La bonne santé de la Coop Breizh
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 26/07/06 20:30 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La bonne santé de la Coop Breizh

Fondée en 1957 par la confédération culturelle Kendalc'h pour diffuser la "matière culturelle bretonne", en particulier les livres et les disques bretons, à une époque où ceux-ci étaient très peu présents dans les librairies et chez les disquaires, la société coopérative Breizh, aujourd'hui Coop Breizh, est une véritable entreprise, qui fait un chiffre d'affaires de plus de cinq millions d'euros et qui emploie trente salariés. Elle pourra fêter l'an prochain son cinquantenaire. Sans équivalent dans aucune autre région française, elle joue un rôle plus important que jamais dans la promotion de la musique bretonne, de la littérature de Bretagne, de l'histoire de Bretagne et , plus globalement, de la culture vivante de la Bretagne du XXIe siècle. Ce succès fait de persévérance et de passion bretonne est l'œuvre d'un grand nombre d'acteurs, au premier rang desquels Robert Le Grand qui la dirigea jusqu'en 1982, et Yann Goasdoué qui lui succéda pendant dix-huit ans. Il faut aussi citer ses présidents, dont Yvonig Gicquel pendant de nombreuses années et aujourd'hui Jean-Pierre Vincent, ainsi que ses administrateurs, tous bénévoles. Véritable service commercial de nombreux petits éditeurs dont elle diffuse et distribue les productions, la Coop Breizh joue un rôle irremplaçable dans le paysage culturel breton. Sans elle, beaucoup d'éditeurs ne pourraient exister et se développer, beaucoup de livres ne pourraient pas être publiés et beaucoup de disques être produits. Une autre originalité de Coop Breizh, c'est son statut de coopérative et l'origine de ses actionnaires. Elle ne dépend d'aucun groupe financier ou groupe de presse extérieur, mais a pour actionnaires de nombreux cercles celtiques membres de la confédération Kendalc'h et aussi de nombreux Bretons et Bretonnes engagés dans le mouvement culturel breton, dont les salariés de l'entreprise. Quel que soit le nombre de parts sociales détenues par les uns et les autres, chacun ne dispose que d'une seule voix, comem c'est la règle dans les coopératives. La Coop Breizh dont les activités ont connu un formidable développement au fil des ans, a rencontré des moments difficiles dans le passé, du fait notamment de l'insuffisance de ses fonds propres à une époque, et aussi des crises qu'ont connues, heureusement à des moments différents, le marché du livre et du marché du disque. La part d l'un et de l'autre varie d'ailleurs selon les années. Le samedi 22 juillet dernier, la Coop Breizh tenait son assemblée générale annuelle à Quimper et les nombreux sociétaires présents ont pu constater que l'entreprise affichait une bonne santé générale. Au cours de l'exercice 2005/2006, le chiffre d'affaires du livre a représenté 57,40% du chiffre d'affaires global et celui du disque 38,90%, le reste étant constitué par des "divers" dont des vidéos et des DVD. Dans le domaine du livre, l'activité d'édition représente 53% du chiffe d'affaires et l'activité propre d'édition, 47%. Le chiffre d'affaires global a progressé de 15,44% par rapport à l'exercice précédent, ce qui n'est pas une performance médiocre compte tenu du contexte actuel, toujours morose.

Librairie Coop Breizh 60 rue du Port 56100 LORIENT

ABP/BLN

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1261 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.