une victoire dans la Transat anglaise de 1964, il imagine un bateau révolutionnaire. Grâce à l'aide (et aux finances) de ses amis et des frères Costantini, il crayonne les esquisses de Pen Duick II et fait construire le bateau de ses rêves dans les chantiers Costantini, de l'autre coté du pont de Kerisper.

Spécifiquement conçu pour la course au large, Pen Duick II est pour l'époque un ovni. Ce ketch de 13,60 m construit en contreplaqué - une première pour un bateau aussi grand - mise sur la légèreté, contrairement aux autres bateaux de course fortement lestés : c'est un poids plume de 6 500 kg alors que le précédent bateau vainqueur devait déplacer 13 tonnes ! Pen Duick II va donner au déplacement léger ses premières lettres de noblesse. La course au large moderne était née.

Le 18 juin 1964, lorsqu'il gagne la célèbre Transat anglaise en moins de 28 jours, 3 heures et 56 minutes (soit plus de deux jours d'avance sur le précédent record !), Eric Tabarly lie à jamais son destin à celui du port de La Trinité-sur-Mer : victorieux et mondialement célébré, il ramène Pen Duick II à son port d'attache. Les Français découvrent ce héros, la course au large et La Trinité-sur-Mer.

La Trinité-sur-Mer, port d'héritage

Légende populaire, Eric Tabarly a suscité un engouement en France pour la voile et a fait naître une vocation chez des dizaines de skippers. Son esprit audacieux et visionnaire est depuis 50 ans bien présent dans le port de La Trinité-sur-Mer, où il a embarqué et formé de nombreux équipiers locaux, dont Kersauson, Caradec, Facque…

Aujourd'hui, le port de La Trinité-sur-Mer est le port d'attache de centaines de plaisanciers, mais aussi de dizaines de bateaux de course : Sodebo Ultime de Thomas Coville, IDEC, Safran, Actual… Chaque année, des courses de renom, telles que le « Spi Ouest France », « Le Tour de Belle-Ile », « l'Armen Race »,… attirent sur les pontons de La Trinité-sur-Mer des milliers de navigateurs rêvant tous d'un destin à la Tabarly…

La Trinité-sur-Mer, 150 ans et le c½ur tourné vers le large

Celle que l'on surnomme « la Mecque de la voile », s'apprête à fêter ses 150 ans durant l'été 2014. Les 50 ans de la victoire d'Eric Tabarly et de son retour à La Trinité-sur-Mer est le premier événement d'une série de festivités qui vont animer le célèbre port de Bretagne sud.

Pour la petite histoire, en 1864, une quinzaine de villages se dissocient de Carnac et forment la nouvelle commune de La Trinité-sur-Mer. Une indépendance désirée pour miser sur le développement du port. En effet : le petit port de pêche à l'embouchure d'un estuaire est doté d'un atout géographique exceptionnel. Protégé des vents, il bénéficie d'un tirant d'eau permettant d'accueillir de grosses unités. Port de pêche, de commerce, puis de belle plaisance dès le début du siècle, il devient le centre de toute l'activité trinitaine. Depuis l'exploit de Tabarly, la voile et la course au large est dans son ADN…

Informations complémentaires : Agence VinciCom / presse [at] vincicom.com / 02 97 29 07 74

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1565 lectures.
Agence de communication globale, relations presse/médias et production de contenus.
Vos 1 commentaires
Christian KOEGEL
2021-08-04 20:00:01
Tabarly toujours présent
Les grands ne disparaissent pas et la légende se contruit.
Toujours d’actualité.
Un précurseur et un grand timide.
Une volonté a toute épreuve.
Un homme … de mer.
Magnifique repittagece et commentaire. ???
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.