La possible réunification de la Bretagne : deux minutes sur France 2 ce 4 janvier

-- Media et Internet --

Article de OMEB
Porte-parole: Gilles Delahaye

Publié le 5/01/12 13:45 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

C'est le collectif 44=Breizh (voir le site) qui nous a informé hier soir et nous donne le lien : (voir le site)


En effet, au bout de 30 minutes 44 du Journal télévisé de la mi-journée sur France 2, ce 4 janvier, la question de la réunification de la Bretagne a été traitée pendant deux minutes. Mais elle n'a pas été présentée dans le sommaire en début de journal...

Annoncé comme « Et si Nantes redevenait bretonne, le vieux serpent de mer (...), certains habitants y sont farouchement opposés », on constatera en fait que le sujet n'est pas vraiment traité comme cela. La journaliste fait, outre l'amalgame trop courant de «Nantes c'est la Loire-Atlantique», le raccourci habituel mais faux « C'est le maréchal Pétain qui en 1941 a décidé de rattacher la Loire-Atlantique aux Pays de Loire... et aujourd'hui encore, certains habitants y sont farouchement opposés ».

– Au début François de Rugy aux abords du château des ducs de Bretagne, explique qu'« il faut des régions qui ont une plus grande force (...) ».

Pendant le “off” défilent quelques images de manifestations, certaines très anciennes, en noir et blanc, «à Rennes comme à Nantes» dit le commentaire... Des gros plans sur un tag 44=Bzh ou sur un autocollant “plaques de voitures pour le 44 avec le drapeau breton”, des images de la manifestation du 18 juin sur un léger fond de biniou-bombarde et avec ses flots de drapeaux avant le départ. Un montage rapide mais sérieux pour donner vite une vue de l'actualité et aussi de la durée de la revendication. Puis, sur le terrain, des «farouchement opposés» :

– Un passant rencontré près du château lui aussi : « Pas mal sont attachés à la Bretagne, et leurs racines, ils y tiennent, moi ça ne me dérange pas ! »

– Un autre : « Passionnant ! » C'est-à-dire ? « Qu'on en n'a rien à s'couer ! »

– Un autre passant, place de la cathédrale, un monsieur François Pinte, avec la tour de Bretagne en arrière plan très lointain, remet sur le tapis, là, oui, ce qui est le serpent de mer – celui que les opposants à la réunification avancent, qui n'ont en général rien de plus concret à dire – celui de la capitale !

En fait d'habitants «farouchement opposés» comme annoncé, c'est un peu faible...

Quel bilan peut-on tirer de ces deux minutes ?

• – Député de Rugy : pour et argumenté.

• – Passant 1 : indifférent mais pas contre, plutôt favorable pourrait-on dire. Avec une bonne promo, une bonne campagne médiatique, l'Omeb pense que c'est le type même de celui qui votera oui au référendum.

• – Passant 2 : totalement indifférent, sans argument. Sans opinion non plus. L'Omeb ne sait : Votera blanc ? N'ira pas voter ?

• – Passant 3 : totalement contre, avec un argument qui n'en est pas un. L'Omeb pense qu'il votera non.


Ce mini-mini sondage semble assez représentatif des opinions qui seront exprimées quand il y aura référendum. Reste à savoir dans quelles proportions. Il montre aussi le chemin qui attend encore les Bretons favorables à la réunification pour convaincre...

Ce dernier passant, oublie ou ignore que nombreux pays en Europe s'en sortent très bien avec deux villes fortes, dont les attributions ne sont pas les mêmes et se complètent au lieu de se disputer : La Haye et Amsterdam ; Cork et Dublin ; Porto et Lisbonne ; Edinburg et Glasgow...

En France, avons-nous une autre région qui aurait deux têtes ? Oui Rhône-Alpes avec Lyon et Grenoble. La Normandie si elle était réunifiée aurait aussi deux têtes.

En France, au lieu de s'entendre et répartir les compétences entre deux ou trois villes d'une même région il faut qu'on se laisse empoisonner par ces rivalités stériles. Au lieu de mettre sur pied une entente et un partage.

Pour la Bretagne on ne va tout de même pas dire que, d'une part, les «commissions mixtes» entre la Loire-Atlantique et la région Bretagne – en ralentissement certain – et, d'autre part quelques réunions Nantes-Rennes et Rennes-Nantes ne pourraient pas traiter vraiment le problème de la réunification et de sa mise en oeuvre.


Le Collectif 44=Breizh en profite pour rappeler la conférence “Qu'est ce qui bloque, qu'est ce qui débloque ?” et le repas de soutien aux inculpés de la Réunification qu'ils organisent samedi 7 janvier à Saint-Herblain. (voir notre article) et (voir le site)

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1473 lectures.
mailbox imprimer