Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
La généralisation du travail dominical, une inacceptable régression sociale
Suivant une logique toujours plus mercantile et libérale, le gouvernement Sarkozy relance la question du travail le dimanche. Le projet de loi en débat, propose deux nouvelles zones dans lesquelles
Nil Caouissin pour UDB le 10/07/09 7:14

Suivant une logique toujours plus mercantile et libérale, le gouvernement Sarkozy relance la question du travail le dimanche. Le projet de loi en débat, propose deux nouvelles zones dans lesquelles les commerces seraient autorisés à ouvrir tous les dimanches : les zones et communes touristiques d'un côté, et les périmètres d'usage de consommation exceptionnelle dans les agglomérations de plus d'un million d'habitants ou les zones frontalières de l'autre.

Sous couvert de laisser le choix d'ouverture le dimanche, le projet du gouvernement va accroître la concurrence entre les commerces et le risque est grand d'aboutir à une généralisation de l'ouverture des commerces le dimanche. A terme, le travail dominical s'imposera aux salariés qui de fait ne seront plus libres de choisir.

Lors du premier débat sur la question, le gouvernement se référait à un sondage selon lequel les citoyens seraient favorables à une ouverture le dimanche. En réalité, c'est à un salaire majoré qu'ils sont favorables. C'est donc l'augmentation du pouvoir d'achat et la place du travail dans la société dont il devrait être question.

Pour l'UDB, le travail le dimanche doit rester exceptionnel. L'UDB, s'oppose à ce « non-projet de société » motivé par la recherche du gain maximum et non par la recherche du bien-être. Elle ne peut cautionner une économie déréglementée où les citoyens devraient travailler toujours plus (à quand l'ouverture des magasins la nuit ?) pour espérer vivre convenablement.

Vos 1 commentaires
Ghildas Durand Touz, Dr Le Mardi 31 août 2010 23:27
Vraiment ! L'UDB ne sait plus ou se chercher des faire-valoir pour se faire valoir !
Le travail dominical ! L'UDB s'est-elle opposée à celui des Pompiers, des Gendarmes, de la Police, des Services Sociaux, des corps médicaux et para-médicaux ? Et mêmes des vétérinaires ! Sans parler des péripatéticiennes ! ? (Et aussi, pour être clair, des "michetons"). Que l'UDB arrête ses salades, bien fades mais, comme à l'habituel, au goût fort démagogique : la notion de Repos Dominical est d'origine chrétienne (dominical = dominus = le grand patron). En quoi une structure stalienne y serait-elle inféodée ? En quoi reprendrait-elle ce principe, plutôt que le repos sabbatique d'ailleurs ?
Et, de fait, avec ces raccourcis étymologiques, on en arrive au point important. Je connais des patrons de petites "supérettes", et autres structures de ventes alimentaires, ou autres encore, qui font en un jour dominical le chiffre d'affaire d'une semaine. Puisque ce sont des patrons : on n'a qu'à les guillotiner ! L'ennui, si on le fait, c'est qu'il n'y a plus de structure juridique (dans un État de Droit -s'entend) pour offrir une "situation" aux employés pendant le reste de la semaine ! Comme le disait le fameux philosophe Pierre Lance -- qui prédit, seul en son temps, dix ans à l'avance, l'effondrement du système totalitaire soviéto-communiste & stalinien : tout totalitarisme mêne à l'effondrement. Et comme il vit bien ! (du verbe voir). L'UDB veut retirer le pain dans la bouche de ceux qui en ont besoin, notamment le Dimanche (je pense aux femmes seules en fin de mois, je pense aux étudiants, aux chomeurs en fin de droits, etc. ..., et je pense aux jeunes & moins jeunes patrons en bout de course, dont le pire ennemi n'est pas le Sida, le cou-de-couteau de l'huissier dépéché par le Fisc, sa TVA, non : mais l'URSAAF .. sensée être un organisme bénéfique & au service (au sévice?) des cotisants ! En disant cela, ceux qui ne sont pas concernés, pouffaient de rire encore il y a peu. Ceux qui sont concernés, jadis, criaient. Maintenant : ils hurlent ! Nos bons intellectuels de l'UDB, quant à eux, continuent à penser, et même à réfléchir, car ils portent, eux, l'avenir du Peuple Breton sur leur sigle, en leur nom donc ! (comme on le sait par l'expression démocratique des urnes !). Et ils acceptent de facto aussi la misère, le chômage, le suicide de bien des gens à qui on aura refusé un travail dominical. Et heureusement que j'ai pu travailler au noir quand j'étais plus jeune ! Gh. D.T. , Dr., DHEE.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons