La Région Bretagne mobilisée contre le changement climatique
Communiqué de presse de Région Bretagne

Publié le 11/09/09 19:09 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Avec de nombreux représentants d'autres régions du monde, Jean-Yves Le Drian sera présent à Copenhague : « avec Christian Guyonvarc'h, vice-président en charge des questions internationales, je porterai la voix de la Bretagne et des régions, afin qu'au côté des États, nous soyons à la hauteur de l'enjeu ».

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

« Il est temps d'agir » : le président de la République l'a dit dans son discours du 10 septembre consacré à la stratégie de la France dans la lutte contre le changement climatique. Au côté de l'État, « qui ne fera pas tout », des entreprises et des citoyens, il a cependant omis d'en évoquer les principaux acteurs publics : les collectivités locales et singulièrement les régions.

L'ONU ne s'y est pas trompée en affirmant que « 80 % des mesures d'atténuation et presque toutes les actions d'adaptation au changement climatique sont conduites à l'échelon régional ou local » (Yvo de Boer, secrétaire exécutif de l'UNFCCC, 8 décembre 2008 à Poznan). À cet égard, dans le cadre de leurs compétences (transports collectifs, énergies renouvelables, recherche-innovation, formation, aménagement du territoire), les régions participent quotidiennement à la lutte contre le changement climatique.

La Région Bretagne est pionnière dans ce domaine. Elle s'est mobilisée afin d'associer les régions du monde aux négociations internationales pour atteindre l'objectif de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2050.

La première étape de cette mobilisation a été le sommet mondial des régions organisé par la Bretagne à Saint-Malo en octobre 2008 où se sont réunis 600 délégués issus de 99 régions, de 59 pays et auquel plusieurs agences des Nations Unies et la Commission européenne ont activement participé. C'est à cette occasion qu'il a été décidé d'installer à Brest le centre mondial d'expertise climatique ClimSAT, au service des régions des pays pauvres ou émergents.

À Poznan en décembre 2008 puis à Bonn en juin 2009, la Bretagne a conduit auprès des États les démarches des réseaux internationaux des régions pour que le rôle de celles-ci dans la lutte contre le changement climatique soit reconnu dans la négociation du post-Kyoto. Elle a reçu l'appui de plusieurs gouvernements nationaux et plus particulièrement du groupe Afrique.

Il faudra transformer l'essai à Copenhague où se tiendra la conférence mondiale sur le changement climatique en décembre prochain. C'est, en effet, lors de ce sommet que se décidera la suite du protocole de Kyoto. Les engagements chiffrés des États industrialisés pour la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020 et pour l'aide aux pays les plus pauvres, qui sont aussi les plus affectés par les dérèglements climatiques, doivent être à la hauteur des attentes exprimées par le secrétaire général des Nations Unies.

(voir le site) de “Copenhague 2009”.

(voir le site) , page du texte de l'appel de “Copenhague 2009”.

Service Presse de la Région Bretagne
Tél : 02 99 27 13 54
(voir le site)

Document PDF 16059_2.pdf Copenhague décembre 2009. Communiqué de presse.. Source : Région Bretagne
Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1101 lectures.
logo
La région administrative Bretagne.
Administration régionale
Site Patton
283 avenue du général Patton, CS 21101,
35711 Rennes cedex 7
Tél. : 02 99 27 10 10 - Fax : 02 99 27 11 11 Service Presse de la Région Bretagne
T. 02 99 27 13 54, F. 02 99 27 13 34,
courriel : presse@region-bretagne.fr
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.