La start-up rennaise Surfact'Green lève 1,2 million d'euros
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 31/01/17 13:20 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Surfact'Green est une ancienne business unité de l’École Nationale Supérieure de Chimie de Rennes devenue judicieusement une start-up en octobre 2016, il n'y a même pas 5 mois. Elle développe, produit et commercialise des détergents verts. Ce sont des tensioactifs écologiques d’origine végétale aux propriétés remarquables.

Les tensioactifs actuellement sur le marché sont le plus souvent issus au moins partiellement de la pétrochimie et sont peu ou non biodégradables. Les nouveaux tensioactifs développés par Surfact’green proviennent de produits naturels tels que les algues ou les coproduits de la betterave à sucre. Ils sont synthétisés par chimie verte, biodégradables, éco-compatibles et peuvent servir dans plusieurs domaines industriels comme la cosmétique, les détergents, les émulsions bitumeuses, et même l'agriculture.

Surfact'Green confirme la percée de la Bretagne dans les industries vertes alternatives, notamment dans l'utilisation des algues mais aussi de toutes sortes de molécules marines aux propriétés étonnantes.

Philippe Argouarch

Document PDF 41688-cp_surfactgreen.pdf . Source : SurfactGreen

mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.