La synergie culture et entreprise peut-elle être le moteur de l'essor économique ?
Article de Philippe Argouarch

Publié le 5/02/12 19:00 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
24782_1.jpg
Jean-jacques Aillagon

L'ancien ministre de la Culture, ancien président du centre Pompidou, Jean-Jacques Aillagon, Breton de coeur installé dans les Côtes-d'Armor, animait ce vendredi 3 février dernier au Pavillon de Penvillers à Quimper, des rencontres Entreprises et Culture lancées par la Chambre de Commerce et d'Industrie de Quimper (CCI).

Cette première édition, animée avec entrain par Lionel Buannic, a rassemblé environ 200 chefs d'entreprises et acteurs du monde culturel. A noter que la première intervention d'Aillagon fut pour prendre la défense de la langue bretonne. Mosellan locuteur du francique (sa langue maternelle), Aillagon soutient la ratification de la charte des langues minoritaires et la modification de l'article 2 de la constitution.

Les antécédents

L'initiative de faire valoir les avantages d'une symbiose de la culture et le l'entreprise revient à l'Institut Culturel de Bretagne. La section "culture et entreprise" de l'ICB fut créée en 2001 à l'initiative de Bernard Gestin alors directeur de l'Institut et du président Yvonig Gicquel, ancien directeur de la CCI du Morbihan. D'après Bernard Gestin, "Cette section a connu un vif succès et comptait même parmi ses membres Yves-Thibaut de Silguy, DG du groupe Vinci, Jean-Jacques Hénaff ou bien encore Christian Guillemot, du groupe Ubisoft, un des leaders mondiaux des jeux électroniques." L'ICB a aussi organisé durant trois années consécutives, avec le partenariat des PME-PMI du Morbihan et du Finistère les semaines «Économie et culture en Bretagne». Produit en Bretagne est aussi champion de la symbiose entre Culture et Entreprise et l'Institut de Locarn a posé cette synergie culture-entreprise dans ses fondations.

On regrettera qu'aucun de ces antécédents ne fut cité dans l'introduction de Jean-François Garrec, président de la CCI de Quimper. Dans l'introduction, les territoires présentés furent la France et la Cornouaille. La Bretagne fut un peu oubliée en tant que territoire, n'apparaissant que pour dire que le Festival de Cornouaille était le plus important festival breton (se limitant à la culture bretonne). Néanmoins Jean-Michel Le Boulanger, vice-président de la région Bretagne à la Culture, a pu par sa présence, redonner la dimension bretonne à l'événement (voir la video).

Des exemples concrets

Des exemples concrets furent présentés et discutés par les protagonistes eux-mêmes. Il s'agissait de Brittany Ferries et du Musée départemental breton, de Finistère Assurances, du Bagad Kemper, de la Brasserie Britt (Brasserie de Bretagne) et de Z Productions.

La classe des créatifs

En ce qui concerne la théorie et le pourquoi au-delà du mécénat, des images de marques et des intérêts mutuels entre la culture et l'entreprise, Garlonn Bertholom de l'ESC de Brest a cité les recherches de Richard Florida sur la "classe créative". La classe créative comprendrait des ingénieurs, des scientifiques, des universitaires, des architectes, des artistes et des innovateurs. Cette classe d'acteurs peut déclencher un boom économique quand elle atteint une masse critique, d'après Florida. Le culturel serait un catalyseur essentiel.

D'après Florida, « la caractéristique de la classe créative est que ses membres s'engagent dans des travaux pour créer des formes ou des procédés nouveaux. La diaspora bretonne en est certainement une composante comme le bouillonnement culturel breton.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1486 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 1 commentaires
Jack Le Geun
2012-02-07 21:48:04
Intéressant cette histoire de forme. L\'innovation est dans la forme. Un exemple est l\'iphone d\'Apple (ou même le ipad). Dans le cas de l\'iphone il y a rien de nouveau. Toutes les technologies de l\'iphone existaient déjà mais la forme en elle même était tellement révolutionnaire qu\' Apple a détrôné Nokia et est devenu le premier producteur mondial de téléphones.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.