logo BE
logo BE

C’est devant une forêt de drapeaux bretons, brandis par des supporters enflammés, esplanade du Champ de Mars, que les joueurs rennais ont présenté leur trophée dimanche dans l’actuelle capitale bretonne. Au-delà de la satisfaction naturelle pour tous les supporters du Stade Rennais, après 48 ans d’attente d’un nouveau trophée, que nous apprend cette scène ?

Que des habitants de Rennes, et de toute la Bretagne, brandissent naturellement un drapeau qui n’a rien d’officiel, un drapeau qui flotte sur certaines mairies de cinq départements, mais seulement au bon vouloir des édiles. Un drapeau qui ne sera pas rendu obligatoire dans les écoles bretonnes à la rentrée prochaine, au contraire du drapeau tricolore, qui reproduit, comme beaucoup semblent l’avoir oublié, les couleurs de la ville de Paris, pour le rouge et le bleu, et de la monarchie versaillaise pour le blanc. Ces couleurs perdantes samedi soir. D’ailleurs, personne ne brandissait le drapeau aux couleurs de Paris dimanche sur la place du Champ de Mars, à Rennes. Une place rebaptisée, un an avant la coupe gagnée en 1971, Esplanade Général de Gaulle.

Ainsi, comme les joueurs rennais l’ont fait après avoir été menés deux à zéro, par une équipe parisienne dopée aux capitaux qataris, les Bretons résistent, même après avoir subi deux siècles de jacobinisme castrateur.

Et Madame Apperé, jacobino-socialiste emblématique, pourra de nouveau, autant de fois qu’elle le veut, réaliser l’exploit, au contraire de Julien Stéphan ou François Pinault, d'oublier le mot Bretagne lorsqu'elle commente longuement la victoire sur France Info : rien n’y fera. Les Bretons, comme les joueurs du Stade Rennais, démontreront que leurs valeurs ont pour nom : solidarité, persévérance, fidélité. Et aucun discours officiel, quel qu’en soit la portée révisionniste, l’arrogance et le mépris pour ces valeurs bretonnes, n’y changera jamais rien : c’est la Bretagne qui a gagné samedi soir, et qui l’a confirmé dimanche.

Breizh da viken !

Vincent Fraval, secrétaire général de Breizh Europa

Voir aussi :

mailbox imprimer
logo
Breizh Europa est un mouvement autonomiste breton et fédéraliste européen.
Site internet : Voir le site
Compte Twitter : @BreizhEuropa
Page Facebook : Breizh Europa

Vos commentaires :

Brocélbreizh
Lundi 29 avril 2019

J'ai regarder un média "nationalo-Parisien" pour changer: Les commentateurs ont passé 1 heure à pleurer sur leur club et à chercher des responsables...Certains incriminaient l'entraineur, d'autres les joueurs et les derniers la direction. Ils furent bien incapable d'applaudir l'exploit des Bretons de Rennes et de vanter leurs abnégations.

Bien incapable aussi de serrer la main d'Hatem à la fin du match...

C'est une double victoire: La coupe qui revient en BZH à Rennes et le plaisir d'avoir gâché la saison de ce club , suffisant et nombriliste bien à l'image des centralistes!

L'amour du maillot: Une évidence pour Guingamp et Nantes, un souhait enfin réalisé pour Roazhon et un mythe pour Paris le ronchon.

En outre, le retour massif de ces drapeaux Bretons est de bonne augure pour les municipales.

-Le mieux que l'on puisse souhaiter à Madame Apperé, c'est d'avoir enlevé ses lunettes à temps pour ne pas les contempler.

- Dans l'Europe politique, les jacobins jouent en ligue 2.

- Avec 64 millions de budget, il en serait probablement de même pour le club Parisien.

- Tout Qatari normalement constitué devrait s'enfuir à grandes enjambées!!!

kris braz
Mardi 30 avril 2019

Qataris, jacobins… on se calme. Pinault qui largue 100 millions pour ND de Paris, c'est aussi sa thune derrière le stade rennais.

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 3 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.