L'Institut Culturel de Bretagne ne veut plus être une société savante
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 28/05/10 17:21 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Lors de la Rencontre sur le design en Bretagne qui s'est tenue à Vannes, le mois dernier, Bernard Delhaye, président de l'Institut Culturel de Bretagne depuis un an, s'est engagé a moderniser, rajeunir et connecter l'institut au reste de la Bretagne. S'engageant dans des partenariats avec les acteurs de l'industrie, de l'université ou d'associations comme Produit en Bretagne, l'ICB a aussi recruté un jeune, Mathieu Guihard, pour assumer les responsabilité de coordinateur.

"Je veux casser cette image de société savante" qu'est l'ICB a déclaré Bernard Delhaye qui veut que "l'Institut devienne un lieu d'échanges et de passages". Le but est à ses yeux de "tisser au coeur de la culture bretonne et de la culture en Bretagne des liens avec tous". Autre exemple de cette nouvelle politique de l'institut, la remise des colliers de l'Hermine qui aura lieu cette année, le 9 août lors du Festival interceltique de Lorient (*). D'autres rénovations sont en cours comme celle du site web qui sera à la fois un portail de la culture bretonne, un outils multi-média et un réseau social.

Créé en 1982 à la suite de la Charte culturelle bretonne, l'Institut est financé par le Conseil régional de Bretagne et les départements bretons. Sa mission initiale était de coordonner le développement, la diffusion et la promotion de la culture bretonne. L'Institut a perdu, au fil de trente années d'existence, deux secteurs importants de la culture bretonne que sont la politique de la langue (devenue l'Office de la Langue Bretonne) et l'aide à l'édition (devenue un EPCC : Établissement public de coopération culturelle). Ces dernières années, la disparition d'Ivonig Gicquel et le vieillissement de ses membres, conjugué à l'institutionnalisation du Conseil Culturel, avaient créé des secousses, voire des démissions, au sein de la direction de l'Institut. Un autre coup dur a été la découverte il y a quelques années de détournements de fonds. Des fonds qui auraient été détournés par la comptable elle-même. Affaire judiciaire toujours en cours.

Suite au succès de la Rencontre sur le design, les uns pensent que l'Institut a trouvé un nouveau dynamisme. D'autres critiquent les dépenses de la rencontre qui s'élèveraient à 85.000 euros. Selon eux, ces moyens pourraient être mieux utilisés. Par exemple pour enseigner l'Histoire de Bretagne, une chose que l'Éducation nationale se refuse toujours à faire. 85.000 euros c'est aussi 8.500 livres d'histoire de Bretagne imprimés que l'on peut distribuer dans les collèges.

(*) Les Herminés 2010 sont l'écrivain Annaig Renault, la vice-présidente du Conseil culturel Catherine Latour, l'historien André Chédeville (†), et le chercheur Donatien Laurent.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1811 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 2 commentaires
Jean Cévaër
2010-08-31 23:27:40
Comme toutes les institutions l'ICB a traversé des périodes fastes et d'autres qui le furent moins, le vieillissement des membres des premières années, le décès de tant d'autres obligent à renouveler les cadres et à repenser l'Institut, c'est ce que fait le président Delhaye. Aidons le et sohaitons lui bonne chance.
(0) 
Loeiz Le Bec
2010-08-31 23:27:40
Samedi 29 Mai 2010 On peut partager tout à fait le point de vue du Président Delhaye de l'ICB et il me semble avoir essayé d'éviter ,malgré certaines pesanteurs ,quand j'étais en charge de la Maison de l'Histoire avec Noel Yves Tonnerre ,qu'elle n'apparaisse comme une société savante.Les besoins immenses de réappropriation de leur Histoire par la population bretonne étaient et demeurent patents . C'est la Maison de l'Histoire de Bretagne,reconnue juridiquement par la Région ,qui sous une forme ou une autre à définir ou à redéfinir ,mériterait d'après moi des efforts constants de l'ICB .Ils seraient une dynamique comprise de tous et un gage d'avenir pour l'Institut . Loeiz Le Bec
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.