Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Chronique -
La Catalogne pour les nuls : trois questions à Ricard Camprodon
Pourquoi "Hommage à la Catalogne" ? Quel parcours scolaire pour le petit Catalan d'après guerre ? Et que s'est-il passé en 1978 ?
Fanny Chauffin pour Kerne Multimédia le 18/11/17 14:42
:
Réalisation :

Pourquoi "Hommage à la Catalogne" ? Quel parcours scolaire pour le petit Catalan d'après guerre ? Et que s'est-il passé en 1978 ?

Le roman de George Orwell "Homage to Catalonia" continue à être le livre de chevet de nombreuses personnes qui s'interrogent sur la portée révolutionnaire de l'action collective, la complexité de la guerre civile et la censure sur le communisme stalinien, comme en France. Ricard considère que Barcelone a vécu une "seconde guerre".

Ricard a été scolarisé en catalan à une époque où cela était interdit, mais il explique que Franco n'a jamais réussi, comme en France, à éradiquer les langues comme le basque et le catalan. Alors, dans certaines écoles, les enseignants "faisaient semblant" d'enseigner l'espagnol à la venue des inspecteurs, et reprenaient, quand ils étaient partis, leurs cours en catalan. Aujourd'hui, tous les enfants de Catalogne vivent un système immersif qui a d'excellents résultats, et l'espagnol, introduit quelques heures en CE1 avec l'anglais, est aussi bien connu des élèves que les hispanophones monolingues des autres provinces d'Espagne.

Dernière question, la constitution de 1978 : elle a entraîné des progrès considérables dans la société catalane, lui donnant beaucoup plus de possibilités de développement, et de façon officielle dans de nombreux secteurs, l'éducation, la santé... mais, comme en France, le gouvernement central garde l'énergie, la défense... et les finances.

Voir aussi :
Youtubeuse, docteure d'Etat en breton-celtique à l'Université Rennes 2 / Haute Bretagne, enseignante, militante des droits humains à Cent pour un toit Pays de Quimperlé, des langues de Bretagne avec Diwan, Aita, GBB, ...., féministe, enseignante, vidéaste, réalisatrice, conteuse, chanteuse, comédienne amateure, responsable depuis vingt ans du concours de haikus de Taol Kurun, des prix littéraires Priz ar Vugale et Priz ar Yaouankiz, ...
Vos 1 commentaires
Jacques Le Dimanche 19 novembre 2017 22:01
Encore une fois, nous admirons chez les autres ce que nous refusons pour nous même...
Sous Franco, les Catalans enseignaient la langue (de la maternelle au lycée) alors que c'était interdit et quand les inspecteurs arrivaient ils basculaient en castillan....
Nous en Bretagne, l'enseignement de l'histoire n'est pas interdite elle n'est simplement pas au programme, mais les professeurs bretons eux ne l'enseigne pas... au titre que ce ne serait pas autorisé.... c'est vrai, il ne faudrait pas que nos jeunes apprennent qu'ils ne sont pas Français... ça pourrait leur donner des idées comme les Catalans...
Et après cela les Bretons disent qu'il veulent soutenir les Catalans?
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons