La fin des pays de la Loire : réunifions la Vendée et le Poitou

Titre : La fin des pays de la Loire : réunifions la Vendée et le Poitou Plaidoyer par Raoul Mestre l'avocat des Vendéens.

Éditions Unicom 2004, 94 rue Saint-Dominique 75007 PARIS. Prix : 10 euros

Ce petit livre publié déjà depuis plusieurs mois suscitera un grand intérêt parmi les nombreux Bretons partisans de la réunification de la Bretagne. En fait il apporte de l'eau au moulin breton. La réorganisation de l'Ouest de la France proposée par Raoul Mestre, un avocat exerçant à La Roche-sur-Yon, est la même que celle envisagée par Bretagne Réunie, l'association qui se bat depuis 30 ans pour la réunification de la Bretagne.

Une histoire similaire :

Les Bretons qui liront ce livre seront d'abord surpris de la surprenante similitude entre l'histoire de la Bretagne et l'histoire du Poitou. Le Poitou a été amputé de la Vendée (l'ancien Bas-Poitou), comme la Bretagne a été amputée de la Loire-Atlantique (l'ancien comté de Nantes).

Mais les similitudes remontent bien plus loin dans histoire. Le Poitou ainsi que la Bretagne ont été des États indépendants que se sont disputés les Français et les Anglais, les Bourbons et les Plantagenêts. Le roi de France Louis IX entreprit la conquête du Poitou mais c'est grâce aux Connétables Du Guesclin et Olivier de Clisson, deux Bretons au service du Roi, que le Poitou fut finalement conquis et rattaché à la couronne de France. À noter aussi, que Poitiers deviendra un centre calviniste, un peu comme Nantes, et que les guerres de religions firent leurs ravages dans les deux provinces.

Le Poitou et la Bretagne ont vu leur prospérité s'envoler pendant les deux siècles d'absolutisme de 1598 à 1789. Puis, pendant la Révolution, les deux régions furent la proie des guerres civiles que l'on connaît. Ce qu'on appelle la Vendée Militaire englobait en fait tout le Nord du Poitou, le Pays de Retz, le Vignoble nantais et les Mauges angevines. Contrairement à ce l'on pourrait croire, il n'y avait pas un Bas-Poitou catholique et royaliste et un Haut-Poitou républicain. La division était Nord-Sud bien qu'en allant vers l'est cette partie nord se rétrécissait et débordait vers l'Anjou. C'était un peu la même cassure pendant les guerres de religions. Fontenay-le-Comte et Luçon au sud de la Vendée, étaient plutôt protestantes. Ces rectifications historiques sont importantes car elles détruisent le mythe d'une Vendée de culture et de religion différentes du Haut-Poitou. C'est un peu comme si on disait que la Haute Bretagne était républicaine et la Basse Bretagne royaliste alors que là aussi la division était plutôt nord-sud. Le nord, à part le Léon, était plutôt républicain. Le sud était plutôt royaliste si on met à part la ville de Nantes.

Sous l'ancien régime, on notera les mêmes séparations linguistiques entre les campagnes et les cours. Les ducs de Bretagne parlaient français alors que les Bretons parlaient breton ou gallo. De leur côté, à la cour des comtes du Poitou, on parlait l'occitan alors que les Poitevins parlent une langue d'oïl, le poitevin-saintongeais, dont l'aire va des rives de la Loire aux rives de la Garonne. L'occitan commençant à l'est d'Angoulême.

Le livre inclut une bonne chronologie et de bons rappels historiques mais on déplorera toutefois que l'auteur n' explique pas clairement l'articulation entre les ducs d'Aquitaine et les comtes du Poitou.

Les Pays de la Loire : Une erreur historique

L'auteur est impitoyable avec la région Pays de la Loire. Il rappelle son origine dans les cartons de campagne de la Werhmacht. Ce sont les Nazis qui, installant une Kommandantur à Angers en 1940, furent à l'origine de cette entité territoriale. En fait, presque dans les mêmes limites que la région Pays de la Loire d'aujourd'hui. En 1941, un décret signé de Pétain et Darlan reprendra cette division pour y créer une région administrée par une préfecture de région, aussi à Angers. On devine que la collaboration entre le Gauleiter allemand et le super préfet français devait être plus facile — il suffisait de traverser la rue pour régler les affaires courantes.

L'auteur note que, dans les Pays de la Loire il n'y a aucun sentiment d'appartenance " aucune conscience de vivre sur un territoire commun". Un habitant du Mans et un habitant des Sables d'Olonne n'ont pas beaucoup de choses en commun sauf qu'effectivement ils parlent le même français. Il note que Nantes est toujours tournée vers la Bretagne et que la Vendée, qui représente la moitié du Poitou, a aujourd'hui un passé et une identité propres. Il démontre facilement que cette identité sera bien mieux intégrée dans une région Poitou-Vendée-Charente. La Vendée partage avec le Poitou, non seulement une histoire, mais un parler, une architecture romane,un style d'habitat et des coutumes.

Au chapitre 6, Raoul Mestre propose de " Concasser les Pays de la Loire ". C'est le titre du chapitre. Jeter cette région artificielle aux poubelles de l'histoire, en quelque sorte ! Il propose de faire du Poitou et de la Bretagne des régions de taille européenne certes, mais aussi des régions cohérentes ancrées dans une identité et une histoire.

Au cours d' une conversation téléphonique, M. Raoul Mestre déclara à ABP rester confiant dans l'avenir. Réagissant aux propos malencontreux du président du Conseil régional des Pays de la Loire, M. Auxiette, lui-même originaire de la Vendée, il déclara que rien n'était perdu. Il croit que M. Auxiette est un homme intelligent et donc capable d'évolution sur le sujet.

Philippe Argouarch

Voir aussi : Tributes Paid To Breton Language Campaigner par Editorial room

.
Cet article a fait l'objet de 3243 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

Combien font 3 multiplié par 7 ?

Publicités et partenariat