La langue bretonne, anti-France par nature ?

-- Langues de Bretagne --

Chronique de JM
Porte-parole: Jacques Morvan

Publié le 22/02/20 15:26 -- mis à jour le 22/02/20 19:58

Le fond du problème que personne n'ose avouer publiquement, c'est que le choix d'une prétendue ''langue commune'' est un choix lié à une idée de puissance et donc de supériorité. La France pour peser économiquement devait peser militairement .Ce qui n'était pas le cas de la Bretagne qui a su peser économiquement sans passer par la puissance militaire mais au prix de devenir une cible de choix pour son voisin.

50077_1.jpginterdit

Pour peser militairement, il convenait à la France de neutraliser les voisins qui pouvaient l'être : la Bretagne, les Flandres, la Savoie, etc... Mais la ''neutralisation'' représentant des moyens disponibles non utilisés, il a fallu rendre les ''actifs'' pour les additionner à la puissance de la France. Pour les Européens, cette ''activation'' fut réalisée par la ''Francisation''... En clair, transformer l'étranger neutralisé en Français... La chose fut relativement simple pour les Flamands, les Alsaciens, les Savoyards... La chose fut plus compliquée pour les Corses et les Basques, voire totalement infructueuse pour les Bretons, car si ces derniers n'étaient pas farouches à l'idée de gonfler les rangs de la puissance France, ils restaient peu flexibles à l'idée d'être Français dans le sens où cela signifiait de ne plus être Breton.

Pour les non-Européens, ce fut par l'idée de défendre un idéal ''supérieur'' souvent présenté comme ''l’œuvre civilisatrice de la France'' qui serait un ''cadeau'' fait aux peuples ''inférieurs'', un cadeau qu'il convenait de protéger... Du fait de la résistance des Bretons à abandonner leur identité, les deux approches ont été mises en œuvre : la francisation par la notion des deux patries, la grande et la petite : on est ''Français'' même si on est autre chose, avec l'ajout de la notion d' ''idéal supérieur, cadeau à défendre''...

De fait, il convenait d'avoir une langue commune, une langue qui avait du sens en terme d'avenir... idem pour la culture, l'identité, le système politico-démocratique.... Abandonner la langue représentait le sacrifice douloureux mais nécessaire... Du fait, vouloir sauver la langue représente une remise en question de cet idéal supérieur et civilisateur (une trahison, une perte de sens moral...)

Les non-Européens (Africains/Asiatiques) se sont en partie libérés de ce discours moralisateur... Même en utilisant le terme ''langue régionale'', dans le contexte français vouloir préserver cette langue c'est de l'anti-France : non pas de l'anti-France comme une opposition belliqueuse, mais de l'anti-France par un affaiblissement de sa puissance. Du moins de la puissance que la France considère comme devant être la sienne. Les députés, sénateurs, haut-fonctionnaires sont totalement conscients du fait : d'où la volonté de faire mourir l'identité bretonne à petit feu, pour prétendre à un événement naturel/souhaité. Pour eux, il n'y aura jamais de volonté dynamique à faire vivre l'anti-France.

Les militants, élus, citoyens bretons ont en grande partie conscience du fait : mais la majorité d'entre eux ne l'assume pas... Actuellement, tout le monde sait que le 21e siècle va apporter un changement dans les esprits... La France est bloquée de partout dans l'unique but de maintenir les apparences de sa prétendue ''puissance'' et de sa prétendue ''œuvre civilisatrice''... (1% de la planète qui prétend diriger et guider le monde avec 6 autres pays).

Etre anti-France va s'assumer de plus en plus en Bretagne... non par agressivité envers la France, mais tout simplement parce que cela n'apporte rien de bon à personne, ni aux Bretons, ni aux Français. Le fameux ''cadeau civilisateur'' est devenu ouvertement un boulet au pied pour vivre dans le 21e siècle...

La langue bretonne, anti-France par nature, ne va pas disparaître... à moins que les Bretons décident de participer au maintien d'une chimère de ''puissance'' qui ne trompe plus personne... Or je pense que les gens ont autre chose à défendre que des chimères... Le temps du ''cadeau civilisationnel'' a vécu... La Bretagne va renaître, la France va soigner ses plaies, l'occident va se réconcilier avec lui-même...! L'avenir c'est une Bretagne brittophone avec des Bretons multilingues capables de pouvoir à nouveau dialoguer avec nos voisins sans avoir à prétendre à autre chose que d'être nous-mêmes ! Soit en gros, une situation banale qui représente le cas majoritaire des gens de cette planète.

Cet article a fait l'objet de 1060 lectures.
mailbox imprimer
Jacques est un chroniqueur indépendant
Voir son mur