La révolution culturelle du Télégramme
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 1/07/09 18:09 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Dans le cadre des étés TIC en Bretagne, Anne Lessard, chargée des ressources documentaires et internet du Télégramme, a expliqué la mutation du journal vers le support Internet.

Elle a rappelé qu'il n'y avait toujours pas de modèle économique pour un site média, mais que le développement du site d'un journal était impératif. Dans un souci d'équilibre et d'intégration, les journalistes du Télégramme produisent dorénavant du contenu à la fois pour le journal et pour le site. Ils ont été formés au multimédia et le journal produit en moyenne 5 vidéos par jour. Malgré tous ces efforts de formations et d'intégration, Christophe Cariou, de Everydatalab, qui intervenait aussi lors de la rencontre intitulée "Quelle presse à l'heure du web 2.0" a fait remarquer que la plus part des sites web des journaux, y compris Ouest-France et le Télégramme, n'avaient toujours pas une UNE des lecteurs et composaient une UNE arbitrairement comme au bon vieux temps du papier et du tout puissant rédacteur en chef. Par comparaison, l'agence bretagne presse, qui est un média purement internet, a une UNE établie par les lecteurs depuis 2006.

Le site web du Télégramme se situe en 5ème position pour la PQR en France, avec 55 000 visiteurs uniques par jour et 255 000 pages vues par jour.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1885 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.