Le paradoxe de STX
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 26/05/16 8:56 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Alors que STX FRANCE, autrefois les Chantiers de l'Atlantique et encore autrefois les Chantiers de Penhoët (oui un nom un peu trop breton pour la Nomenklatura), ont décroché hier une nouvelle commande de trois paquebots de croisières pour un total de 14 navires en tout, la maison mère coréenne, STX LTD, est à vendre avec une dette de 4,2 milliards d'euros. Une liquidation judiciaire est probable. STX Lorient a déjà été vendu la semaine dernière à KERSHIP, mais STX Saint-Nazaire ne trouve pas de repreneur, d'autant plus que la valeur des chantiers avec un carnet de commande garni pour vingt ans ne fait qu'augmenter.

STX à Saint-Nazaire c'est 2 600 salariés et 5 000 sous-traitants.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 2 commentaires
Tristan
2016-05-26 10:35:53
Attention à ce qu'il y a d'écrit dans la presse concernant les fameuses commandes des paquebots pour RCCL. Ce sont des INTENTIONS de commandes uniquement. Donc restons prudent !! Toujours est-il, qu'il est vrai qu'en ayant des salaires bas, des investissements records et un carnet de commande plein, le prix des Ex Chantiers de l'Atlantique doit monter en flèche. Qui est preneur ?? A qui le tour??
(0) 
Reun Allain
2016-05-28 20:10:11
En l'état du carnet de commande bien rempli, seul un vrai industriel peut être candidat au rachat de STX.
A contrario cette bonne situation industrielle et commerciale n'intéresse pas les requins de la finance avides de gains immédiats par "restructuration" de l'entreprise avec à la clé des licenciements massifs du personnel.
Les engagements de STX (donc du futur repreneur éventuel) vis à vis de ses clients dont pénalités en cas de retard de livraison ne permettraient pas de jouer le risque d'une crise sociale dans les chantiers comme chez les sous-traitants.
C'est tout le mal qu'on peut souhaiter au personnel de nos entreprises.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.