La disparition du Centre régional du livre en Bretagne

-- Cultures --

Communiqué de presse de OMEB
Porte-parole: Gilles Delahaye

Publié le 31/03/08 23:43 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Les 268 membres de l'association Centre régional du livre en Bretagne, régie par la loi de 1901, viennent de recevoir, il y a quelques jours, une convocation à l'assemblée générale 2007 qui se tiendra le lundi 7 avril prochain à 10 heures à Quimper et qui sera en fait une assemblée générale extraordinaire, suivie à 11 h 30 d'une assemblée générale de dissolution. Ainsi prendra fin une association fondée en 2002, co-financée par l'État et par le Conseil régional de Bretagne et ayant pour mission la promotion du livre en Bretagne.

Basé à Quimper, le Centre régional du livre aura eu successivement pour présidents Yannick Pelletier, Jacques Clément et Yves Bescond, mais n'aura jamais reçu d'orientations vraiment claires de la part de ses financeurs, ni disposé de moyens importants au service d'une politique ambitieuse pour le développement de la création littéraire,de l'édition et de la diffusion du livre en Bretagne. Il n'aura en particulier jamais été associé, même simplement à titre consultatif, à la politique régionale des aides à l'édition, mais il aura au moins été une structure démocratique et représentative des divers acteurs de la filière du livre en Bretagne.

Le CRLB va donc disparaître dans quelques jours, comme disparaîtra aussi l'Agence de coopération des bibliothèques et centres de documentation en Bretagne (COBB), fondée elle en 1985 et basée à Rennes.

Les personnels des deux associations sont repris par l'Établissement public de coopération culturelle (EPCC), Livre et lecture en Bretagne, qui a été créé, il y a quelques semaines par un arrêté préfectoral et dans lequel les acteurs du livre en Bretagne n'auront plus aucun pouvoir délibératif, mais seront indirectement représentés au sein d'un conseil consultatif.

L'association Musique et danse de Bretagne (ex Arcodam), jusqu'ici basée à Châteaugiron, près de Rennes, et l'association Théâtres en Bretagne, basée à Saint-Brieuc qui joue le rôle de lieu de ressource, de rencontre, d'information et de formation pour le théâtre et la création théâtrale en Bretagne, ont aussi fusionné, formant un autre EPCC.

Les personnels de ces deux EPCC vont être installés prochainement ensemble dans une ancienne école désaffectée et promise à la démolition dans les années à venir, rue Guy Ropartz, dans le quartier de Maurepas, à Rennes.

Cette transformation a suscité de nombreux remous chez tous les acteurs du domaine du livre en Bretagne – écrivains, éditeurs, libraires, bibliothécaires – dont beaucoup y ont vu un grave recul de la démocratie participative et une mainmise bureaucratique sur un secteur important de la vie culturelle de la Bretagne, conduisant de toute évidence à écarter de toute responsabilité réelle les représentants des professions du livre. Cette inquiétude est d'autant plus vive que le Conseil régional n'a toujours pas défini d'objectifs dans le domaine du livre en Bretagne et ne s'est donné encore aucune politique cohérente et bien lisible dans ce domaine. Son action paraît s'être bornée à financer en grande partie un (beau) stand collectif des éditeurs bretons chaque année au Salon du livre de Paris, à apporter au coup par coup une aide à un certain nombre de projets et d'opérations, dans la continuité de ce que faisait auparavant la précédente majorité, mais sans vision d'ensemble et sans réelle ambition pour la Bretagne, semble-t-il.

Les débats qui accompagneront «l'enterrement» du Centre régional du livre le 7 avril prochain, devraient probablement confirmer ce constat.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2044 lectures.
mailbox imprimer