La force de dire non à l'engagement d'obéissance absolue !

-- Langues de Bretagne --

Chronique
Par Yvon Ollivier

Publié le 31/08/21 21:18 -- mis à jour le 03/09/21 10:52
53337_1.jpg
photo de l'assemblée nationale

La vérité absolue avance, imperturbablement. Elle tient à s’assurer de l’absence d’entraves potentielles à son rayonnement. C’est dans sa nature. Pour cela, il ne tient qu’à contraindre les associations à l’obéissance absolue avec le moyen de pression utile des subventions publiques. Qu’y a-t-il de mieux adapté que le secteur associatif pour cultiver, incarner et exprimer les libertés ?

La République a toujours eu peur des libertés. Elle contient en son sein une vérité absolue qu’elle ne veut surtout pas voir contester. Aussi a-t-elle préféré l’égalité mais pas pour l’égalité en elle-même, non, mais pour réduire la moindre différence. Et lorsque la différence disparaît, il n’y a plus d’opposition véritable à sa toute puissance.

Voici pourquoi le contrat d’engagement républicain, dont le contenu figure dans le projet de décret qui a été largement diffusé et a servi de base au débat, ne peut être signé en l’état sans ruiner nos libertés.

Le point 6 du formulaire, figurant dans le projet de décret, et détaillant les engagements à souscrire, engage à renoncer à « revendiquer sa soustraction aux lois de la République pour un quelconque motif », soit un engagement à l’obéissance absolue au Pouvoir.

Cet engagement à l’obéissance absolue est contraire à l’article 2 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui affirme le droit à la résistance contre toutes les formes d’oppression, comme barrage contre tout glissement totalitaire du Pouvoir.

On pourrait dire encore que les libertés associatives relèvent du domaine de la loi et qu’un décret ne saurait ajouter des entraves supplémentaires à leur exercice.

Comment, dans ces conditions, revendiquer encore l’existence du peuple breton alors même que « l’unicité du peuple français » soit la négation des peuples minoritaires , figure dans la tradition républicaine, au plus haut niveau des normes ?

Signer cet engagement reviendrait à nier l’existence du peuple breton dans l’espoir de pouvoir défendre sa culture. Où est la cohérence ?

Signer cet engagement reviendrait à renoncer à pratiquer l’immersion linguistique et à le revendiquer, ce que nous faisons actuellement, puisque cette pédagogie est désormais contraire aux lois de la République, selon le Conseil constitutionnel. On en dirait autant des signes diacritiques et de toutes nos revendications légitimes.

Nous ne pouvons pas renoncer à nos libertés, à nos droits fondamentaux , comme à la sauvegarde de nos langues, de notre patrimoine.

Nous connaissons aujourd’hui un véritable glissement du Pouvoir vers l’autoritarisme. Ce glissement repose dans l’essence d’une République construite aux dépens d’autrui, sur le dogme de l’inexistence des peuples, sur la certitude de la supériorité de la culture et de la langue française, et sur le libre droit de coloniser et d’assimiler tous les peuples inférieurs. L’âme de le République se situe de ce côté-là.

Nous attendions plutôt ce type de dérive de la part de l’extrême droite parvenue au Pouvoir, mais la technocratie parisienne l’aura concoctée avant que cela ne se produise.

Ceux qui exercent aujourd’hui le Pouvoir, soit la technocratie parisienne aidée de ses relais locaux, ont peur de l’éclatement général et de la forte progression de l’islamisme. Aussi se servent-ils de ce repoussoir pour faire reculer nos libertés et détruire définitivement nos langues et nos espérances de les voir sauvegarder.

La France est désormais coupée entre Paris d’un côté et de l’autre, les peuples et territoires, ce qui du point de vue de l’unité, est désastreux.

Il y a fort à parier que le « contrat d’engagement républicain » gêne moins les islamistes qui disposent de relais efficaces à l’étranger, que les minorités nationales dont les langues et cultures dépendent fortement des subventions. Nous sommes toujours au final, les principales victimes du système. Souvenons-nous de la loi Toubon.

Pour toutes ces raisons, « Bretagne majeure », qui veut être à l’avant-garde de la défense de nos droits humains et de l’émancipation de notre peuple, a transmis un courrier argumenté à toutes les associations bretonnes ainsi qu’à nos grands élus, comme aux partenaires de Corse ou du Pays basque, afin de les sensibiliser.

Il reviendra à la région Bretagne de se positionner sur l’allocation de subventions aux associations qui estimeront ne pas pouvoir signer.

La démocratie repose sur nos épaules, aujourd’hui. Elle demande un peu de lucidité, de courage et d’abnégation.

Il y en aura bien sûr qui protesteront en vous disant que ce n’est pas si grave, que la signature n’engage pas à grand-chose, qu’elle leur fait tellement plaisir et que ce n’est pas si important…

Je répondrais que la politique de la culotte baissée sur ce qui nous est essentiel, n’est jamais très porteuse et n’expose qu’à des événements fâcheux. Restons nous-mêmes.

On ne peut exclure, d’ailleurs, que le projet de décret soit amendé dans le bon sens suite à la pression qui viendra de la base.

Yvon Ollivier

auteur

mailbox imprimer
logo
Yvon OLLIVIER est juriste, auteur de l'ouvrage "la désunion française essai sur l'altérité au sein de la République" ed l'harmattan 2012 et membre de la coordination des juristes de Bretagne blog associé desunion-francaise.over-blog.com
Vos 5 commentaires
krys44
Mardi 31 août 2021

La démocratie n'est jamais un acquis pour toujours , c'est un combat quotidien . Le fascisme mène à la démocratie et le démocratie mène au fascisme ... La démocratie n'existe que par les rapports de forces . Le vote lui est une condition indispensable mais pas suffisante . Quand il n'y a plus de rapports de forces, ce n'est pas encore la dictature à la Poutine , mais c'est un régime autoritaire que l'on peut bien sur appeler "république" . Les mots finissent par ne plus avoir de sens ! Certains peuvent confisquer la république la démocratie à leur seul bénéfice . C'est la solution de facilité quand on est pas ou peu capable d'assurer d'assumer la plus haute fonction de l'État . Ces politiques destructeurs ne font que passer , les régions linguistiques et culturelles leur survivront avec ou sans leur consentement ...
Un peu de "publicité":
"Sur le bout des langues"
La lettre d'information (gratuite) consacrée au français et aux langues de France
Abonnez-vous : (voir le site)
Par Michel Feltin-Palas, rédacteur en chef de "LEXPRESS"
C'est très intéressant !

penn kaled
Mercredi 1 septembre 2021

Je partage le contenu de votre chronique ,mais il est des réveils douloureux qui sont bien tardifs .Depuis la genèse de cette loi j'ai tenté de sensibiliser sa grande dangerosité pour la démocratie ,du moins ce qu'il en reste .Il aurait fallu sensibiliser les parlementaires des territoires représentant les minorités de l'hexagone , comme les autres députés ,traumatisés par l'islamisme radical , se laissant abuser par le gouvernement , ils n'ont pas réfléchis aux effets pervers de cette loi .Un mouvement d'opinion global aurait du être lancé pour la faire échouer .Par contre le gouvernement sait parfaitement ce qu’il fait ,angoissé par la contagion des désirs d’émancipation de Catalogne ou de l'’Ecosse Comme il ne se fait pas d’illusions sur la capacité de cette loi à venir à bout des fous furieux de l’islamisme radical ou autres ,pas plus qu’elle ne va arrêter la violence qui dégénère dans les banlieues .Une république est dans sa définition un système d'organisation d'un pays ,en France sanctuarisée ,elle devient l'équivalent d'une religion intégriste .Nous sommes en une logique ou le pouvoir pourra désigner les ennemis du peuple ,l'équivalent de ce qui se passe dans les dictatures communistes ,sans compter que sous couvert de bonnes intentions ,ce passe sanitaire peut dériver vers un genre de crédit social à la française .Pire la population lobotomisée de part la crainte de l'effondrement de son niveau de vie et la peur globale des lendemains est prête à accepter cette dérive autoritaire .
(voir le site)

Alter Écho & Ego machin
Mercredi 1 septembre 2021

Excellente analyse et explication!

jakez Lhéritier
Jeudi 2 septembre 2021

Cela nécessite d'être logique aussi pour les associations bretonnes recevant des subventions des PDL.
Celles là font déjà allégeance .Elles peuvent signer ce "pacte de collaboration"!
Après tous les votes contre dit par les gouvernements français-référendum consultation,
Avec la réunification toujours repoussée,
Quelles sont les solutions à proposer aux bretons sans être obligés de mendier encore auprès des élus complices de tout cela ?
Un contre pouvoir financier breton est à construire pour constituer un budget et un programme de développement .
-Levée des fonds-bretons,sympathisants,particuliers entreprises,organisation internationales,
-Projets bretons à soutenir en priorité pluriannuel:
Scolaires,sportifs,développement des entreprises coopératives,et innovantes
Représentations internationales-

Boned ruz
Jeudi 2 septembre 2021

Il est toujours important de dater ce que l'on dénonce... Le NON Breton doit trouver des témoins sans quoi il sera à la merci d'une médiatisation amnésique... Le président de la République d'Irlande doit recevoir la lettre de Bretagne Majeur envoyée aux associations Bretonnes. De même le gouvernement du Pays de Galles . De même les autorités écossaises, Les autorités catalane et il y a sûrement des pays prêts à recevoir ce genre d'appel...Je me méfie de l'écriture de l'Histoire...Il vaut mieux s'extraire de l'encre française et s'écrire aussi sur d'autres livres... Cela peut servir. Le tribunal international aussi peut-être prévenu du refus breton.
Cet ensemble de témoins, me semble être une sorte de garantie sur la "vérité".
Le tribunal de la Haye semble avertir et vouloir prévenir, ce que l'on peut comprendre dans la dernière phrase du communiqué ci-dessous:
Dans un communiqué daté du 22 juillet 2010, la Cour internationale de justice de La Haye, donnant un avis consultatif, affirme que "la déclaration d'indépendance du Kosovo adoptée le 17 février 2008 n'a pas violé le droit international".
"... Nous déclarons que lorsqu'il y a contradiction entre la loi constitutionnelle d'un état et la volonté démocratique, cette seconde prévaut et nous déclarons que, dans une société démocratique, contrairement à une dictature, ce n'est pas la loi qui détermine la volonté des citoyens, mais c'est elle qui crée et modifie la légalité en vigueur".

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.