-- Media et Internet --

L'indépendance, une notion qui ne fait pas recette dans la presse française

Ce dimanche 27 septembre, en Espagne, en Catalogne, la liste indépendantiste a remporté les élections régionales. Au-delà de l'intérêt que représente ce résultat pour les futures élections régionales françaises en Bretagne, puisque des listes à connotation indépendantiste sont en lice, il est intéressant aussi par les réactions qu'il a suscitées dans les quotidiens français parus le lendemain 28 septembre (ou 29 pour LE MONDE). Dans une France une et indivisible, le concept d'indépendance d'une de ses parties n'a pas de sens. Ce qui permet de mieux comprendre la teneur des articles publiés par ces quotidiens. L'analyse a porté sur 8 quotidiens, 6 nationaux LA CROIX, EN FRANCE AUJOURD'HUI, L'HUMANITE, LE FIGARO, LIBERATION et LE MONDE et 2 régionaux, OUEST-FRANCE et LE TELEGRAMME.

LES QUOTIDIENS NATIONAUX

Aucune Une à l'exception du FIGARO. Un article dans le corps du journal pour LA CROIX et EN FRANCE AUJOURD'HUI, trois articles pour LE FIGARO. L'HUMANITE et LIBERATION brillent par leur sobriété sur le sujet. Jugez-en plutôt.

LA CROIX

Rien à la Une. Page 6, un texte d'un petit quart de page sous la rubrique Monde intitulé « Une réforme institutionnelle pour éviter la rupture avec la Catalogne ». En ne donnant la parole dans ce court article qu'à des gens opposés à l'indépendance, on comprend que la journaliste a un fort parti pris anti-indépendance. (On le retrouve à la Une du 28 sous le titre : « L'indépendantisme ne gagne pas en Europe ».

EN FRANCE AUJOURD'HUI

Rien à la Une. En page 5, une demie-page sur « Les Catalans sur le chemin de l'indépendance ». Le contenu de l'article analyse de façon positive le résultat des élections régionales et les causes qui l'expliquent : mépris du gouvernement espagnol, impossibilité constitutionnelle de sécession d'uns partie du territoire.

L'HUMANITE

Rien à la Une du quotidien, pourtant chantre des luttes de libération des peuples. En page 2, une petite note peu informative de 61 mots qui renvoie aux résultats et aux analyses sur le site WEB. Mais le contenu est réservé aux abonnés du site.

LE FIGARO

En Une, photo et texte titrés : « Catalogne : les indépendantistes remportent les élections régionales ». En page 8, une pleine page avec 3 articles. Le premier « Les catalans s'éloignent de Madrid » fait une présentation intéressante des forces en présence. Le deuxième article « Junto pel Si », l'union droite-gauche pour la sécession » explique comment s'est formée une coalition électorale ad hoc de partis partisans de l'indépendance mais très attachés à l'Union Européenne et ce malgré des orientations socio-économiques différentes, libérale pour l'un, sociale pour l'autre. Enfin, le troisième article « Comptes et mécomptes d'un couple au bord du divorce » présente une analyse économique de la sécession.

LIBERATION

Rien à la Une. Page 10, un « expresso » de 35 mots et un renvoi au site WEB du quotidien.

LE MONDE (du 29 septembre)

A la Une, un bandeau sur un quart de page qui affiche : « Catalogne : les indépendantistes gagnent les élections mais manquent le plébiscite ». On retrouve systématiquement dans tous les commentaires cette note négative : « les indépendantistes ont la majorité absolue en nombre de sièges, mais n'obtiennent pas la majorité des suffrages ». Alors que c'était une élection régionale et non un référendum (refusé d'ailleurs par le gouvernement espagnol) et donc dans une élection législative, seul prévaut le résultat en sièges et non en suffrages. La page 4 entièrement consacrée au sujet comporte 2 articles. Le premier intitulé « En Catalogne, l'amère victoire des indépendantistes » reprend le même refrain et donne la parole dans un intertitre et dans le corps de l'article au représentant du parti au pouvoir en Espagne, « parti seul garant de l'unité de l'Espagne ». Malgré le fait que ce parti n'a recueilli que 8,5 % des voix, la coalition récoltant 39,6%. On apprend au passage que les indépendantistes sont de gauche et que les nationalistes sont de droite. Le deuxième article déclare Artur MAS, président de la Catalogne et d'un des partis de la coalition, « pourfendeur de l'unité de l'Espagne.

LES QUOTIDIENS REGIONAUX

À la différence des nationaux, les deux quotidiens retenus font leur Une sur cet évènement et lui consacrent une bonne surface rédactionnelle.

OUEST-FRANCE

Une Une flamboyante, presque la moitié de la page, intitulée « Un vote historique en Catalogne, accompagnée d'une grande photo et d'un court commentaire qui évoque sans ambages « Les indépendantistes l'emportent ». Toujours sur la Une, le commentaire du chroniqueur qui laissent toutefois apparaître certaines aigreurs comme « alliance improbable de conservateurs et d'extrême gauche » « un oui politique à l'indépendance mais qui n'a pas la valeur juridique d'un référendum » « Les indépendantistes raisonnent avec Madrid comme Thatcher avec Bruxelles ». On ne s'étonnera donc pas qu'il assimile les mouvements indépendantistes européens à des séismes économico-identitaires. Et qu'il se ridiculise en évoquant l'indépendance des Hauts-de-Seine ! À la page 2, en plus d'un article d'un cinquième de page, on trouve un excellent dessin humoristique.

LE TELEGRAMME

En Une, un encart d'un sixième de page excellemment titré « Catalogne, les indépendantistes remportent les élections ». Il renvoie à un article d'une demi-page en page 2 moins bien titré : « « Oui, mais » des Catalans ». Car les » séparatistes » n'atteignent pas les 50 %, ce qui remet en question un supposé mandat des Catalans pour la séparation de la région du reste de l'Espagne.

En conclusion, à l'exception du FIGARO et du MONDE, le problème de l'indépendance de la Catalogne et plus généralement des nations sans Etat de l'Europe préoccupe peu la presse nationale française. L'intérêt manifesté par les quotidiens régionaux serait-il lié à la présence sur leur aire d'influence de mouvements régionalistes, autonomistes et indépendantistes ?

Mais comme une majorité d'entre eux étaient dans leur temps pour l'Algérie Française, ils seront certainement demain pour la Bretagne Française ! Il faut espérer que le dénouement de ces revendications sera plus heureux.

Voir aussi :
©agence bretagne presse

mailbox imprimer
Yves-François LE COADIC
Youenn-Fañch AR C'HOADIG

Vos commentaires :

Paul Chérel
Jeudi 1 octobre 2015

Voilà une excellente revue de presse comme je les aime ! Moralité : arrêtez de lire cette presse, qu'elle soit nationale ou faussement régionale ! Ou alors, essayez de vous procurer des journaux autochtones sur tel ou tel sujet. Faites quelques efforts pour retrouver l'anglais, l'allemand, l'espagnol ou autre russe appris à l'école. Vous resterez libre de votre jugement. Réflexion aussi valable pour TOUS les autres media écrits ou audiovisuels français. Paul Chérel

donbzh
Vendredi 2 octobre 2015

Merci pour cet état des lieux , qui ne surprendra personne, mais méritait d'être souligné...

En complément: à signaler une émission d'yves Calvi, C dans l'air, sur "le risque indépendantiste", le lendemain de l'élection , il me semble.

Débat entre 5 jacobins: j'éviterai les commentaires, vous en aurez , vous-même, devinez la teneur...

Conclusion de l'émission: Seule la france est protégé de l'indépendantisme parce que le peuple est écouté par la voix de ces représentants...A méditer...

Tout le monde semble avoir oublier que la Tchécoslovaquie s'est transformée en Tchéquie en Slovaquie, sans heurt et de façon tout à fait démocratique, à la suite d'un référendum.

Même les intervenants de chez Calvi...Etonnants pour des journalistes et intervenants, qui se veulent au-dessus du lot...

BEVET BREIZH

M.Prigent
Samedi 3 octobre 2015

A noter quand même dans cette émission de C' dans l'Air, la courageuse intervention en fin d'émission de "l'espagnoliste" qui a "osé" affirmer devant les autres invités (muets pour le coup) dont le très jacobin Pascal Boniface qui fait son show actuellement à Nantes que le système hyper-centralisé français "était une exception en Europe" et peu disposé à accorder la subsidiarité à ses territoires.

Un petit mot sur le "sans culotte" Boniface dont les "troisièmes Géopolitique de Nantes" occupent une page de OF:

"Pascal Boniface, 59 ans, géopolitologue, enseignant à Paris VIII, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS, think thank indépendant, regroupant 50 chercheurs à Paris, intervient dans l'enseignement, le conseil aux entreprises et organisations internationales, les médias...), cofondateur des Géopolitiques de nantes, il y anime plusieurs conférences et débats.

5 000 personnes sont attendues aux 16 conférences du vendredi 2 oct et samedi 3 qui traiteront de sujets de teneur stratosphérique comme: conférence sur le climat, prolifération des crises et conflits au MO, Inde, 6è puissance mondiale, monde multipolaire, défis de la santé, villes, acteurs majeurs, morale droits de l'H, Ukraine, Géopôlitique de la gastronomie (?), le terrorisme, l'Afghanistan...etc.

Bref, des sujets hachement balaises, bien loin des petits sujets subalternes comme la régionalisation (les élections sont pourtant proches) ou pire la réunification de la Bretagne devenue anachronique puisque à cette émission de C dans l'air, il avait affirmé que le problème des identités régionales n'avait plus de raisons d'être en France.

L'ouverture de ce show au Lieu Unique de Nantes sous le haut patronage de Johanna Rolland "La déesse de Nantes" (Sic un opposant politique) est une excellente occasion pour instruire les masses incultes provinciales au catéchisme républicain dispensé par les missionnaires parisiens.

Bref, un big colloque hors sol surtout destiné à écouler les bouquins des nombreux conférenciers.

bernard guyader
Samedi 3 octobre 2015

Bon dia

Il y a une pétition pour réclamer à francetélévision le droit de réponse à l"émission parisienne de Y.Calvi ..Signez là Adeu

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 9 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.