La mystérieuse suspension de l'évêque de Quimper : règlements de compte à OK Corentin

-- Religion --

Dépêche
Par Christian Rogel

Publié le 19/05/14 17:26 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Mise à jour du 27 janvier 2015

Le 22 janvier 2015, le Bulletin quotidien de la salle de presse du Saint-Siège a publié l'annonce de l'acceptation par le Pape du renoncement à sa charge de l'évêque (suspendu à sa demande) de Quimper et de Léon en conformité avec le canon 401 du Code de droit canonique.

Cette annonce a été développée le même jour sur le site de la Conférence des évêques de France :

«Le Saint-Siège rend publique, ce jeudi 22 janvier 2015, la décision du Pape François d'accepter la démission de la charge d'évêque de Quimper et Léon que lui a présentée Mgr Jean-Marie Le Vert. Celui-ci a exprimé le désir de disposer d'un temps pour refaire ses forces, dans l'attente d'une nouvelle nomination qui pourra lui être confiée dans le futur.

Le Pape François a demandé à Mgr Le Vert de se rendre dans l'archidiocèse de Bordeaux pour offrir au Cardinal Jean-Pierre Ricard une collaboration pastorale temporaire.

Mgr Philippe Gueneley continuera sa fonction d'Administrateur apostolique jusqu'à l'installation d'un nouvel évêque dans le diocèse de Quimper et Léon».

Une décision papale inattendue et étonnante

Le 12 mai dernier, le porte-parole des évêques de France a annoncé une nouvelle stupéfiante : la suspension de l'évêque de Quimper et Léon, Jean-Marie Le Vert. Une telle décision extrêmement rare, - la dernière date de 26 ans -, a été soumise à l'approbation du Pape François sur le rapport de l'archevêque de Rennes, Mgr Pierre d'Ornellas, qui était venu passer deux jours à Quimper pour une médiation entre le clergé du diocèse et son évêque.

Langue de bois et interventions des conservateurs

Officiellement, « Le Saint-Père autorise Mgr Jean-Marie Le Vert, pour raison de santé, à suspendre jusqu'à nouvel ordre l'exercice de sa charge pastorale du diocèse de Quimper », mais, ce veut bien écrire la presse locale ne concerne qu'un comportement autoritaire de l'évêque qui, selon Laurent Laot, un des prêtres, aurait amené à ce que « progressivement, » (le clergé se serait) « retrouvé dans l'impossibilité de discuter avec lui sur des points ordinaires, sur lesquels » (il était) « en désaccord avec sa position » (Ouest-France, Quimper, 14 mai). Le même informateur de l'intérieur parle d'un « étau logique de comportement ». Cela fait deux esquives très typiques du langage ecclésiastique (« points ordinaires » et « étau logique ») dans la variété langue de bois.

L'intervention de Laurent Laot a provoqué une réaction publique de Philippe Abjean, professeur de philosophie au lycée catholique de Lesneven et connu pour avoir ranimé la pratique du pélerinage du « Tro Breizh » et avoir été à l'origine de l'établissement du parc de sculptures de Carnoët, appelé « La Vallée des Saints ». Il est choqué par le fait que « l'abbé Laot » ait exclu que l'évêque puisse revenir exercer à Qumper, car, il y voit l'introduction du suffrage universel incompatible avec l'obéissance au Pape. Pour qu'on comprenne bien le reproche principal qu'il lui fait, il signale que Laurent Laot a pris position pour le mariage pour tous. Sachant que l'évêque suspendu a appelé les catholiques à se rendre à la manifestation parisienne anti-mariage pour tous de mars dernier, les camps sont clairement délimités.

Un complot de prêtres de gauche contre un évêque orthodoxe, c'est la thèse de ceux qui ont appelé à un rassemblement dans la cathédrale saint-Corentin, à Quimper le 18 mai (300 personnes). Voir à ce propos, un communiqué en breton sur l'Agence Bretagne Presse (voir le site)

Qui est Mgr Le Vert?

Mgr Jean-Marie Le Vert, né en 1959, a suivi les cours de l'École navale de Brest et après avoir navigué sur la Jeanne d'Arc, est promu lieutenant de marine, mais, il résilie son contrat pour entrer dans un séminaire protégé par l'archevêque de Gênes, le cardinal Giuseppe Siri. La Communauté Saint-Martin qui le gère peut être classée comme très conservatrice, d'autant que certains anti-Vatican 2, les sédévacantistes, sont persuadés que le cardinal Siri a été élu pape en 1958, deux jours avant Jean XXIII, car on a vu la fumée blanche sortant du poêle de la Chapelle Sixtine, puis la Garde suisse se mettre en position devant Saint-Pierre avant qu'elle ne soit rappelée et que la fumée devienne noire. Comme d'habitude, il y eu un noir complot des progressistes pour faire renoncer Siri, trop anticommuniste, et propulser leur candidat révolutionnaire.

Il ne fait donc pas de doute que Jean-Marie Le Vert soit un homme très conservateur, ce que confirme le fait qu'il ait été l'un des tous premiers évêques nommés par Benoît XVI, fidèle successeur de Jean-Paul II. Il l'a été, alors, qu'il n'avait qu'une faible expérience de la vie habituelle du clergé diocésain, une sorte de commando papal envoyé en mission. Ses positions pro-actives sur le mariage pour tous ont pu choquer une partie des fidèles, dont beaucoup, même activement engagés dans les paroisses, sont tolérants à l'égard des homosexuels et, donc, de leur éventuel mariage. Parfois, il s'agit de pas se couper de ses propres enfants. En d'autres termes, le goût de l'évêque pour la navigation sur l'Odet ne lui aurait pas été utile dans la vie du diocèse.

Interrogations et perplexité

Une des réflexions les plus entendues est que la résistance du clergé et les démissions en cascade des hauts responsables ne peuvent pas expliquer à elles toutes seules la décision papale. Il y a eu un élément insupportable qui a aggravé les dissensions. Pendant des mois, l'actuel archevêque de Vienne, Mgr Schönborn, nommé par Jean-Paul II, a été la cible de manifestations publiques répétées d'un mouvement rassemblant 10% des prêtres, sans que Rome n'intervienne. Avec ses mots «points ordinaires » et « comportement », Laurent Laot nous invite, peut-être, à voir autre chose que des questions purement hiérarchiques. Il manque donc des pièces au puzzle, mais, elles finiront par nous parvenir.

Addendum du 23 mai

Ce jour est parue une interview de Mgr Guéneley (Ouest-France Finistère), en poste comme administrateur du diocèse depuis 4 jours qui précise être là pour longtemps et que Mgr Le Vert lui a paru «excessivement fatigué».

Il parle de «climat pas très serein», d'«absence de dialogue» et de la nécessité de «pacifier». «L'explication (sur l'absence de dialogue) demanderait à être affinée.» Consensus général sur le verrouillage de l'information.

Un exemple de demande de suspension par l'intéressé est celui de l'évêque de Bâle en 1995 et il a été réduit à l'état laïc et s'est marié. Il travaille au Service des migrations du Canton de Lucerne.

Christian Rogel

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 24765 lectures.
mailbox imprimer