L'internet et l'e-learning au secours des langues minoritaires
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 5/11/07 21:20 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

John Norman McLeod, directeur des études de l'École en gaélique d'Écosse Sabhal Mòr Ostaig (voir le site) associée à l'Université des Highlands et des Îles, était invité au colloque Kelenn-ISLRF qui s'est tenu à Landerneau ( voir l'article ) dans le cadre des 30 ans de Diwan.

Sur le territoire des Highlands d'Écosse qui n'a qu'un soixantième de la population du Royaume-Uni mais qui représente un sixième de sa surface, l'enseignement supérieur en gaélique parie de plus en plus sur les nouvelles technologies.

Depuis 2005, le gaélique est une langue officielle de l'Ecosse. L'école Supérieure en Gaélique Sabhal Mòr Ostaig offre des diplômes en gaélique depuis 1994 et est le premier et le seul établissement universitaire à proposer un enseignement en gaélique. Il est requis des professeurs non seulement qu'ils connaissent parfaitement le gaélique mais aussi que les nouvelles technologies leur soient familières.

L'école a participé au développement d'un navigateur web en gaélique (voir le site) . Elle a archivé 12 000 heures d'enregistrements de gaélique et mis en ligne des dictionnaires de gaélique y compris un dictionnaire historique en cours de développement. Elle utilise des Smart boards, la video en ligne et la téléphonie pour atteindre les étudiants les plus éloignés rassemblés en groupes interactifs de huit.


(voir le site) des pages en - ou au sujet du - gaélique d'Écosse en ligne Gàidhlig air an Lìon, avec plus de 500 liens classés.

Voir l'intervention de John Norman McLeod à Landerneau.

[video1]

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 3502 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 1 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.