Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Dépêche -
la FDSEA : Tout fout le camp !
Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue hier à Quimper, la FDSEA à sonné la sonnette d'alarme sur l'agriculture bretonne. Contrairement à ce qu'on attendait, elle ne s'en est
Philippe Argouarch pour ABP le 5/09/13 12:02

Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue hier à Quimper, la FDSEA à sonné la sonnette d'alarme sur l'agriculture bretonne. Contrairement à ce qu'on attendait, elle ne s'en est pas prise à la distribution mais à ce qui se passe en amont dénonçant les dérives des coopératives d'achats créées il y a 40 ans et rappelant que 15 d'entre elles avaient été condamnées en 2010 à l'initiative de Bruxelles pour avoir fixé les prix. La FDSEA dénonce la trop forte concentration de ces coopératives donnant trop peu de choix aux producteurs. Elle dénonce aussi la variabilité d'une coopérative à l'autre mais aussi à l'intérieur d'une même coopérative où les prix varient en fonction des agriculteurs. Elle dénonce des bénéfices excessifs citant le prix d'une tonne d'avoine doublant pour simplement avoir été mise en sac. Les producteurs dépendent de ces coopératives pour l'achat des semences, des engrais, des produits phytosanitaires, des aliments, des compléments alimentaires, des produits vétérinaires et du matériel. L'augmentation du prix des [[intrant]s ont mis les agriculteurs dans une situation intenable. Concentration : la FDSEA fait remarquer que seulement six entreprises contrôlent le marché européen des produits phytosanitaires et 3 autres contrôlent 45% du marché des semences.

La FDSEA en appel à une "moralisation des pratiques des uns et des autres". "Il faut apporter plus de transparence" a déclaré Pascal Prigent, secrétaire général de la FDSEA et président de la section avicole. Un observatoire des prix va aussi être créé pour aider les producteurs à faire leur choix d'approvisionnements.

La FDSEA a aussi violemment dénoncé la taxe carbone "arrivant au pire moment", alors que les filières du poulet et du porc sont en pleine crise. Ayant analysé les trajets d'une côtelette de porc, la FDSEA à calculé qu'avant d'arriver dans votre assiette, la côtelette aura payé six fois la taxe carbone ! Le président à annoncé une action contre la taxe carbone sur toute la Bretagne durant toute la durée du SPACE à Rennes.

En ce qui concerne la fermeture prévue de certains abattoirs bretons comme celui de Lampaul-Guimiliau, la FDSEA ne semble émettre que des voeux pieux et des solutions à vraie dire assez vague. Elle propose une solution "collective" de "restructuration cohérente" au niveau régional...Beaucoup d'experts pensent que la solution ne peut passer que par des reformes qui remettraient en cause tout le système de fiscalité de l'entreprise et même le code du travail en France.

En ce qui concerne le poulet, la FDSEA rappelle qu'un tiers de la production va à l'export et que sans aide européenne tout est foutu. La FDSEA dénonce la mise à zéro des restitution au mois de juillet 2013. L'abandon définitif de ces subventions européennes qui permettent des prix compétitifs sur le marché international serait une condamnation à mort de cette filière, prédit la FDSEA.

Dans sa conclusion, Thierry Merret, président de la FDSEA du Finistère, fait appel à toutes les Bretonnes et à tous les Bretons pour qu'ils prennent conscience de la gravité de la crise et pour dire STOP !

Philippe Argouarch

Document PDF edito_rgional_terra_tm_aot_2013_vdf.pdf Edito de Thierry Merret du 26 août 2013. Source : FDSEA
Document PDF dossier_conf_presse_fdsea_130904.pdf le dossier de presse du 4 septembre. Source : FDSEA
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1315 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 4 commentaires
marc iliou Le Jeudi 5 septembre 2013 22:15
Un prix dans le système capitaliste cela se fait à la base, après il y a des intermédiaires trop nombreux sans doute , mais les grandes surfaces ne devraient pas pouvoir vendre au consommateurs plus bas que le prix paysans plus intermédiaires ou alors il va falloir que l'on m'explique ce capitalisme nouveau que l'on n'apprend en école de commerce ! la vente à perte étant soit disant interdite !
(0) 

Gilbert Josse Le Vendredi 6 septembre 2013 10:24
Le fait que Xavier Beulin soit le patron de la FNSEA et, dans les même temps, celui de Sofiproteol ne gène personne il me semble
(0) 

SPERED DIEUB Le Vendredi 6 septembre 2013 10:34
Il n'y a pas que Beulin !!! ,132629
(0) 

Emilie Le Berre Le Vendredi 6 septembre 2013 13:05
Ceux sont des industriels de l'agro-petro-chimie, leur paradigme énergivore est d'une autre époque, sans tarder ils vont disparaître. En effet tout fout le camp, mais quelle bonne nouvelle ! Nous avons en matière d'agriculture tant de chose à découvrir et à redécouvrir avec de la sueur et des larmes.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 5 multiplié par 8) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons