-- Politique --

La propagande des LePenenchon

Chronique de Le Coadic (porteparole Yves-François Le Coadic) publié le 17/04/17 13:08

Le Pen et Mélenchon (en contracté LePenenchon) que l’on sait fort attachés à la disparition de la Bretagne (suppression de la région administrative pour l'une, refus de la réunification pour l'autre) sont devenus experts dans l'utilisation des nouvelles technologies d’information et de communication. Leur campagne est symbolique d'une utilisation massive et orchestrée des media sociaux dans un objectif de propagande. Tous deux continuent aussi à user de méthodes classiques comme les traditionnelles réunions publiques (1) mais avec, pour Mélenchon, de nouvelles dextérités évangélistes : hologramme à Lyon, marche sur les eaux à Marseille….

La propagande, action de diffuser, de propager, de faire connaître une idée, une théorie politique, qui vise à imposer une doctrine à tout un peuple (2) est une arme redoutable. Son utilisation sur le long terme par les LePenenchon a permis de rendre banales les réflexions ouvertement populistes des deux candidats. Ils promettent en effet de restaurer la grandeur et l’unité du peuple français au sein d’une « communauté nationale ».

Les mots de la propagande participent dès lors d’une tactique redoutable. Ainsi en est-il de l’utilisation du mot Peuple. Ce sont les deux seuls candidats sous la Ve République à avoir utilisé le mot peuple dans leurs slogans lors des élections de 2012 et 2017 :

Pour Mélenchon, en 2012 : “Place au peuple” ; en 2017 : “La force du peuple”. Pour Le Pen, en 2012 : “La voix du peuple” ; en 2017 : “Au nom du peuple”.

L’approche reste identique : énoncer de grandes promesses aux individus déçus du système, souvent victimes d’un contexte socio-économique défavorable, dresser les citoyens les uns contre les autres et jouer sur leurs peurs, leurs espoirs et leurs rêves. La propagande et les dangers qu’elle suscite sont donc toujours d’actualité. Mais de nouveaux mécanismes sont apparus.

Ainsi, les LePenenchon font grand usage des technologies Internet démultipliant leurs messages, leurs relais et leurs auditoires. Les “like” de Facebook, les “followers” de Twitter, les “abonnés” de YouTube des deux candidats sont de loin les plus nombreux.

Le passé fait malheureusement encore écho au présent et rend nécessaire une vigilance accrue contre cette menace permanente de la propagande sur Internet, où la force des images et des représentations peuvent servir des causes totalitaires.

Notes

(1) (voir le site) de L'Express, article Plantu : les gesticulations de Mélenchon sont une caricature.

(2) On rappellera à cette occasion l’exposition «Le pouvoir de la propagande nazie» qui s’est tenue du 26 janvier au 25 février 2017 à la mairie de Paris, en mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’Humanité, exposition qui dévoilait les mécanismes de la propagande pour mieux les combattre.

©agence bretagne presse

Cet article a fait l'objet de 1534 lectures.
mailbox imprimer