Les Bretons en désordre de bataille pour les régionales

-- Politique --

Chronique
Par Philippe Argouarch

Publié le 5/09/20 11:17 -- mis à jour le 09/09/20 08:31

Encore une fois, il semble de plus en plus probable qu’aucun front régionaliste rassemblant les autonomistes et les indépendantistes de gauche comme de droite ne sera possible aux élections régionales de 2021 en Bretagne, comme c’est le cas depuis plusieurs élections en Corse avec le succès que l’on connaît.

Aux dernières municipales, la Bretagne faisait à nouveau bande à part puisque de nombreuses grandes agglomérations urbaines en France ont vu la victoire des Verts, mais pas en Bretagne où le PS a maintenu son pouvoir et où les maires PS ont été réélus.

Que va-t-il se passer aux régionales ?

Le modèle agricole à l’origine de la fracture

En Bretagne, sauf à Lorient et à Nantes, les alliances entre le PS et les Verts sont impossibles. Pour rappel en 2010, aux élections régionales, Jean-Yves Le Drian avait refusé au second tour une alliance avec EELV-UDB. Pourquoi ça ? Les enjeux de l’agro-business sont ici énormes. Traditionnellement le PS soutient l’agro-business breton car il est le principal créateur d’emplois et de richesses. C’est la première industrie bretonne. De son côté, EELV prône un modèle différent, moins productiviste, voire une décroissance. L’agro-bashing, qui a atteint son paroxysme avec la crise des algues vertes, puis avec celle des pesticides, a engendré une fracture qui empêche toute unité de la gauche en Bretagne, même au deuxième tour des élections.

Morcellement

Le rassemblement des gauches bretonnes que le sénateur Ronan Dantec avait organisé au Palais des Congrès de Lorient, le samedi 29 août, fut juste de la poudre aux yeux car, si tout le monde est venu : EELV, l’UDB, le PS, le Parti communiste, rien n’en est sorti. Aucune union et encore moins de liste commune ou même d’accords pour le second tour.

La gauche va donc se présenter aux régionales sous une multitude de listes : le PS sous la houlette du président sortant Loïg Chesnais-Girard, qui ferait alliance au second tour avec, non pas les Verts , mais avec La République en Marche.

L’UDB, qui n’a plus d’élus au Conseil régional depuis 2015, va décider le 19 septembre de sa stratégie. Une tentative d’élargissement avec l’extrême gauche bretonne a déjà eu lieu si on en croit un article du Télégramme dans lequel on retrouve des membres de l’UDB comme Gael Briand ou Nil Caouissin aux côtés de militants de l’extrême gauche indépendantiste fanatiques de la lutte des classes comme Laëtitia Fitamant ou Gael Roblin, élu au Conseil municipal de Guingamp avec seulement 189 voix au premier tour.

L’article du Télégramme ferait penser par son titre que le mouvement « Ensemble sur nos territoires » est une liste électorale, mais pas du tout, comme a tenu à le préciser Gael Briand, rédacteur en chef du mensuel Le Peuple Breton.

Il y aurait donc au minimum quatre listes de gauche au premier tour des régionales de 2021 en Bretagne : PS, EELV sans doute avec l’UDB, sans oublier la France Insoumise alliée avec le PC. Selon Gael Briand, une liste commune EELV-UDB est possible dès le premier tour, cela sera une des options discutées et décidées le 19 septembre. Une autre option qui sera discutée est une alliance avec le couple Troadec-Molac. Christian Troadec, le maire de Carhaix réélu avec brio aux élections municipales a rencontré le député régionaliste Paul Molac le 4 août dernier et on a bien compris qu’ils avaient l’intention de présenter une liste.

Quant à Daniel Cueff, l’ancien maire de Langouet, fondateur en 2009 du parti Bretagne écologie, connu ‘nationalement’ pour son arrêté anti-pesticide, il a l’intention de présenter une autre liste verte indépendante, et selon ses termes « transpartisane  ». Que l’UDB fasse alliance avec lui n’est pas totalement exclu vu qu’en 2015 ils avaient fait cause commune au sein de OUI la Bretagne.

A Droite

A droite Marc Le Fur du parti républicain sera probablement tête de liste du groupe Droite, Centre et Régionalistes mais ce n'est pas encore officiel. Toute alliance avec LREM est exclue, a tenu à préciser Marc Le Fur lors d’une réunion du groupe d’élus de droite qui s’est tenue vendredi 4 septembre à Saint-Malo.

La République en Marche (LREM) ferait une alliance avec le MODEM dès le premier tour.

Les intentions des partis bretons du centre droit, le Parti Breton et Breizh Europa ne sont pas encore connues. Le PB prendra une décision fin septembre. « Pour le moment rien n'est décidé concernant les alliances. La journée d'automne du Parti Breton sera consacrée aux différentes possibilités d'alliances pour les régionales et nos militants décideront », a déclaré un porte-parole.

L’extrême droite française, le Rassemblement National, sera de toute évidence emmenée par Gilles Pennelle, élu sortant au Conseil régional, porte-parole du groupe RN et membre du Conseil national de ce parti.

mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

jo charruau
Samedi 5 septembre 2020

Les gens ne connaissent pas leurs élus de leur département respectif, ni de leur région administrative.

Un tiers des électeurs se déplacera, que l'on le déplore ou pas.

En Loire- Atlantique, département et métropoles drivés par le ps, eelv et udb , les scores vont être serrés.

Malheur aux listes qui se positionneront contre la réunification de la Bretagne à cinq départements.

L'émiettement des voix , le morcellement des idées, les lobbyes guettent cependant.

Oui il est possible de concilier assemblée B5 , économie et transition écologique.

Muichka
Samedi 5 septembre 2020

Que quelqu'un m'explique pourquoi les forces bretonnes ne peuvent se réunir, surtout pour des élections "régionales" ? Je crois que cela s'était fait en Loire-Atlantique pour les deux derniers scrutins.

P. Argouarc'h explique bien que les Corses, et cela fut dit pat P. Alfonsi lors d'une table ronde organisée par Breizh Impacte il y a deux ans, "c'est l'union qui a permis de décoller". Bon, leur problème était de passer de 15 % à 25 % puis à 45 %,, nous notre problème, c'est de passer de 3 % à 12 %, où l'on se fera entendre. Raison de plus pour se serrer les coudes.

LReM ne sachant pas se débrouiller tout seuls, ils vont s'associer avec le PS local B4. Le Boulanger, ayant senti le vent tourner, va s'en aller. Bravo, Monsieur.Mais l'Emsav a besoin de vous. Je me souviens de votre discours à Bains/Oust, pour l'inauguration du mémorial Nevenoe.

De l'autre côté, Rugy (LRem aussi) veut s'engager en PDL.

Si on continue comme cela, sans union des Bretons, c'est la fusion PDL-BZH. Attention ! Dans moins de six mois, les dés seront jetés, les listes arrêtées.

Et future PDLB ne voudra pas dire Partisans Décomplexés de la Libération de la Bretagne ! Non, cette nouvelle région Grand-Ouest essaiera juste de garder un peu de Bretagne dans son nom, pour nous faire croire que Bro Naoned rejoint la région Bretagne.

[censuré] qu'ils sont, et naïfs sont les militants UDB de ne pas jouer l'union avec toutes les forces bretonnes.

Quand je pense par ailleurs que certains à Nantes, ayant créé une association nanto-nantaise, essayent de monter une réunion avec les "politiques" – des sous-fifres viendront – pour demander une consultation, ou un référendum, je n'ai pas compris, et ils applaudissent des deux mains la demande de Grosvalet (PS, CD44) à l'État de le faire, alors que Bretagne Réunie, organisateur, lui demandait une consultation locale dans cette pétition des 100.000,.

Tous les militants bretons le sont-ils réellement ?

Anne Merrien
Samedi 5 septembre 2020

Aspirant toutes les ressources et faisant le vide autour d'elles, les métropoles de Rennes et de Nantes se moquaient éperdument d'être à la tête de régions ridicules : Bretagne croupion ou pays bidons de la Loire. Sauf qu'avec la réforme territoriale, ces deux régions ne sont plus seulement ridicules mais aussi ridiculement petites (en comparaison avec les méga-régions).

Une rumeur circule donc comme quoi ce serait le dernier scrutin en format B4. De toute évidence, on va nous sortir de nouveau des cartons la fusion B4+PdlL : une région toujours aussi ridicule mais plus grande.

Dans toutes ces listes, lesquelles sont vraiment pour la réunification B5 et réellement contre la fusion?

Muichka
Samedi 5 septembre 2020

@ Anne Merrien :

Comment faire en sorte que les Bretons sachent dire que, Gast, ils en ont marre des divisions ?

Je suis convaincu que si une liste "d'intérêt breton", revendiquant fortement son souci d'émancipation de Bretagne, pourrait avoir un écho. Suffisant en B4 pour être au 2nd tour*.

Hélas, les partis politicards se positionnent. Il eût été mieux que, avant l'association avec une liste dite citoyenne, politiquement marquée, fût négociée avec tous les amis Bretons une "liste bretonne". car ce mot "citoyen", en plus, je ne l'aime pas. C'est celui employé par Robespierre, Charrier.

(*) Pour les PDL, il faudrait travailler différemment, avec une liste revendiquant la création d'un Gand Val de Loire, jusque St-Florent-le-Vieil, et le rattachement de Bro Naoned à BZH.

Anne Merrien
Samedi 5 septembre 2020

C'est horripilant d'être traités de Ligériens alors que nous sommes Bretons. Il y en a marre des cartes tronquées de la Bretagne.

La réunification n'a pas forcément de lien avec l'émancipation de la Bretagne. Vu l'impuissance des politiques publiques, les militants de la réunification auraient tort de se disputer sur des questions sociales ou écologiques. La réunification est un problème institutionnel, plus facile à résoudre (en théorie) que le chômage ou la pollution.

Jean Louis Le Corre
Samedi 5 septembre 2020

Bof ! Et si finalement y'avait une "région"elargie B4+PDL ça permettrait peut etre enfin de récuperer les 44 dans le giron breton ! Nantes en serait sans doute la capitale ..'Vu le shema jacobin habituel ...Ensuite faire comme les Alsaciens créer une fusion EPCI B4+44 collectivité unique ,ce qu'il resterait des "PDL" pourrait rejoindre alors la région Centre et faire un "Val de Loire " cohérent :Angers,Tours Le Mans,Orléans ...e ne sont pas les villes qui manquent pour "Prefecturer cette nouvelle region Angers,Tours,Orléans,Le Mans ...Nos amis Vendéens retourneraient dans leur cher Poitou ...

Anne Merrien
Dimanche 6 septembre 2020

Lorsque la régionalisation a été mise en place (disons en 1972), avec une Bretagne à quatre départements seulement, on a pensé qu'une telle absurdité ne pourrait pas durer...

Quand la fusion B4+PdlL aura lieu, on pensera qu'une telle absurdité ne pourra pas durer...

Pierrick MORIN
Dimanche 6 septembre 2020

Je fais le pari que très prochainement une liste "large" régionaliste va éclore ... avant fin septembre !

Killian Le Tréguer
Dimanche 6 septembre 2020

Je n'arrive pas à voir le moindre intérêt, début d'intérêt, dans tous les domaines à une fusion B4-PdlL. J'appelle cela la capitulation en rase campagne, la médiocrité dans toute sa splendeur qui montre que les bretons n'ont absolument aucune foi dans leur pays et sont prêts à tout et n'importe quoi pour renier leurs origines.

@ Jean Louis Le Corre : "Ensuite faire comme les Alsaciens créer une fusion EPCI B4+44 collectivité unique"

Mais vous y croyez réellement à ce que vous dites ?

Anne Merrien
Dimanche 6 septembre 2020

On ne peut pas comparer avec l'Alsace :

- Les Alsaciens pouvaient se plaindre sur place, le Conseil de l'Europe siègeant à Strasbourg.

- Ils bénéficiaient déjà d'une vraie région Alsace, alors que nous partons d'une fausse région Bretagne.

jakez Lheritier de St Nazer
Dimanche 6 septembre 2020

Pour beaucoup de "responsables de confettis politiques bretons" ,ce sont des strapontins qu'ils veulent et des petites positions de notables.

Nous ce sont des actions concrètes:

Quels sont les points communs bretons aux "idéologues" de tout bord en Bretagne?

Faire un programme commun en 10 points maximum est ce impossible?

Le petits jeux politiques nous éxaspèrent.

Candidats bretons de B5 unissez vous.

Agissez dans les organisations sociales,culturelles,sportives... bretonnes.

Il y a un grand besoin de relève de la génération, qui s'en va.

Muichka
Dimanche 6 septembre 2020

@Jakez Lhéritier (eus St-Nazer) et à tou(te)s

Vous avez raison, dans l'absolu, mais cet article pointe bien que certains partis préfèrent s'allier – et donc oeuvrer – contre la Bretagne.

J'ai bien lu qu'une certaine partie de ceux qui se disent militants bretons nantais se sont alliés à Johanna Rolland à Nantes. Ca laisse pantois. En plus, ce sont les mêmes qui oeuvrent pour détruire le Mouvement. Ca laisse doublement pantois.

Ces élections régionales doivent être le théâtre de l'émergence d'un mouvement breton, toutes tendances confondues, qui dit "koac'h ki gwenn" aux nationalistes français, socialistes, LRem, RN, LR, PS, FI....

Alain E. VALLÉE
Lundi 7 septembre 2020

L'honneur de la classe politique bretonne et de l'ensemble du Mouvement Breton dans sa diversité aurait été, est et reste, encore aujourd'hui, dans la volonté de constituer une LISTE BRETONNE UNIQUE pour les élections régionales en Bretagne.

Dans le cas d'un quelconque désaccord sur l'ordre des candidatures, la preuve de cette volonté serait l'acceptation du résultat d'un tirage au sort. Dans cette triste hypothèse, devant huissier et en public, il ne doit pas être très compliqué de placer dans une urne transparente des bulletins de deux couleurs différentes, pour respecter la parité, avec le prénom et le nom des candidats et de les choisir alternativement. La couleur de la tête de liste serait évidemment aussi tirée au sort. Chaque candidat s'engagerait préalablement à respecter l'ordre de ce tirage et à ne participer à aucune autre liste.

Mais il est une simple et nécessaire condition : mettre les egos en sourdine au seul bénéfice de la Bretagne et n'appartenir à aucun parti hexagonal.

Si cette liste unique devait encore manquer personne ne pourrait dire que c'est la faute des autres et alors ce serait la honte.

AV

penn kaled
Lundi 7 septembre 2020

Malgré tout il y a un point commun entre tous les mouvements bretons , il est totalement négatif ,c'est l'indifférence quasiment totale et le silence radio en ce qui concerne le brexit ,alors que cet enjeu est fondamental pour la Bretagne , qui si elle était organisée pourrait faire de ce cataclysme des opportunités en prenant contact avec le gouvernement anglais .Le mouvement breton serait habilité à être la locomotive qui entrainerait les forces vives de la Bretagne , créant un mouvement d'opinion favorable à une certaine émancipation ,ensuite cela vaudrait peut être la peine de présenter une liste ou deux du mouvement breton aux élections ,tandis que dans la situation actuelle ,je crains même en cas d'union des résultats dérisoires ,la population étant indifférente en général à tort et ce n'est de toute façon pas le premier de ses soucis .

P. Argouarch
Lundi 7 septembre 2020

@penn kaled : je pense que vous avez raison sur le Brexit d’ailleurs Brittany Ferries devrait avoir un lobby à Londres. Les contacts de la région déjà établis avec le Pays-de-Galles devraient être relancés. Il y a d’autres pistes à explorer y compris passer par la République d’ Irlande

penn kaled
Lundi 7 septembre 2020

C'est la Bretagne bien entendu en intelligence avec Brittany ferries ,qui devrait avoir un lobby à Londres ,mais le CR B4 n'a pas encore çà dans son logiciel ,il faudrait le harceler en ce sens .L'interceltisme qui a été une excellente initiative sur le plan culturel a contribué à ce que la Bretagne s'éloigne de son soutien et partenaire naturel ancestral ,l'Angleterre , malgré parfois aussi de relations tumultueuses .En tout cas aujourd'hui je ne vois pas d'autre rapport de force conséquent pour faire face au pouvoir parisien .J'appuie en ce sens tout azimuts .De toute façon le brexit va aussi rendre plus compliquée les relations avec les autres pays celtiques hormis l'Irlande qui risque d'être déstabilisée en cas de non accord ,ce qui pourrait envenimer ses relations avec Londres qui sont moins mauvaises que beaucoup de Bretons le pense ....Il y a une opportunité historique vu aussi la situation ne va pas s'arranger en Angleterre avec un brexit dur ,pénuries alimentaires possible , la Bretagne de part la proximité pourrait voler à son secours ....un peu comme les saxons étaient intervenu pour aider les Bretons face aux écossais ,on connait la suite !!!!!......

jakez Lheritier de St Nazer
Mardi 8 septembre 2020

la création de la Brittany ferries l'a été par les léonards bretons sans passer par Paris!

Les mobilisations massives;

lors des conflits sociaux en Bretagne dans les années 70..

contre les projets nucléaires du pellerin,de Plogoff,du Carnet

contre les portiques de l'écho taxe,

contre l'aéroport de NDDL,

et d'autres...ont eu quelques retombées militantes chez les "verts" et un peu pour les mouvements bretons,qui sont eux désunis.

La Charte Culturelle de 1977 n'existe plus

Actuellement des sujets devraient être porteur pour déclencher des actions de soutien en Bretagne;

-aux pêcheurs bretons pour contrer les effets du Brexit,

-à la Brittany ferries

-contre la hausse des prix à la consommation depuis le C.... à V.....

Proposer un marché commun des pays celtiques,de l'Arc Atlantique avec des consulats ambassades dans chacun à commencer par l'Irlande,le Pays de Galles,la Galice,

Il faut fixer rapidement une date mi Octobre pour se retrouver au départ de St Malo,Lorient,Nantes,Brest pour discuter d'une liste d'UNION BRETONNE et déclencher des marches militantes.

A ces rendez vous chacun dresse une liste de 10 objectifs servant de base à un programme breton commun.

A ces rendez vous chacun se prononce pour être un candidat possible et signer un engagement sur l'honneur à ne pas s'allier électoralement à une organisation française jacobine au 1er comme au second tour.

Et bien sur il faut récolter des "sous" pour financer cela.

-Qui peut faire une liste précise des organisations bretonnes,leur implantation,leur effectif présumé,..?

Liste Politique:

Liste des organisations culturelles,sportives,sociales de fibre bretonne.

Une question :

Que devient et que fait Bretagne Majeure qui pourrait être l'initiatrice de l'UNION BRETONNE nécessaire,

penn kaled
Mardi 8 septembre 2020

Jakez

Le fait de sacraliser l'interceltisme est un véritable boulet pour le mouvement breton qui nous amène jusqu'à ignorer l'existence d'un pays , ancien soutien de la Bretagne qui s'appelle l'Angleterre qui d'ailleurs conserve une part d'héritage de la civilisation celtique .Mais il faut relativiser car c'était quand même pas trop sympa de la part de l'Ecosse d'envoyer 6000 soldats à se battre coté français à Saint Aubin du Cormier tandis que malgré le désengagement , des anglais ont combattus de manière désintéressée et se sont sacrifiés pour la Bretagne ,tel Richard de Woodville .Quand aux irlandais pour des raisons tout à fait compréhensibles ils ont bénéficiés du soutien français et ont souvent combattus dans les armées françaises comme lors du débarquement de Quiberon ,un général irlandais était à la tête de l'armée républicaine française .

Je suis tout à fait d'accord pour la stratégie arc atlantique, mais en travaillant avec l'ensemble des pays de la zone et non uniquement les pays celtiques .

(voir le site)

Alain E. VALLÉE
Mardi 8 septembre 2020

Sauf erreur, la Chronique de Philippe Argouarch traite du préoccupant sujet des élections régionales, soit : "Les Bretons en désordre de bataille pour les régionales".

Et Penn Kaled s'obstine à le faire dériver vers le complet hors sujet !

AV

penn kaled
Mardi 8 septembre 2020

Je reconnais ma dérive , mais son explication réside dans le fait que dans le contexte actuel ,je ne pense pas ,à tort ou à raison , qu'une liste même commune des mouvements bretons puisse faire un score significatif aux futures élections régionales sauf évènement exceptionnel .Hélas il y a un précédent récent ce sont les municipales à Rennes , avec la candidature de Monsieur Darcel pourtant j'estimais qu'il avait un bon programme , mais le score était loin d'être à la hauteur .Alors stratégiquement je pense que des personnalités du mouvement breton aurait à limite intérêt à se placer de façon favorable soit avec Chesnay Girard ou Le Fur du moins si leurs candidatures se confirment ,une fois élus ils mettraient efficacement en avant les problématiques concernant la Bretagne ce qui pourrait aussi avoir un impact favorable sur l'évolution de l'opinion .

Par ailleurs pour qu'il y aurait un électorat potentiel conséquent en faveur d'une liste bretonne , il faudrait des mouvements d'opinion de part des thèmes actuels et mobilisateurs , voilà pourquoi j'en suis arrivé au brexit et toute la thématique qui a suivie .

a galon

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 5 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.