Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Dépêche -
La culture est également concernée par l'écotaxe!
 Pour faire suite à l'article de Jean-Pierre Le Mat '' L'écotaxe en 12 points'', Patrick Malrieu, président de l'Institut Culturel de Bretagne, nous livre ses objections et réflexions quant à cette nouvelle taxe imaginée par quelques têtes ''pensantes'' de la centralisation et de la pensée unique réunies.
Louis Gildas pour ABP le 3/09/13 17:21

 Pour faire suite à l'article de Jean-Pierre Le Mat '' L'écotaxe en 12 points'', Patrick Malrieu, président de l'Institut Culturel de Bretagne, nous livre ses objections et réflexions quant à cette nouvelle taxe imaginée par quelques têtes ''pensantes'' de la centralisation et de la pensée unique réunies

Jean-Pierre Le Mat, quant à lui, est président de la CGPME 22 et membre du CCIB (Comité de convergence des intérêts bretons).

''Certains peuvent avoir tendance à penser "ceci concerne le monde économique et non la culture"... Ne nous y trompons pas !

 

Au-delà des conséquences directes, liées à l'écotaxe et évoquées dans la note d'info, c'est l'économie générale de la Bretagne qui est en danger, et donc ses emplois, son avenir...

 

En ce moment, la simple lecture de la presse est révélatrice pour qui veut bien s'intéresser à autre chose que son strict petit domaine d'intérêt.

 

En effet, la question de l'écotaxe n'est qu'un des aspects d'un problème plus général. Ce sont toutes les filières d'activité qui, les unes après les autres, annoncent un avenir catastrophique.

Qui a envie de revivre les années 50-60 avec 20 000 personnes condamnées chaque année à émigrer à la recherche d'un travail ?

 

Par ailleurs, force est de constater que si les difficultés rencontrées sont, par nature nécessairement différentes, l'analyse des causes faite par le monde agricole rejoint singulièrement celle que nous pouvons faire sur le plan culturel.

 

Les uns comme les autres, nous étouffons du fait du centralisme, de la pensée unique et des décisions technocratiques imposées aveuglément à tous, quelles que soient les différentes réalités régionales, du fait aussi du refus de toute dévolution, de l'autisme des partis politiques et du mille-feuille administratif stérilisant et budgétivore...

 

Ceci ne veut pas dire que nous ayons à soutenir inconditionnellement un modèle agricole ou économique dont tel ou tel aspect doit être critiqué ou corrigé.

 

En revanche, il ne s'agit pas non plus de se tromper de combat et de fermer les yeux face au risque de destruction de l'agro-alimentaire breton, soit la moitié de l'activité économique de la Bretagne !

 

Merci donc de votre vigilance et de la diffusion que vous pourrez vous-même donner à cette information. Sachons faire preuve de solidarité et de cohésion pour l'avenir de la Bretagne !''

 

logo
Louis Gildas est un reporter indépendant. Il a contribué à Armor Magazine, Bretagne Hebdo, et Ouest France, , AQUI TV, Radio Périgueux, Le Journal du Périgord. Collabore à L'Express, à France Bleu Limoges et à l'ABP.
Vos 2 commentaires
Yannig BARON Le Mercredi 4 septembre 2013 13:34
Il parait assez évident que dans la situation actuelle, tant économique que culturelle en Bretagne, c'est l'ensemble des Bretons qui doivent monter au créneau, pour manifester leur ras le bol... Monde économique plus monde culturel apporteraient un plus important à l'indispensable mobilisation générale...
Pourquoi ne pas se rassembler tous pour démonter proprement un portique écotaxe et le livrer à Paris pour l'installer dans l'autre sens ? Comme cela les camions ( et autres ensuite ) payeraient pour en sortir et l'argent servirait pour organiser les transports des régions éloignées ? Dans un pays qui nous parle tellement d'égalité, cela me semblerait plus logique que de faire payer ceux qui sont loin des marchés ?
Yannig BARON
(0) 

richard gironnay Le Samedi 7 septembre 2013 09:42
une ecotaxe sur le périphérique à Paris(voie gratuite comme nos routes bretonnes
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 7 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons