La Bretagne incapable de devenir industrielle dans l'algoculture
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 23/03/09 7:13 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Au cours d'une conférence débat qui s'est tenue vendredi dernier à Locarn, Chistine Le Tennier, PDG de Bretagne Algues, a déploré l'inertie des Bretons vis a vis de l'or brun. La Bretagne serait en effet la première région mondiale pour sa richesse en algues mais l'exploitation de cette richesse pourtant renouvellable reste "à l'age de pierre au niveau de la cueillette" et les réglementation restent archaiques : "la législation date de Colbert" a declaré madame Le Tennier qui déplore aussi l'isolement des chercheurs et l'absence de concertations des acteurs de l'algoculture. Il y a en plus aucune traçabilité déclare t'elle. Elle se demande "pourquoi ne pouvons pas produire des feuilles de Nori pour les sushis ? "Le marché est effectivement énorme.

Christine Le Tennier est Bretonne et Canadienne. Son père, originaire de Gourin a emigré comme beaucoup de Gourinois vers 1955 au canada, ou elle est née. Au début des années 60, ses parents sont rentrés à Gourin et elle a grandi en Bretagne. Aprés avoir travaillé au Cannada, aux USA et en Asie elle a fondé "Algues de Bretagne". (voir le site)

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2056 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.