La base des Bonnets rouges s'organise
Reportage

Publié le 27/12/13 11:50 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
32444_1.jpg

Jeudi 26 décembre 2013 a eu lieu la première réunion plénière du Comité des Bonnets rouges du Pays de Fouesnant. Elle se tenait au bar-restaurant ouvrier-hôtel « Le Scoubidou », à Fouesnant. La patronne du lieu a souligné qu'elle voyait bien la crise économique, car, le nombre de repas ouvriers diminue, du fait des fermetures d'entreprises de transport et du bâtiment et cela l'incite à soutenir le mouvement des Bonnets rouges.

Trente personnes avaient répondu à l'appel, fixé à 16 heures, et le tour de table a montré la diversité des professions : transports (des patrons et des salariés), patron pêcheur, éleveur laitier, technicien en mécanique, éditeur, ouvriers d'usine, éventuellement intérimaire, technicien de l'industrie pétrolière, restaurateurs, cadre de vente automobile, étudiants, etc. Certains sont en formation pour être chauffeur routier et, comme les étudiants, voient leur avenir bouché. Du fait de la concurrence déloyale des salariés de l'Est de l'Europe, les camions ont du fret pour le départ de Bretagne, mais, ne trouvent plus rien à charger pour le retour. Plusieurs participants avaient été actifs sur le terrain, les trois samedis d'octobre, à Pont-de-Buis ( voir l'article ) et ( voir l'article ), et même, au péage autoroutier de la Gravelle en 2009 ( voir l'article ) et en 2013 ( voir l'article ).

Du débat, d'un bon niveau, est sorti qu'il fallait s'en tenir aux revendications inscrites dans la Charte des Bonnets rouges (voir le site) en mettant l'accent sur le fait que l'amélioration de l'économie est la condition de base pour d'autres revendications bretonnes concernant la langue bretonne, la réunification de la Bretagne ou d'autres.

La gratuité des routes en Bretagne est la revendication immédiate et on avance qu'il faut que les Bonnets rouges se montrent actifs sur le terrain, très bientôt, pour empêcher le gouvernement de passer en force.

La relocalisation des décisions concernant l'économie de la Bretagne est considérée comme un objectif majeur pour redresser la situation.

La Charte des Bonnets rouges est donc adoptée. Les propositions d'actions doivent être validées par le Collectif siégeant à Carhaix et un comité fédérant ceux de l'Ouest-Cornouaille sera mis en place. Le maintien des liaisons avec les agriculteurs est évoqué. Les doléances des habitants vont être réunies pour les États-Généraux de la Bretagne, à Morlaix, le 8 mars.

Un envoi groupé de messages (liste de distribution/mailing list) sera fait aux membres qui auront donné leur adresse électronique et des informations seront données sur le site officiel des Bonnets rouges.

Les référents du Comité des Bonnets rouges du Pays de Fouesnant sont Thierry Caroff et Yoran Delacour et le secrétaire est François Le Guellec.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Contact : yoran.embanner [at] gmail.com

Autres informations sur l'organisation des Bonnets rouges : ( voir l'article )

Christian Rogel

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1338 lectures.
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 3 commentaires
Reun Allain
2013-12-27 22:39:27
C’est un véritable défi qui est envoyé au collectif des Bonnets Rouges par diverses instances politiques, syndicales et médiatiques. Vexés de ne pas comprendre ce mouvement et encore moins de l’avoir vu venir, leur souhait serait de le voir s’effriter ce qui remettrait les choses dans l’ordre établi qui n’admet pas qu’un autre ordre que le leur, puisse exister.
Que la Bretagne ait pu produire un tel mouvement démontre s’il en était besoin que les Bretons sont capables de rassembler le Peuple avec des objectifs qui peuvent dépasser les seuls intérêts catégoriels et concevoir qu’à un certain degré de danger tout se tient et qu’une catégorie ne peut pas exister sans l’autre.
Le challenge sera maintenant de trouver le bon réglage conceptuel et organisationnel pour assurer la pérennité du mouvement, transformer l’essai pour en faire un outil comme le fut le CELIB en son temps et ainsi donner tort aux prophètes de malheur qui parient sur la fin du mouvement.
Ci-dessous un lien sur ce sujet dans Atlantico :
(voir le site)
(Le mouvement des bonnets rouges passera-t-il les fêtes de fin d'année sans éclater ?)
(0) 
Yvon Bordiec
2013-12-29 22:14:23
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec le fait de tout axer en priorité sur l'emploi en Bretagne. C'est indéniable que si il n'y a plus de population active il n'y a plus de vie, plus de langue, plus de culture. Mais attention à ne pas employer le même language et les mêmes arguments que les ennemis de l'identité bretonne pour qui il n'y a jamais de moyens financiers pour la culture bretonne car selon eux on est toujours en situation de crise , il faut donc privilégier les actions économiques (cela a toujours été leur argument favori). La situation d'aujourd'hui en Bretagne n'interdit absolument pas les avancées sur la réunification, ni sur la langue bretonne ni sur l'aspect institutionnel de la Bretagne. Tous ces combats sont à mener de front!!. C'est ça l'union actuelle des bonnets rouges.
(0) 
Michel Prigent
2013-12-30 04:57:18
Fillon, alors premier ministre sous Sarkozy, comme soudainement frappé par le St Esprit avait eu une sorte de révélation en déclarant: "Si les régions avaient un réel pouvoir, les manifestations se feraient devant leur palais."
Mais il ne depend que de votre bon vouloir Mr Fillon !
Ce n'est pas le cas et ce n'est pas pour rien que comme pour les départements leurs instances sont affublées du qualificatif "Conseil".
Pourquoi, à l'instar des régions comme la Catalogne, le Pays Basque, l'Ecosse...et à plus forte raison comme les pays Baltes, l'Irlande,l'Islande, Le Danemark voire le Luxembourg, Malte ou Chypre, la Bretagne ne serait pas capable de s'administrer en de nombreux domaines.
Après tout, le bilan des Etats nations officiels n'est pas reluisant, il sera difficile de faire pire.
Le pouvoir régional veillera cependant à ne pas dépenser inutilement son argent dans des opérations de communication mégalomaniaques comme celles que poursuit inlassablement le sieur Auxiette, comme on peut le voir dans l'Ouest France de Nantes le 20 décembre 2013 qui dans une page entière déclare: "Les Pays de la Loire...1ere région sportive de France...avec 1 026 000 licenciés" et sur une autre 1/3 page un sondage Ipsos à 35 000 ¤ (pour un échantillon de 1 001 habitants) à allure de plébiscite pour "...leur confiance dans leur région". (71% en LA, 56% en Sarthe).
Comme disait Michel François, élu UDB à St Herblain: "En fait, l'objectif de cette com. n'est pas de convaincre le citoyen de quoi que ce soit, cette com sert surtout à "subventionner" les faveurs pro PdL d'OF".
Tout comme les subventions versées aux "1 000 entreprises des PdL".
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.