Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
photo du clip de L214
photo du clip de L214
- Reportage -
L214 : l'enfer concentrationnaire des dindes en Bretagne
Nous avons appris via l'association L214 qui dénonce les conditions inacceptables de certains élevages qu'un élevage de dindes, situé en Loire-Atlantique, commettrait des infractions graves au bien-être animal
La rédaction pour ABP le 28/06/22 8:58
Enquête transport des dindes et dindons - Vidéo publique version longue - 2022 :
Réalisation : L214
(383 vues)

Nous avons appris via un communiqué de l'association L214 qui dénonce les conditions inacceptables de certains élevages, certes parfois en commettant des infractions aux lois qui régissent la propriété, mais toujours dans un esprit d'informer le public et un souci de vérité, qu'un élevage de dindes situé en Loire-Atlantique, EARL Trochu à Sainte-Anne-sur-Brivet, et travaillant en relation avec le Centre d'Abattage de Dindes du Faouët (CADF) du Groupe Eureden, commettrait des infractions graves au bien-être animal. Surprenant, puisque cinq employés de cet abattoir, déjà mis en cause par une enquête de L214 l’été dernier, viennent d'être médaillés

Les images montrent la violence du système concentrationnaire dans lequel sont entassés les dindes. Certaines meurent tant les conditions de vie y sont inadaptées. Le transport des dindons vers l'abattoir est effectué dans des cages trop petites. Les employés les entassent de force, souvent à coups de pied comme on le voit sur la vidéo. Les animaux sont alors comprimés et ne peuvent ni se retourner ni replacer leurs ailes et leurs pattes.

Selon L214, les cages utilisées seraient non conformes à la réglementation européenne: "Elles devraient permettre aux animaux de se tenir debout, et surtout garantir une ventilation suffisante au-dessus de leur tête et ne pas entraver leurs mouvements." Les eurodéputés Caroline Roose, Younous Omarjee et Claude Gruffat qui soutiennent L214 dans ce dossier, demandent un rendez-vous à la Commission européenne au sujet du transport des dindes et des dindons.

De son côté, Marietheres Reinke, une vétérinaire co-fondatrice de Expertise for Animals, a déclaré que « Les conditions de ramassage et de transport sont synonymes de peur, de stress et de douleur pour les dindes et les dindons. Leur manipulation brutale pose un problème majeur pour leur bien-être et provoque des souffrances inutiles. [...] D'un point de vue vétérinaire et du bien-être animal, les pratiques de chargement ainsi que la conception des cages doivent être fondamentalement remises en question pour éviter les souffrances endurées actuellement par les dindes et les dindons. »

Voir aussi :
1  1  
Vos 6 commentaires
Youeen Le Mardi 28 juin 2022 19:35
Quand L 214 avait dénoncé les maltraitances infligées aux porcs dans un élevage lié à l'entreprise Hénaff, Jean-Michel Le Boulanger, à l'époque, Vice-Président en charge de la Culture du Conseil Régional, avait déclaré que les propos de L 214 étaient une "ignominie", étrange propos, comme si Malraux avait défendu Olida..., mais les copinages tissés à Locarn, à Produit en Bretagne expliquent sans doute beaucoup de choses... Il oubliait, en disant cela, que les paysans bretons, avant l'arivée du collectivisme libéral, auraient pensé la même chose, eux qui aimaient et ne maltraitaient pas leurs bêtes. Honneur à ABP de ne pas céder à une censure implicite et de défendre les droits des bêtes vivant sur la terre bretonne universelle. Merci pour eux.
(4) 

Michel bernard Le Mercredi 29 juin 2022 08:35
C 'est en effet dramatique,mais que compte faire l 214,un groupe qui terrorise les éleveurs ,les commerçants et les consommateurs pour produire de la viande ?
(0) 

Penn Kaled Le Mercredi 29 juin 2022 10:58
La dénonciation de ces exactions par L214 est en soi louable ,et contraint les filières à progresser vers davantage de bien être animal , quoique globalement beaucoup de progrès ont été fait en ce sens .Autrefois quand parfois les vaches attachées à l'étable se couchaient la litière à base de lande était ce mieux ? .Seulement le véritable objectif de L214 n'est pas là ,à la limite , ces diverses maltraitances les arrangent bien car le but final de ce groupe est l'abolition totale de la consommation de produits carnés et sous produits comme le lait et les oeufs ,alors que la consommation qui était souvent excessive diminue .Il faut savoir aussi que L214 est soutenu par des starts up américaines entre autres qui créent des viandes artificielles ,est ce l'avenir ?? En tout cas pour le moment vous n'allez pas enchanter un agrobusiness breton qui à sa manière prenait parti pour l'émancipation de la Bretagne cela fait maintenant quelques années .. .Cependant je pense que l'industrialisation de l'élevage est allé est aussi allé trop loin au détriment de la qualité , du bien être animal , des éleveurs sans compter les nouvelles aspirations alimentaires de la société ,quoique paradoxalement la plupart des consommateurs vont toujours vers le low cost en la matière ,il n'y a qu'à hélas constater la désaffection actuelle pour les produits bio .De part des méthodes sournoises L214 nous entraine dans une dictature alimentaire de manière rampante .
(0) 

Brocélbreizh Le Mercredi 29 juin 2022 16:58
Inacceptable pour quiconque aime les bêtes.
(2) 

Yann Menez Are Le Dimanche 3 juillet 2022 21:24
Tout a fait d’accord avec Pen kaled l 214 a
comme seul objectif de faire disparaître la consommation de viandes.
Il serait intéressant que l’on se préoccupe un peu plus du bien-être des agriculteurs, mais ça ça ne préoccupe pas l214. Leur rajouter de la pression alors qu’ils peinent à vivre de leur métier , et les pousser au suicide, ce n’est pas la préoccupation de l214. Non le bien-être animal avant tout...
(0) 

LACOUR emmanuel Le Dimanche 18 septembre 2022 10:48
Gardons raison . C’est l’excès qui dérègle tout système. Des élevages de 27 000 dindes , comme cela existe ( cf abattage suite grippe aviaire dans la somme 80 ) il est simple à comprendre que c’est de l’excès , Appeler la population à devenir 100% Vegan c’est de l’excès.
Redonnons aux éleveurs agriculteurs la possibilité de faire et de vivre de leur travail . Stop aux “usines”de fabrication de protéines . L’industrie alimentaire est en tête de gondole pour ses dérives , ses manipulations sur les consommateurs. Le vrai rôle de nos politiques c’est donc de trouver les justes équilibres . Mais où sont ils ces politiques au service du peuple ?
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 8 multiplié par 0) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons