La Bretagne a obtenu son extension internet .bzh
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 11/05/13 2:20 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

L'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), le régulateur mondial d'Internet, vient de valider les dossiers de candidature de la Bretagne pour une extension en .bzh et pour la ville de Paris qui demandait un .paris.

Faciliter l'identification culturelle

D'ici quelques mois, en plus des .com ou .fr, il sera possible de réserver un nom de domaine en .bzh. Cela permettra de disposer d'une adresse e-mail xxxxx [at] xxxxx.bzh ou d'ouvrir un site Internet www . monsite . bzh. Ces domaines seront toutefois légèrement plus chers qu'un classique .com. Cependant, du monde associatif comme du monde des entreprises, beaucoup ont déclaré vouloir utiliser le .bzh afin de faciliter une identification culturelle porteuse.

Historique de la démarche

C'est le député du Finistère Christian Ménard, qui en 2004, le premier, avait lancé l'idée d'une extension de type .bzh et obtenu un voeu favorable du Conseil Régional en 2006 ( voir l'article ). C'est la Catalogne qui a été pionnière en ce domaine puisque son .cat a été approuvé dès décembre 2005 par ICANN et ouvert au public en 2006. En 2007, une association Point Bzh ( (voir le site) ) fut créée à Quimper à l'initiative de Mikael Bodlore-Penlaez Mikael Baudin, David Lesnevan et Christain Demeuré-Vallée. L'association a monté un dossier dès que l'ICANN a entrouvert les possibilités d'extensions thématiques ou régionales car le .cat avait été accordé a titre expérimental.

L'association a mené une campagne de communication dont une pétition qui a rassemblé plus de 21 000 signatures. Elle a aussi réussi à intéresser la Région Bretagne à cette demande, ce qui était indispensable, car l'ICANN demandait 250 000 euros pour frais de dossier. Cette somme a été avancée par la Région administrative Bretagne le 25 avril à titre de subvention. Un prêt remboursable à aussi été octroyé.

Paris ne fait pas opposition

Pour une fois le Conseil d'État, qui d'habitude envoie un niet dès qu'il aperçoit une initiative, qui à son goût pourrait remettre en cause la sacro-sainte unicité de la république, ne s'est pas opposé. Le président Sarkozy avait même approuvé le .bzh d'autant plus qu'il aurait été difficile d'approuver un .paris et de refuser un .bzh alors qu'il existait déjà un .cat. L'imbroglio international que cela aurait pu causer aurait pu embarrasser la France. Il est aussi important de noter un petit détail qui a son importance : les extensions de pays indépendants n'ont que deux lettres. Il s'agit des .fr, des .be, des .uk, des .es. Les nouvelles extensions autorisées par ICANN ont toutes plus de deux lettres et n'ont donc rien à voir avec les extensions territoriales d'origine.

Un AFNIC breton

L'AFNIC qui est l'organisme français officiel qui gère le .fr et qui fait des recommandations déontologiques sur les usages internet a donné des conseils et fourni une assistance technique au projet .bzh mais c'est l'association point bzh qui gèrera l'extension .bzh de la même manière que l'AFNIC gère le .fr. Les enregistreurs et revendeurs de domaines internet devront s'adresser à point bzh pour obtenir des licences. L 'association toutefois restera non-profit. A noter que les domaines avec extension .bzh ne seront pas en vente avant plusieurs mois. Pour préciser : n'importe qui n'importe où pourra acheter un domaine avec extension .bzh.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2449 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 11 commentaires
Naon-e-dad
2013-05-11 08:50:49
Dreist! dreist ! dreist!
Super! super! super!
Ha gwelloc'h c'hoazh, devez ma deizh-ha-bloaz eo e lennan an tamm keloù-se! Burzhudus!
(0) 
Emilie Le Berre
2013-05-11 10:21:05
Rassurez moi, la gestion du .bzh ne sera pas confiée à l'AFNIC ?
(0) 
Vonig Le Bihan
2013-05-11 10:29:09
Super, je vais pouvoir changer de messagerie.
J'attendais cela depuis longtemps pour une meilleure identité culturelle.
heb brezhoneg, Breizh ebet
(0) 
Fulup-Gwion Charrière
2013-05-11 11:01:45
Extra ! Moi aussi je vais pouvoir changer...
(0) 
daniel B
2013-05-11 16:07:04
mad tre
(0) 
Paul Chérel
2013-05-11 17:01:27
C'est effectivement une bonne nouvelle ! N'oublions pas le côté économique ! Le titre du deuxième paragraphe de l'article devrait " de préférence"" être rédigé FACILITER L'IDENTIFICATION CULTURELLE ET ECONOMIQUE surtout s"il est utilisé par des entreprises du 44 ce qui, au passage, serait une très bonne chose. Paul Chérel
(0) 
patrick Yves GIRARD
2013-05-12 00:51:35
ET APRES?...
Comment nous sera-t-il possible en tps q particuliers de créer une adresse mail en .bzh? Pr ma part j'ai conservé mes .com au lieu des infâmants .fr
(0) 
P. Argouarch
2013-05-12 10:50:04
@ Emilie
Comme cela est précisé maintenant dans l'article, c 'est l'association "point bzh" qui va gérer le .bzh, pas l'AFNIC. En pratique, un revendeur de domaine internet comme Amen ou OVH, demande à point BZH un lot de .bzh, je suppose avec les ip associés, à prix coûtant, et les revends aux particuliers dans les conditions habituelles d'un abonnement annuel renouvelable ou pas.
(0) 
P. Argouarch
2013-05-12 11:01:49
@Patrick Yves Pour avoir une BAL (boite aux lettres) avec une adresse " mon-patronyme [at] xxx.bzh", il vous faudra soit acheter un domaine .bzh chez un FAI (fournisseur d'accès à l'internet comme 1&1 ou OVH) ou un vendeur de domaine comme AMEN, et prendre un hébergement web qui permet une ou des BAL associées au domaine, soit prendre un abonnement chez un FAI breton, lui-même enregistré avec un domaine avec une extension .bzh. Pour cette dernière option je doute qu'un opérateur breton puisse donner des conditions aussi avantageuses que free ou orange . Pour le moment le marché des FAI est bien verrouillé par les opérateurs de téléphonie.
(0) 
Philippe Burban
2013-05-12 11:53:51
quid de la Loire-Atlantique ?
(0) 
Emilie Le Berre
2013-05-12 18:25:17
Philippe,
Ouf de soulagement.
Les adresses ip ne sont pas associées aux noms de domaines lors de l'achat chez un registrar. On peut très bien avoir son nom de domaine et un hébergement chez 2 fournisseurs différents.
Les domaines sont illimités tandis que les fournisseurs d'accès se voient allouer des plages ip limitées.
Le commerce des noms de domaines permet à de petits malins de ce faire un billet sur le dos des ignorants. Un domaine c'est 2-3 lignes d'écriture dans un serveur DNS.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.