Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Analyse -
L'Union Démocratique Bretonne va revoir ses alliances
La nécessité pour les partis bretons de faire des alliances afin d'obtenir des élus ne vient pas forcement d'une tendance à se faire rouler dans la farine mais des modes de scrutins
Philippe Argouarch pour ABP le 2/04/15 12:24

La nécessité pour les partis bretons de faire des alliances afin d'obtenir des élus ne vient pas forcement d'une tendance à se faire rouler dans la farine mais de modes de scrutins très peu démocratiques qui ont été inventés en France pour éliminer les petits partis ou les partis régionalistes et renforcer le bipartisme. A l'exception des Européennes (sans deuxième tour) et les régionales (proportionnelles à partir de 10% des suffrages), les modes de scrutins sont verrouillés. On ne peut pas se faire élire à Paris si on est régionaliste (autonomiste ou indépendantiste). Paul Molac n'aurait pas été élu député lors des dernières législatives de 2011 sans une alliance entre Europe-Ecologie-les-Verts ( EELV) et Régions et peuples solidaires (R&PS) dont fait partie l'Union Démocratique bretonne (UDB). C'est un fait indiscutable. Au premier tour Paul Molac était sous l'étiquette EELV, au second il était soutenu aussi par le PS.

En 2004, pour les élections régionales, l'UDB s'allie pour la première fois avec les Verts au premier tour, rejoignant le PS au second, et obtenant 3 sièges à Rennes. Aux régionales de 2010, nouvelle alliance avec EELV, une alliance qui se maintint au second tour pour obtenir 4 conseillers régionaux UDB cette fois. L'UDB rejoignant la majorité de gauche présidée par Le Drian en 2011.

Tout semblait donc pour le mieux. En 2010, les scores avaient même été meilleurs puisque le groupe UDB-Verts faisait 17,3% au second tour des régionales. Sauf que, en mars 2014, Jean-Luc Mélenchon dont le Front de Gauche n'arrivait pas à percer et avait été ridiculisé aux Européennes de 2014, a commencé à se rapprocher de Cécile Duflot qui est à la tête de EELV.

On a vu alors Jean-Luc Mélenchon passer son bras autour du cou de Cécile Duflot sur les plateaux de télévision. Malgré l'opposition d'élus EELV comme François de Rugy (élu de Nantes) et Jean-Vincent Placé, une alliance s'est forgée avec un parti jacobin de la pire espèce. Une scission de EELV est probable : De Rugy a déclaré lundi "Nous ne pouvons pas continuer sur une ligne politique illisible glissant vers le Front de gauche et l’écologie protestataire. C’est une dérive mortifère. Nous n’avons pas envie de nous retrouver dans un repaire de néo-communistes".

On imagine l'inconfort, voire l'angoisse, du bureau de l'UDB responsable des choix stratégiques du parti breton de gauche, par ailleurs foncièrement écologique.

Nil Caouissin, porte-parole de l'UDB, avoue que "le choix d'EELV de se rapprocher du Front de gauche pose évidemment question à l'UDB". Nil Caouissin déplore "qu'entre un PCF pro nucléaire et un Parti de Gauche toujours dominé par la figure de Jean-Luc Mélenchon, EELV s'éloignerait des valeurs partagées avec l'UDB." On le comprend.

Beaucoup reprochent à l'UDB de ne pas choisir des partis bretons dans ses choix stratégiques. Les offres de front commun avec le Parti Breton ont toujours été refusées par l'UDB. Sans doute jusqu'à maintenant leur poids électoral ne pesait pas assez mais beaucoup de militants bretons pensent que les raisons sont idéologiques, l'UDB se plaçant à gauche avant tout. La dynamique pourrait-elle s'inverser avec des alliances bretonnes ? Sans doute, car tout a changé depuis les cantonales de mars 2015. Christian Troadec, à la tête du Parti breton centre gauche Mouvement Bretagne et Progrès avec une liste dénommée Nous te ferons Bretagne a été élu à Carhaix avec 66,71% des votants (1). D'autres, sous cette étiquette, ont fait des scores honorables.

L'UDB n'a pas encore décidé de sa stratégie pour les Régionales de décembre 2015. Cette stratégie sera définie lors d'une convention nationale qui se tiendra le 8 mai prochain. "Nous prenons des contacts avec divers groupes de sensibilités régionalistes ou autonomistes" a déclaré Nil Caoussin à l'ABP. Ajoutant quand même des balises politiques : " Cela ne pourra aboutir qu'avec celles et ceux qui sont au clair avec les valeurs progressistes et écologistes. "

Le mouvement des Bonnets rouges, Bretagne et Progrès sont-ils compatibles avec l'UDB ? Même si une des doléances des Bonnets rouges est sur le développement des énergies renouvelables, une autre est sur le créneau social libéral : sauver les entreprises et les emplois (de l'agro business principalement). Tout à l'opposé, les écologistes et l'UDB, basés sur un électorat d'enseignants, de fonctionnaires et de salariés du monde associatif, voient dans l'agrobusiness, non pas une source d'emplois pour les Bretons, une alternative donc à l'émigration forcée ou au chômage, mais une source de pollution et de destruction de ressources. Les Verts veulent sauver les plages, pas les places. Sauver les emplois n'est pas la priorité de l'UDB. Elle ne soutient aucunement l'effort de Hollande avec son pacte de responsabilité et autres lois Macron pour rendre les entreprises plus compétitives "Nous ne partageons pas les présupposés qui inspirent ces réformes [...]Pour nous, le meilleur moyen de créer de l’emploi n’est pas de baisser les charges." avoue Nil Caouissin.

Lors du 50e anniversaire de l'UDB, Christian Guyonvarc'h déclarait "L' Europe, nous la voulons sociale...Nous avons pris position pour le droit à l'IVG partout en Europe... Nous sommes pour un salaire minimum en Europe. Nous sommes pour la taxation des transactions financières partout en Europe." ( voir l'article ). En quoi ceci apporte t-il une solution aux Bretons sans emplois ou menacés de licenciements ? Un salaire minimum en Europe est à la fois irréaliste et irréalisable. Pendant ce temps-là, la France perd 1 000 emplois industriels par jour. L'UDB, depuis, a toutefois élevé la voix contre le dumping social et fiscal (voir le site)

L'UDB veut conserver des élus au Conseil régional mais rien n'est moins sûr avec le recul historique des Verts, de l'extrême gauche, et du PS, tous des partenaires, stratégiques ou idéologiques, de l'UDB, à un moment ou à un autre. Devant la montée du FN, une menace pour les régionalistes bretons s'il arrive au pouvoir, le retour de la droite qui peut reprendre la Région grâce au charisme de Marc Le Fur, on peut douter que l'UDB soit capable d'éviter de sombrer avec ses anciens alliés, désavoués par les Français et désavoués par de plus en plus de Bretons pour n'avoir pas su adapter la France à une économie mondialisée.

Les Bretons ne votent pas pour sauver les plages, même pas pour sauver la langue bretonne, ou pour le retour de la Loire-Atlantique, ils votent pour sauver leur emploi. Le 5 mai, quand l'UDB décidera d'alliances pour les régionales, elle décidera aussi de sa survie politique en tant que parti breton.

Philippe Argouarch

(1) Qu'on ne se leurre pas, le succès de Christian Troadec ne peut être imputé qu' a une seule chose : il répond à l'angoisse des électeurs. Non pas par des promesses ou des discours, mais par des actions. Il a à son actif, en tant que maire de Carhaix, la venue de sites industriels et de centres de recherches chinois avec tous les emplois que cela implique. Et pour le groupe Synutra, ce n'est qu'un début.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2179 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 25 commentaires
SPERED DIEUB Le Jeudi 2 avril 2015 13:35
Bon article,réaliste et sans langue de bois ,mais l'udb tout comme d'autres partis bretons , en ce qui concerne les adhérents, est loin d'être uniforme ,sur une plage qui s'étend du centre gauche aux staliniens
(0) 

Paul Kerguelen Le Jeudi 2 avril 2015 15:08
Fausse joie en voyant le titre!
Je pensais que c'était une annonce, et non une analyse (aussi bonne fût-elle)!
Mais toujours la même questions aux membres des bureaux politiques, si toutefois, ils lisent les commentaires:
Qu'est ce qui vous importe le plus?
La Bretagne et son avenir? Ou le score de votre parti?
Si c'est l'avenir de la Bretagne et sa situation par rapport à la France, alors, montez au front avec les autres partis Bretons.
Quand la Bretagne sera autonome ou indépendante, alors vous pourrez vous occuper de votre score...
(0) 

Patrick Le Guern Le Jeudi 2 avril 2015 16:21
Le but a atteindre étant un retour à la "souveraineté Bretonne" (autonomie ou indépendance), nous sommes nombreux certainement à souhaiter cette alliance entre tous les partis bretons pour gagner enfin.
Il faut mettre toutes les forces vives en ordre de marche et laisser de côté pour la "gagne" ce qui fait les différences.
Il sera bien temps par la suite se se chamailler et de se re-créer un univers politique dans notre pays.
"Alliance" doit être le mot d'ordre.
(0) 

Yann Vari Le Jeudi 2 avril 2015 16:47
Pensez-vous vraiment que l'industrie et les échanges économiques irrégulés à travers les frontières créent plus d'emplois qu'une production locale et de qualité, donc écologique, pour des besoins locaux?
Combien d'emplois crées par exemple dans une exploitation maraichère utilisant des pesticides comparée à une ferme bio pour la même quantité produite?
Si le but des industriels était de créer des emplois, pourquoi développement-t-ils des robots qui remplacent des humains?
(0) 

Brocèlbreizh Le Jeudi 2 avril 2015 17:12
Cette article est une excellente analyse subjective!
Cela "flaire" bon le sens de la raison!
(0) 

Brocèlbreizh Le Jeudi 2 avril 2015 19:59
Lorsque les scores des mouvements bretons,alliés-unis serons élevés,nous obtiendrons de facto notre autonomie.En espérant bien sur que l'UDB rejoigne l'ensemble NTFB(MDB,BE,PB)en faisant passer ainsi notre Bretagne au dessus de toute idéologie(de gauche ou de droite).In fine nous obtiendrons un "front" efficace pour le plus grand plaisir des électeurs citoyens.
A titre individuel je dirais que la balle est dans le camp de l'UDB.
(0) 

Peri Loussouarn Le Jeudi 2 avril 2015 21:16
UDB=3,5 + NTFB=4 + PB=1 + restachoù=1 :::::: total = 9.5 % encore un petit effort, la barre psychologique des 10 % est dépassée et attire enfin l'oeil du breton moyen.... et c'est le début de l'aventure !!!!!
(0) 

ex site Le Jeudi 2 avril 2015 22:12
L'UDB n'a plus d'avenir. Cet article est clair là dessus? De plus la dérive vers l'extreme-gauche a commencé dans ce parti. Avez-vous vu la une du Peuple Breton d'Avril 2015? le parti d'extreme gauche grec vu comme un sauveur.....pfff
(0) 

Eric Simon Le Jeudi 2 avril 2015 23:03
Je pressens qu'il va y avoir beaucoup de résistance au sein de ce parti très bien structuré et très mature qu'est l'UDB à l'idée d'une alliance avec le MBP d'une part (à cause de la forte personnalité de Troadec peu compatible avec la "culture du collectif (pas de chef)" à l'UDB) et avec le PB d'autre part qui se classe à droite quand l'UDB affirme son ancrage idéologique à gauche. Pourtant, c'est bien la SEULE solution pour décoller enfin ! Moi-même, abonné au Peuple Breton de l'UDB pendant 20 ans pour encourager le 1er parti régionaliste breton (même si je ne me sens pas très à gauche), j'ai arrêté, découragé de ne jamais voir décoller les scores (hors alliances avec partis nationaux).
Une Alliance pour rassembler tous les régionalistes non extrémistes, c'est maintenant ou jamais. Mais l'UDB saura-t-elle la faire ? Rien n'est moins sûr et ça m'angoisse...
(0) 

Alwenn Le Vendredi 3 avril 2015 09:42
Il existe des partis de gouvernement (qui aspire à gouverner) et des partis de "témoignage", qui "témoignent" d'idées et d'idéologies mais qui ne cherche pas à gouverner.
La démarche de Troadec est celle du parti de gouvernement, Troadec cherche à acceder au pouvoir pour gouverner. Il le fait déjà comme maire à Carhaix.
L'udb est un parti de "témoignagne". Il défend des idées, réalistes ou irréalistes, et ne cherche pas à gouverner, sauf à ce que la majorité des Bretons s'alignent sur ses idées et son idéologie, ce qui a peu de chances d'arriver.
Nous ne nous en sortirons pas avec des partis de témoignage comme l'udb, et tous les partis plus ou moins d'extrème gauche ou d'extrême droite, ou même écolo.
L'udb accumule à peu près tous les handicaps possible et imaginable pour devenir un parti de gouvernement. S'il peut être utile comme appoint, et si vaut mieux un parti de témoignagne que pas de parti du tout, ce que la Bretagne a besoin, et d'urgence, c'est un parti de gouvernement, et pour l'instant seul Troadec est en mesure de le faire, malheureursement seulement dans la région de Carhaix, pour l'instant.
Ce dont la Bretagne a besoin, ce n'est pas d'une union de partis faibles, de partis de témoignage, mais d'un parti de gouvernement sur le modèle NTFB qui puisse s'imposer sur l'ensemble de la Bretagne, et pas seulement autour de Carhaix.
Pour l'instant c'est pas le cas, Troadec ne fera pas à Brest, Quimper, Nantes ou Rennes les scores de Carhaix.
Et de l'udb, il n'y a pas grand chose à attendre. Il continuera à vivoter.
(0) 

Lucien Le Mahre Le Vendredi 3 avril 2015 10:50
Comme Tugdual Radiguet, le titre de cette fine analyse m'a donné à penser un instant qu'il y avait eu la révolution de palais attendue au sein de l'UDB.
En fait, on s'aperçoit qu'elle est encore à faire...
Ou alors, ce parti prend le risque de laisser partir sans lui le train de la "Reconquista" qui se profile. Ou du moins : sans lui en tant qu'organisation.
Car, un repère vécu parmi tant d'autres : en tant qu'électeur - et à un Parti il faut des électeurs - je suis fidèle depuis longtemps au principe du "vote breton au premier tour". A chaque fois que cela est possible bien sûr, ce qui n'est pas toujours le cas.
Ce fut donc souvent l'UDB et plus récemment parfois le PB, selon les listes disponibles. Avec dans les deux cas la même impression de bouteille jetée à la mer vus les scores microscopiques habituels, mais également avec malgré tout la même satisfaction d'avoir maintenu une présence au moins symboliquement, d'avoir placé ma pierre là où je voulais la placer.
Et du moment qu'on reste dans le cadre démocratique, vues les énormes contingences extérieures, je n'ai jamais perdu de temps à couper les cheveux en quatre et me demander s'il fallait refuser de monter le mur sous prétexte qu'on le commençait par bâbord ou par tribord, ayant le sentiment tenace qu'au bout du compte tout mur qui se respecte possède deux côtés.
Un fois fini évidemment. Et donc à condition de le commencer un jour...
(0) 

PIERRE CAMARET Le Vendredi 3 avril 2015 11:50
Alwenn . Helas , c'est bien ce que je pense .
J'avais fait un commentaire qui se rapprochait de ce que vous venez d'enoncer . Il n'est pas paru.
(0) 

J-J PAGE Le Vendredi 3 avril 2015 14:05
J'aime bien l'analyse qui distingue "parti de gouvernement" et parti de "témoignage". C'est très vrai ! Porter des idées et des valeurs est indispensable pour la cohérence, mais le moment est venu pour les Bretons de gagner, sinon la Bretagne va disparaître. La fusion B4-PDL est toujours programmée, le PS de Bretagne est de plus en plus jacobin (l'élection de Mme Sarrabezolles en 29 ne va pas arranger la réunification), la division politique des partis bretons est inhérente au toujours vivace clivage droite/gauche... Donc il va falloir changer de stratégie et se poser les vraies questions : Comment gagner avec les responsables politiques en place ? Qui sont les "élus les plus crédibles" pour faire gagner la Bretagne ? Qui en Bretagne peut faire avancer la Bretagne "sans être idéologiquement figé" ? Peut-on réellement faire avancer un projet breton détaché des considérations politiciennes ? Les Bretons peuvent-ils "dépasser le clivage droite/gauche" pour un projet d'avenir ?
(0) 

Yannig Baron Le Vendredi 3 avril 2015 16:30
Je vous informe des résultats au Pays Basque Nord. Au premier tour, les candidats de EH Bai vont de 6,35 % des voix à 37,90% pour une moyenne de 16,09 % dans les 12 cantons auxquels il convient d'ajouter les résultats du PNV présent dans 4 cantons pour 3,45 %. (Aux législatives en 2012 le résultat sur tout le Pays Basque nord était de 8,89% et et 11 517 voix. Elles sont 17 779 aujourd'hui.)
Cinq binômes basques se sont maintenus au second tour. Alain Iriart est réélu avec 78,05 des voix.Il était seul contre le FN. Les 4 autres candidatures basques ont fait de 38,14 à 45,40% des voix ce qui donne une moyenne de 49,38% sur les cinq cantons.
En 1963 les candidats basques faisaient moins de 5%
yannig BARON
(0) 

Lucien Le Mahre Le Vendredi 3 avril 2015 18:38
Oui, c'est vrai, la distinction entre "parti de témoignage" et "parti de gouvernement" est très pertinente et fort utile à la compréhension de notre réalité politique.
Merci donc à Alwenn de l'avoir faite.
(0) 

Paul Kerguelen Le Vendredi 3 avril 2015 21:00
@ Lucien Le Mahre
Le problème est que nous n'avons actuellement besoin ni de l'un, ni de l'autre!
En effet, nous avons besoin d'un parti se présentant comme n'étant ni de droite, ni de gauche et qui nous emmène vers l'autonomie, dont le but affiché est clairement celui-ci, et non un parti de gouvernement... et encore moins de "témoignage"!
Nous aurons besoin de ceux-ci une fois l'autonomie arrachée à la France.
Mais là encore, la question est: qu'est ce qui nous importe le plus? la Bretagne? ou nos partis politique et le pourcentage que celui-ci fait aux élections....
Question cruciale, qui doit être au c½ur du débat, mais souvent occultée au profit du pourcentage....
(0) 

Brocèlbreizh Le Samedi 4 avril 2015 10:46
La Bretagne à besoin de tout le monde.
Le NTFB est bien une alliance au dessus des partis de la gauche progressiste(Troadec) au centre droit(dit sociaux-libéraux)-en dehors des extrêmes donc et l'UDB est invité depuis un moment.Le plus important c'est la BZH et normalement il faut faire un bon pourcentage pour pouvoir gouverner...De cette manière la Bretagne n'a pas besoin d'arracher quelque chose à la France. 77% des Bretons sont pour le retour de la Loire-Atlantique dans la région Bretagne.Le "souhait" d'indépendance est de 19%,en recul du à l'immigration.
La question étant:Quel types d'indépendances ces Bretons réclament t'ils? car les indépendances sont multiples...Un régime reconnu comme "totalement" indépendant en 2015:La Corée du Nord.Les pays dans le monde sont "interdépendants" car on a toujours besoin les uns des autres...
(0) 

Lucien Le Mahre Le Samedi 4 avril 2015 11:11
@ Tugdual Radiguet
J'évoquais bien sûr une expérience passée. Pour l'avenir, je crois qu'il faut d'abord s'entendre sur les termes.
Un "parti de témoignage" comme l'UDB fut utile pour maintenir la flamme à travers les décennies, quel que soit le jugement critique de chacun (moi le premier) sur le détail de ses propositions. L'inconvénient est qu'il a tendance à stagner et peut être amené à servir d'appoint à un grand parti national, supposé amical, pour ne pas disparaître des écrans radars.
On a vu, récemment encore, les limites de l'exercice.
Mais on a peut-être également oublié que les temps évoluent et que, dans une population massivement happée sur le plan politico-médiatique par ce que j'appelle "Versailles", l'alternative fut longtemps : ou ce témoignage critiquable ou le néant...
Un "parti de gouvernement" est pour moi, comme son nom l'indique, un parti qui veut prendre des responsabilités, à quel que niveau que ce soit : commune, département, région etc... C'est par exemple le cas autour de C. Troadec. Il s'agit alors en effet d'essayer d'obtenir les "pourcentages" de voix nécessaires pour faire exister ses revendications sur le terrain politique.
Vous n'avez sans doute pas eu l'occasion de voir mes autres interventions où je prône non seulement le dépassement des notions droite/gauche particulièrement pénalisantes dans notre cas, mais aussi la constitution d'un Front Uni, d'une Plateforme Commune etc... Quand j'évoque plus haut une "Reconquista", il s'agit donc bien pour moi d'un mouvement unique, sachant par ailleurs que sa constitution ne serait pas un mince exploit chez nous.
La seule différence avec votre approche, c'est que je vois ce Rassemblement pour la Bretagne de type coopératif ou fédératif (car précisément nous sommes en Bretagne) chaque Parti ou Mouvement y adhérant sans se renier ni se dissoudre, mais en décidant de mettre ses divergences en veilleuse au profit de l'Union en faveur de nos droits imprescriptibles.
Ceux-ci obtenus, et ce n'est pas demain le veille, chacun pourra effectivement retourner à ses guéguerres favorites et d'ailleurs pas toujours injustifiées, il faut le reconnaitre.
Cordialement.
(0) 

P. Argouarch Le Samedi 4 avril 2015 14:00
@ Yann Vari : "Si le but des industriels était de créer des emplois, pourquoi développement-t-ils des robots qui remplacent des humains?" tout simplement parce que les entreprises qui n'ont pas mécanisé pendant la révolution industrielle ont tout simplement disparu. Il est est de même avec la robotisation. Les entreprises automobiles qui n'ont pas robotisé les chaines de montages ont disparu ou ont été racheté par leur compétiteurs. Il s'agit de survie. Il vaut mieux sauver les emplois qui restent avec en plus des robots que de ne rien faire et disparaître avec des licenciements massifs.
(0) 

Yann Vari Le Samedi 4 avril 2015 14:42
@ P. Argouarch
C'est certainement vrai et la robotisation a été salutaire car elle a améliorée les conditions de travail et nécessité moins de main d'½uvre. Il n'y a donc plus besoin de travailler autant pour une qualité de vie meilleure, et c'est tant mieux!
On arrive toutefois à la fin d'un cycle il me semble mais on ne l'a pas encore intégré d'où l'absurdité à mon sens de vouloir faire travailler des gens à tout prix (financé par l'emprunt ou par l'impôt parfois d'ailleurs) sans se demander si les choses ainsi produites sont souhaitables (alimentation industrielle de mauvaise qualité, objets dont l'obsolescence est programmée, publicité, nouvelles routes) car elles détériorent la planète,notre santé et participent à la colonisation de notre imaginaire.
Vu l'ensemble des crises actuelles (financière, écologique, sociale, dette, démocratique, ...) et surtout la perte de sens (on ne sait plus où l'on va),il est nécessaire de trouver de nouvelles perspectives.
On doit donc revenir aux choses fondamentales dont nous avons besoins pour bien vivre: un revenu, pas trop d'inégalités, un environnement préservé, de la nourriture de qualité et du temps libre....
Les recettes actuelles (recherche de la compétitivité par tous les moyens par exemple) sont une impasse. Celles du passé (produire toujours plus) ont fait leur temps.
Il est donc nécessaire d'en sortir et d'en trouver de nouvelles, qui soient soutenables, pour l'avenir. Les partis politiques bretons gagneraient peut-être beaucoup en innovant dans ce sens par rapport à l'idéologie sclérosée des partis français!
(0) 

SPERED DIEUB Le Samedi 4 avril 2015 14:53
Philippe votre constat est exact ,cependant notre monde moderne atteindra aussi peut être des limites ,dans le sens ou le dit progrès va finir par créer plus de problèmes qu'il va en résoudre ,sans compter l'aspect déshumanisant de la civilisation robotique ,au point ou dan un scénario de science fiction devenu réalité ,notre planète pourrait fonctionner sans l'être humain ....
Et à quel prix pourrons nous faire face économiquement et socialement à ce développement anarchique ,qui de part un sur endettement que ce soit des ménages ou des états ,provoquant de nouvelles crises financières ,qui vont nous faire descendre bien plus rapidement terre à terre bien plus vite que l'on est monté .Le fait que lors de la dernière crise des grecs citadins ont été contraints, à revenir cultiver avec des moyens rudimentaires ,est un signe avant coureur qui devrait servir aux dirigeants du monde d'avertissement ,mais hélas
(0) 

Yann Le Guellec Le Samedi 4 avril 2015 16:16
C'est le moment ou jamais pour l'UDB de dénoncer avec virulence la trahison de la gauche hexagonale en Bretagne dont les élus sont presque tous les larbins du pouvoir parisien et jacobin .
L'UDB reste méconnue de la majorité des bretons et le PS est indigne de représenter la gauche en Bretagne . C'est sur cette dernière affirmation popularisée avec force par exemple lors de sa prochaine convention que l'UDB peut choisir de changer de nom pour devenir par exemple le Parti socialiste et écologiste breton(PSEB) et s'attirer sur ce coup médiatique rempli d'espérance pour la Bretagne, les désabusés de la politique qui votent FN ou encore les franges non jacobines du PS ou des verts non mélanchonisés .
L'idéal en démocratie est que toutes les tendances puissent exprimer leurs idées et se jauger au 1er tour mais la barre des 10% étant incertaine pour les uns et les autres, cela va rendre probablement indispensable au moins pour les régionales une alliance avec NTFB ( Troadec+ Parti breton )dès le 1er tour .
(0) 

J-J PAGE Le Samedi 4 avril 2015 23:54
Et si les militants Bretons cessaient, comme le fait C. Troadec, de se préoccuper de l'UDB ! Sans doute le moment est-il venu de considérer que l'UDB est un frein à toute avancée d'une force politique bretonne libre et de rassemblement. L'UDB c'est d'abord, surtout, et rien que la gauche... Trop typé pour la Bretagne !
(0) 

Brocèlbreizh Le Dimanche 5 avril 2015 10:23
La suède,le danemark et de nombreux pays sont nettement plus robotisés que la France.Leur chômage est pourtant plus faible.La Bretagne sera t'elle demain en mesure d'aider ses travailleurs et d'amélioré sa compétitivité par la robotisation?Des hommes et des femmes peuvent fabriquer ces robots.Cela pourrait être un facteur d'emploi dans de nombreux domaines.Il faut aider les entreprises innovantes.Le train passe et le breton devrait le prendre en marche avant d'être dans le dernier wagon.
(0) 

Yann Vari Le Dimanche 5 avril 2015 23:29
@BrocelBreizh
Oui, développons des robots de faire à notre place que qui est pénible de faire et utilise notre temps, que du coup nous n'utilisons pas pour réfléchir. Si on pouvait épargner au gens les travaux abrutissants du travail à la chaîne par exemple, tout en leur permettant d'avoir un revenu pour vivre, ce serait très bien.
Par contre, où est-ce que nous mènera à long terme la fameuse compétitivité tant à la mode? A baisser les salaires jusqu'où? et à travailler combien d'heures par semaines pour ceux qui auront encore du travail. A des conflits mondiaux pour l'accès aux ressources car il sera impossible de satisfaire tout le monde? (tous les pays ne pourront pas être suffisament compétitifs en même temps pour faire croitre leur PIB sans faire exploser la planète).
C'est un équilibre local qu'il nous faut pour trouver un système pérenne. Le bilan azote en Bretagne par exemple est déséquilibré. Notre terre et notre eau reçoivent plus qu'ils ne peuvent en absorber par exemple à cause des importations de soja du Brésil qui vient en excédent et la méthanisation ne résout pas le problème, ce qui produit un coût pour les citoyens par les factures d'eau par exemple mais ce qui ne suit peut-être pas au PIB.
Nous avons tout en Bretagne pour bien vivre. Essayons donc de tendre vers un modèle autonome! Y compris économique car il sera alors soutenable et nous serons moins vulnérables aux chocs qui auront à d'autres endroits de la Terre.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons