L’'Institut de Locarn veut un Small Business Act
Interview de Philippe Argouarch

Publié le 30/11/13 10:40 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

En 1953, le Congrès américain passait la loi qui, sans doute, devint la base de la prospérité économique et du dynamisme des PME des USA. Le Small Business Act oblige les collectivités à donner un pourcentage de marchés aux PME, favorisant ainsi leur développement parmi les grands groupes.

Vendredi, à l'Institut de Locarn, Yvon Meudal, président de Ganit et administrateur de l'institut, et Pierre Dilasser ont présenté aux représentants du millier de TPE et de PME regroupées au sein du cluster GANIT, comment utiliser des articles de lois existantes pour utiliser dès maintenant un embryon de small business act.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 2 commentaires
Paul Chérel
2013-12-16 14:28:36
L'Institut de Locarn VEUTun SBA mais sai-)il que ca existe déjà pour l'Europe ? Voici le texte de sa création :
« Adopté en juin 2008, le « Small Business Act » pour l'Europe
reflète la volonté de la Commission de reconnaître le rôle essentiel joué par les PME dans l'économie européenne. Il établit, pour la première fois, un cadre politique global pour l'Union européenne et les États membres.
Son objectif est d'améliorer l'approche générale en matière d'entrepreneuriat, d'ancrer de façon irréversible le principe « Penser aux PME d'abord » tant dans le processus législatif que dans le comportement des administrations, et de promouvoir la croissance des PME en les aidant à surmonter les problèmes qui continuent à entraver leur développement.
Le « Small Business Act » pour l'Europe s'applique à toutes les entreprises qui sont indépendantes, qui emploient moins de 250 salariés et qui ne dépassent pas un certain seuil pour leur chiffre d'affaires et/ou leur bilan, soit 99% de toutes les entreprises européennes. »
Il suffit donc que l'Institut en soit le porte-parole, le metteur en scène, le chef d'orchestre, application Bretagne
Paul Chérel
(0) 
eugène le tollec
2013-12-16 16:44:22
Paul,lorsque je dis qu'il faut remettre tout à plat...même les gens qui réfléchissent économie doivent faire leurs auto critiques.
Il faut revisiter la pensée économique
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.