-- La réunification --

La partition judiciaire : la fin de la dernière trace historique et institutionnelle de la Bretagne

La cour d'Appel de Rennes représente toute la Bretagne
La cour d'Appel de Rennes représente toute la Bretagne

De nouvelles menaces pèsent sur la Bretagne.

La réforme annoncée de la carte judiciaire poursuit l’œuvre de démantèlement de son territoire.

Selon les principes annoncés, la Cour d’appel de Rennes pourrait devenir celle du grand-ouest pour certaines compétences, et les Tribunaux de Loire-Atlantique passeraient sous la juridiction de la Cour d’appel d’Angers, pour se trouver en cohérence avec la région des « pays de la Loire. ».

Soit à la fois :

  • La dérive vers le grand ouest judiciaire, précurseur de la disparition finale de la Bretagne dans l’ouest vide,

  • la partition judiciaire de la Bretagne, ou la fin de l’unité judiciaire, dernière trace historique et institutionnelle de notre unité millénaire.

10 ans après le rejet par les Bretons de la réforme de la carte territoriale initiée par Rachida Dati, la machine à niveler avance toujours. La technocratie parisienne ne renonce jamais sous couvert de mise en cohérence avec la nouvelle organisation territoriale de la République. Une région/ une Cour d’appel et qu’importe si la région administrative des Pays de la Loire reste massivement rejetée par la population de Loire-Atlantique.

La technocratie est aveugle. Elle déshumanise, agissant comme si rien n’existait qui méritât d’être pris en compte, et certainement pas la Bretagne et sa réalité humaine. Qui parle de la Bretagne dans cette affaire ? Personne !

Cette réforme annoncée n’est pas qu’une banale affaire d’administration judiciaire, elle pose la question politique de la Bretagne. La Bretagne millénaire a-t-elle encore un sens dans l’ordre français ? Ce n’est pas à la technocratie parisienne de trancher cette question éminemment politique mais aux Bretonnes et aux Bretons.

L’incohérence n’est pas le fait des Bretons. Ce sont eux les victimes de la partition arbitraire de leur territoire, et qui exigent depuis si longtemps la réunification administrative. Pourquoi leur faire aujourd’hui payer le prix de cette incohérence ?

La Bretagne est une réalité dérangeante. Aussi doit-on l’effacer à jamais dans le grand ouest vide ou conforter le morcellement de son territoire historique.

La Bretagne doit prendre la mesure du piège qui lui est tendu. Si par inadvertance ou incapacité à s’organiser, elle laissait faire son démantèlement judiciaire, il serait vain de prétendre demain réunifier son territoire ou s’opposer à sa disparition finale.

Ce projet grand ouest, béni des jacobins, deviendrait notre tombeau, et par là-même, la fin de nos espérances de voir sauvegarder notre langue, notre culture ou de développer de manière autonome notre territoire.

Comment serions-nous breton demain, si notre vieux territoire venait à disparaître ? Quel sens aurait pour nous la France, si nous ne pouvions plus être breton ?

Bien sûr, les promoteurs du grand-ouest tâcheront de nous convaincre que la Bretagne ira beaucoup mieux lorsqu’elle n’existera plus.

Voici venue l’heure de vérité pour les Bretonnes et les Bretons, condamnés à défendre leur Bretagne pour montrer définitivement à Paris que la France n’a d’autre choix que de construire l’avenir avec elle et de profiter de l’énergie qu’elle recèle.

Si nous parvenons une nouvelle fois à maintenir l’intégrité de la Bretagne judiciaire, il deviendra possible d’envisager, demain, de mettre un terme à la maltraitance institutionnelle qui nous afflige depuis si longtemps.

La Bretagne est notre droit. Elle nous vient de nos pères et nous la léguerons à nos enfants. Elle est le socle qui demeure, lorsque tant d’autres choses évoluent défavorablement pour nombre de nos compatriotes en souffrance dans la mondialisation.

On rappellerait encore que la justice est étroitement liée à la Bretagne en la personne de saint-Yves, son saint patron honoré par les juristes à travers le monde. La justice est ce qui relie les hommes et leur permet de concevoir la vie ensemble.

Les juristes bretons refusent de voir l’œuvre de justice dévoyée pour asservir davantage encore notre vieux peuple.

Il n’est pas de saine justice que l’on rende sur le déni d’autrui ou, pire encore, sur sa propre ruine.

Pour répondre à la menace, la mobilisation doit être forte, intense et rapide, eu égard à la brièveté des délais.

Yvon OLLIVIER

Pour la coordination des juristes de Bretagne

Voir aussi : Jacobin State vs Vichy State: same harassment against Breton territorial integrity! par Parlement de Bretagne - Dael Breizh
Voir aussi : Nouvelle réforme de la carte judiciaire française : un danger pour les citoyens, un danger pour la Bretagne par Collectif des Juristes de Bretagne
Voir aussi : Tribunaux de Guingamp et Lannion : la Chancellerie ne veut rien entendre par Association de défense et de maintien des Tribunaux de Guingamp et Lannion

.
Cet article a fait l'objet de 1277 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Yvon Ollivier

Yvon OLLIVIER est juriste, auteur de l'ouvrage "la désunion française essai sur l'altérité au sein de la République" ed l'harmattan 2012 et membre de la coordination des juristes de Bretagne blog associé desunion-francaise.over-blog.com

Vos commentaires :

spered dieub
Vendredi 19 janvier 2018

Comment peut t-on agir ? Y a t-il une pétition en cours ?

Yann CHOUCQ
Vendredi 19 janvier 2018

Vous pouvez parfaitement faire connaître votre accord avec le texte de l'appel initial par un simple mail à l'un des 2 portes-parole qui y figurent et serez tenu

informé des actions et démarches proposées par la coordination. Si vous êtes juriste, vous pouvez également mentionner que vous êtes signataire et votre nom sera ajouté sur la liste.

Espérant avoir répondu à votre demande.

Cordialement.

Fañch
Vendredi 19 janvier 2018

Le soit disant lien institutionnel judiciaire est un lien de type colonial entre la ci-devant Région-colonie de Bretagne et la ci-devant région PDL qui intègre le Département-colonie de Loire-Atlantique et leurs Préfets-Gouverneurs. On veut casser ce lien pour créer la Méga-Colonie GRAND OUEST.

***** Il n'y a pas de partition judiciaire de la Bretagne :

vu que tous les tribunaux en Bretagne de Nantes à Brest sont des tribunaux de FAIT et non de droit (tribunaux putatifs)

Vu que la France n'a pas de légitimité en Bretagne, pas de titre de souveraineté, sauf par l'occupation coloniale comme en Algérie, Corse ou Nouvelle Calédonie.

Nous ne réécrirons pas le passé,

Cependant nous avons le devoir de le faire connaître !

Combien connaissent les noms de nos excellents Juristes de Bretagne ?

Combien connaissent les noms de ceux qui se sont opposés officiellement à l'Annexion, ont émis des "protestations" qui sont reconnues par le droit, les : Le Bozec, Moteil, d'Argentré, La Houssaye, De Botherel ...etc

Aussi bien l'Histoire de la nation de Bretagne, des Bretons et Gallots, que plus nécessairement le Droit Public de Bretagne. (qui n'est pas enseigné)

Malgré ce que l'on continue de faire accroire : il n'y a aucun lien institutionnel entre la Bretagne et la France, juste un traité et une Convention internationale de droit public : le traité de Nantes de 1499, qui sépare les 2 nations et leurs institutions.

(jamais enseigné auprès de la population)

On préfère enseigner l'heureuse Révolution bourgeoise et coloniale qui a fait des millions de morts.

Afin de justifier un état de fait : " la Bretagne est une colonie comme l'Alsace et les Basques, plus que la Guadeloupe" écrit l'historien Jules Michelet, l'inventeur du Roman national français.

Faute de transmission, et faute d'union entre les divers courants politique (contrairement à la Corse)

lorsqu'il n'y aura plus de combattants, il n'y aura plus de Bretagne.

Ne reste que des individus uniquement intéressés par leur intérêt personnel, comme aujourd'hui la vieille politique des élus de Bretagne : être reconnu par PARIS, faire plaisir à Paris, monter à Paris.

laou ar spazher
Vendredi 19 janvier 2018

Nous avons tous les jours un exemple lumineux, c'est celui de tous ces binationaux qui paradent dans toutes les sphères publiques et privées

de la République universaliste du vivre ensemble. Du ministre au moindre délinquant tout ce petit monde est multi-passeports, deux, trois voir

quatre nationalités pour certains heureux élus. Nous aussi entrons dans la danse et proclamons notre droit collectif à la binationalité franco-bretonne,

en effet au nom de quel principe serions nous exclus des pratiques courantes du plein droit et de l'exemplarité, de plus nos droits historiques

sont assurément plus anciens et mieux établis que les leurs.

Evit pezh a sell al lezioù barn ez eo anat e tle chom ar sez e Roazhon e-kenver ar pemp departamant, Breizh a zo disrannus !

Lheritier Jakez
Samedi 20 janvier 2018

Avoir notre organisation administrative parallèle:

J'ai un passeport Breton et j'ai voté avec.Je suis passé à des frontières avec.

Créer une société d'assurance Bretonne:

Exemple pour assurer nos sportifs en compétitions :matchs Bretagne/Ecosse,Bretagne/Catalogne,Bretagne/Pays Basque,etc..

S'assurer :Véhicule,Multirisque,

Créer une Mutuelle Santé Bretonne en s'inspirant de celle de l'Alsace.

Avoir une banque Bretonne.

Nos amis juristes bretons devraient nous conseiller sur ces idées.

la Réunification des organisations Bretonnes est à faire

Les Bonnets Rouges avaient émis une charte en 11 points,d'autres organisations ont leurs objectifs.

Extrayons ce qui leur est commun ,

Se Mettre au travail pour définir les méthodes d'actions:

-Juridiques,Reconnaissance internationale...

-démocratiques,

-financières,

-Electoralement:UNION BRETONNE

-Programme d'action sur le terrain en Bretagne et ailleurs.

JP. Touzalin
Samedi 20 janvier 2018

" la Bretagne est une colonie comme l'Alsace et les Basques, plus que la Guadeloupe" écrit l'historien Jules Michelet,

Pouvez-vous donner la référence complète de cette phrase SVP ? Ouvrage? Discours? Lettre? etc.

jo charruau
Samedi 20 janvier 2018

Lu dans le journaf OF, page L. Atl. du jeudi 18/01/2018, le rapporteur Dominique Raimbourg (ex député PS de Rezé 44 annonce : " il y a forcément des exceptions : comme dans les pdl. la loire-Atlantique doit rester du ressort de la cour d'appel de Rennes, la Vendée de Poitiers, les autres d'Angers"

On peut faire confiance à un normand ?

Fañch
Lundi 22 janvier 2018

***** à JP-Touzalin (tapez sur le net la phrase, vous aurez les références dont celle-ci dessous.)

-----extrait du Journal de Michelet de 1828 à sa mort. Lors de son voyage en Bretagne ----

Michelet : «  la Bretagne est une colonie comme l'Alsace et les Basques, plus que la Guadeloupe Jules Michelet » (jeudi 18 Aout)

Le Jounal de Jules Michelet : - Août – Voyage de Normandie et de Bretagne - ...

Lundi 15 : Assomption Morlaix-Brest ... Brest colonie française en Bretagne, ainsi que Nantes et Saint-Malo ...

Mercredi 17 : Brest Quimper par landerneau … Les Bretons envoient leurs enfants apprendre la France. Race dure : charniers conservés dans les villages ...

JEUDI 18 : de Brest .. parti à 3 heures de Quimper à Auray par quimperlé, Hennebont … la Bretagne est une colonie comme l'Alsace et les Basques, plus que la Guadeloupe .... En sortant de Quimperlé, premier dolmen, maison de korrigans …

Vendredi 19 . Auray parti à 4 h du matin ...pour locmariaker ...théatre sinistre de la guerre des Chouans … ces hommes au nez pointu, à l'oeil oblique….

Texte réédité par Viallaneix et Digeon, Édition Perrrine Simon-Nahum directrice de recherche au CNRS – Gallimard

Écrire un commentaire :

Combien font 9 multiplié par 8 ?

Publicités et partenariat