La Bretagne a-t-elle assez de lits de réanimation ? Peut-elle être reconfinée ?

-- Bio Santé --

Chronique
Par Philippe Argouarch

Publié le 24/10/20 10:05 -- mis à jour le 27/10/20 09:58

Une des caractéristiques de cette pandémie est que des malades atteints du COVID-19 ont des troubles respiratoires nécessitant une hospitalisation dans une chambre de réanimation pourvue d’un respirateur artificiel assez coûteux.

Depuis le début de la pandémie, le gouvernement prend des décisions, non pas sur le nombre de cas, ni sur le nombre d’hospitalisations, ni même sur le nombre de morts, mais uniquement sur le nombre de malades en réanimation. Tout simplement parce que c’est là que se trouve le goulot de la bouteille, le seuil critique à ne pas atteindre puisque, selon une déclaration du Ministre de la santé en septembre dernier, la France ne dispose que de 6000 lits de réanimation. C’est aussi là le pire cauchemar du gouvernement dans le contexte d’une opinion politique qui souvent se décide sur des images et celles-là seraient pour lui une catastrophe : des malades entassés et mourant dans des couloirs d’hôpitaux.

Au 23 octobre 2020, la France recensait 14 985 hospitalisations en cours pour cause de COVID-19 dont 2 432 en réanimation source . On est encore loin du chiffre fatidique des 6000 mais il est certain qu’un confinement général pourrait déboucher vers les 5000 lits de réanimation occupés. Cette date peut, elle-même, être prédite en extrapolant la courbe de progression comme l’ a fait ABP (voir le graphique).

En Bretagne

Si au mois de mars, on recensait 270 lits de réanimation sur les 5 départements bretons, aujourd’hui en comptant le privé (50 lits) et les chambres pouvant être reconverties, on peut estimer le nombre de lits de réanimation en Bretagne historique à environ 500 grand maximum.

Au 23 octobre 2020, pour l’ensemble de la Bretagne, il y a 30 + 14 en Loire-Atlantique, soit 44 personnes en réanimation suite au Covid-19, dont 15 en Ille-et-Vilaine. Donc moins de 10% d’occupation. On est encore loin du seuil d’alerte ! Les détails pour chaque département sont accessibles ici .Ce site est mis à jour quotidiennement.

Il est évident que la Bretagne n’a nul besoin d’être reconfinée pour le moment. On espère seulement que le gouvernement fera preuve de raison et s’en tiendra cette fois à des reconfinements par région ou mieux par département.

Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

Léon-Paul Creton
Samedi 24 octobre 2020

La Bretagne n’a pas besoin d’être « reconfinée » ? Pour l’instant Philippe ! Mais qu’est-ce qui empêchera, prendra les mesures pour que nous ne le soyons pas pour de bonnes raisons, qui prendra, osera, une décision éventuelle d’une interdiction « entrante » des porteurs et distributeurs de virus. Qui protègera la Bretagne ? Paris ?

Depuis de semaines je me suis aperçu que bien des gens se déplacent, vont et viennent de la région parisienne notamment,vers leurs maisons secondaires et vice versa. Quelle certitude et connaissance avons-nous de leur état de santé ?

La Bretagne c’est quoi ? Une réserve en tout et pour tout, de services hospitaliers, pour des vacanciers, pour en profiter en tout ce qu’on lui prendre, et utiliser ? Disposer des hommes et des femmes pour Paris et SES métropoles, véritables foyers d’infections de toutes natures ?

Et pour soigner qui dans les quelques lits dont nous disposons? Souvent bien des « étudiants », des inconscients, voire pire. Ceux ne veulent pas se priver, ni être déranger dans leurs loisirs, ni que l’on fasse obstruction à tous leurs désirs, ne pouvant se passer de bars, de restaurants, de théâtres, de cinémas, de dancings, pendant quelques heures, quelque jours, quelques semaines ? JOUIR quand même sans contrainte!

Ces jeunes (attardés) et d’autres un peu moins jeunes, déficients ou dangereux, et qui seront pour certains les preneurs de décisions de demain, responsables (?), je suis dubitatif sur « l’esprit » manifesté…qu’ils manifestent et l’avenir qu’ils pourraient engendrer tous ces égoïstes ? Ou seulement débiles, déficients intellectuels qui sait ? Ou vieux cons déficients et « je m’enfoutistes » ?

De toute façon à nos âges Philippe, nous sommes condamnés si nous sommes atteints. Nous ne sommes pas prioritaires pour être soignés, nous ne le sommes pas fort justement, pas moins non plus, mais nous devons pouvoir être soignés comme tout un chacun, au même niveau des moyens existant! La sélection par l’âge dont les pratiques apparaissent au grand jour, et dont l’acceptation conceptuelle, intellectuelle s’installe dans les esprits ( ?) au profit des écervelés !

Enfin une, une grande satisfaction patriote, solidaire, etc. car nos mutuelles de « vieux » sont quand même scrupuleusement prélevées mensuellement, régulièrement et sans complexes par les Grandes Compagnies (^♥^) ! Pour vous servir Messieurs, Mesdames!

L'état français a tant de "déraison" que la raison bretonne n'accepte pas! Enfin ne devrait pas vraiment accepter sans pouvoir et décider d’en discuter!

Mc Gregor
Dimanche 25 octobre 2020

hmm, la triste vérité c'est que les régions comme la Bretagne n'avaient déjà pas besoin d'être confinées en mars...

jakez Lheritier de St Nazer
Lundi 26 octobre 2020

Pas d'argent en 2019 pour les personnels hospitaliers ?

Pas d'augmentation de nombre de lits...en 2020?

Le personnel actuel insuffisant et insuffisamment rémunéré,fatigué est à la limite ,même en Bretagne:

COVID plus les soins et opérations décalées du 1er semestre?

Il faut réquisitionner les militaires,et fonctionnaires de santé,cumulant retraites et travail dans le civil pour venir en renfort dans les structures hospitalières.

Il faut déployer les hôpitaux de campagnes militaires qui roupillent -en attendant une guerre.!

Des navires sanitaires militaires sont à déployer près des zones les plus touchées.

C'était l'idée d'un des projets de remise en service du France Norway comme navire amiral d'une flotte d'aide à l'humanitaire..(2007/2008)

S'il y a reconfinement, cela doit être au domicile principal et pas dans nos territoires insuffisamment équipés et dépourvus en personnel.On bien a vu les vagues des migrants du covid arriver en Mars......

Déplacer les budgets des réceptions,des sous marins nucléaires,bloquer les déménagements périodiques des militaires et fonctionnaires,etc....vers le personnel de santé et des équipements.

Il y a des milliards d'euros à repositionner vers nos soignants.

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.