L'Union démocratique bretonne cherche une nouvelle voie loin du PS et d'Europe Écologie - Les Verts

-- Politique --

Dépêche
Par Christian Rogel

Publié le 11/05/15 18:40 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

L'Union démocratique bretonne (UDB) a tenu une « convention démocratique », à Trégueux, le 8 mai, pour traiter de la question des alliances électorales pour les élections régionales de décembre 2015, mais, une élection plus lointaine, la présidentielle de mai 2017, flottait derrière les débats.

Il a été confirmé qu'il ne serait pas possible de s'allier avec le Parti socialiste, comme cela avait eu lieu au second tour des régionales en 2004 (et non pas au premier comme indiqué avant. NdA) et postérieurement à l'élection de 2010 (Jean-Yves Le Drian avait refusé avec fracas la fusion entre les tours en 2010).

Le Parti socialiste chercherait des alliés à gauche (Front de gauche et écologistes), mais on connaît bien la manière particulière : des strapontins, mais peu de concessions pour co-gérer. Même un poste d'adjoint au maire ne donne pas de position en vue, tant la communication municipale est verrouillée.

Pour des raisons différentes (abandon du soutien au régionalisme et luttes internes aux Verts), il n'est pas non plus recherché une quelconque alliance avec Europe Écologie - Les Verts comme dans les années 2000.

Le communiqué publié à la suite de la convention indique donc, comme prévu (voir notre article), que « la stratégie de la gauche autonomiste et écologiste que nous représentons doit évoluer… L'État central reste sourd aux demandes d'autonomie et de reconnaissance des peuples et des régions de l'Hexagone, que ce soit en Bretagne, en Corse, en Alsace, au Pays basque… Quel contraste avec la Grande-Bretagne voisine, où le pays de Galles a obtenu un statut d'autonomie et où les Écossais ont eu le droit de se prononcer par référendum sur la question de l'indépendance ! ».

Logiquement, l'UDB présentera ses propres listes, en Bretagne administrative et en Pays-de-la-Loire, en coordination avec les formations réunies dans la fédération Régions et Peuples solidaires et annonce mettre en place son programme et sa campagne.

Dans un article récent (voir notre article), il était souligné que la méthode avancée par un communiqué officiel (24 avril) pour déterminer à quelles conditions, la formation bretonne pourrait se positionner lors de la présidentielle, était fort curieuse.

Il était indiqué : « La fédération Régions et Peuples solidaires réfléchit depuis quelques mois à une candidature à l'élection présidentielle. Membre de la fédération, l'Union démocratique bretonne propose que le candidat soit désigné à l'issue d'une « primaire des régionalistes ».

Il va de soi que confier la primaire des régionalistes à une fédération, dont on est le seul membre possible en Bretagne équivalait à une opération de fermeture à toute autre initiative, même si un minuscule membre de phrase semblait ne pas l'interdire.

Le communiqué du 11 mai a le mérite d'une plus grande clarté, puisqu'il nomme, sans préciser les types d'élection, celui qui agite le petit monde régionaliste et indépendantiste, y compris dans les rangs de l'UDB. Il est vrai que Troadec avait surpris en lançant sa candidature , dès le mois de mars, mais, il en a parlé au Figaro, en novembre 2013 (voir notre article).

« L'UDB est prête à échanger avec Christian Troadec comme avec tous les groupes et partis progressistes qui pourraient être, avec nous, moteurs d'une force de gauche bretonne. »

Le texte d'orientation voté par la convention, annonce : « la constitution d'une alliance qui rassemblera d'autres groupes ou personnalités du mouvement breton, des écologistes de terrain, des forces politiques progressistes et des citoyens engagés qui se retrouveront dans une aspiration à dépasser le centralisme pour faire vivre la démocratie en Bretagne. »

Il est nécessaire de rappeler que Christian Troadec est régulièrement allié du Parti Breton (et aussi de Breizh-Europa) qui ne semble pas correspondre à l'appellation « force de gauche bretonne ».

Christian Rogel

Licence pour reproduction intégrale, sous condition de mention de l'auteur et de l'Agence Bretagne Presse

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1518 lectures.
mailbox imprimer