La Cour européenne des droits de l’homme a rejeté une plainte concernant l’interdiction de s’exprimer en tahitien à l’Assemblée parlementaire de Polynésie
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 13/10/10 22:45 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le tahitien reste interdit à l'Assemblée de Polynésie, c'est ce qu'en a décidé la Cour européenne des droits de l'homme.

Une élue à l'Assemblée de la Polynésie française, Sabrina Birk-Levy, avait porté plainte en 2006 devant la Cour de Strasbourg pour atteinte à la liberté d'expression et à la liberté de réunion et d'association. Elle estimait que l'obligation d'utiliser le français dans l'hémicycle constituait une discrimination à son égard et à celui de tous les Polynésiens qui utilisent quotidiennement le tahitien.

Les juges de Strasbourg ont rappelé que la Convention européenne des droits de l'homme ne protège pas la "liberté linguistique" en tant que telle, ni le droit d'un élu de se servir de la langue de son choix pour faire des déclarations et exprimer son vote au sein d'une assemblée. En fait la Cour s'est déclarée "incompétente". Elle a déclaré qu'elle "n'a pas à se prononcer sur le choix de la langue de travail d'un parlement national, dicté par des considérations d'ordre historique et politique qui lui sont propres".

La loi portant statut d'autonomie de la Polynésie française reconnaît bien la langue tahitienne, mais seulement comme "élément fondamental de l'identité culturelle". D'une façon générale, toutes les langues régionales, de France ou d'outremer, ont été reconnues comme patrimoine et inscrites dans la Constitution en 2009. L'article 2 par contre stipule toujours que le français est la seule langue officielle et que donc seul le français peut être utilisé dans les cours de justice, les administrations et les institutions.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1097 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 1 commentaires
yves le mestric
2010-10-16 01:50:04
Une seule solution: l'indépendance.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.