L'État français essaye de museler l'opposition des Alsaciens à leur disparition de la carte

-- Politique --

Dépêche
Par Christian Rogel

Publié le 29/11/14 13:41 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Une manifestation de protestation contre la fusion de l'Alsace avec des voisins, dont la culture politique lui est étrangère, a eu lieu sans incidents dimanche dernier 23 novembre à Strasbourg. Elle aurait réuni de 1000 à 1500 personnes, ce qui est remarquable, car, inhabituel dans ce pays.

Une autre manifestation est prévue demain 30 à Colmar. Le pouvoir a-t-il senti que l'exaspération contre son coup de force inadmissible va amener des manifestations à répétition dans une région urbanisée et bien desservie en transports ?

Selon le quotidien, L'Alsace, la préfecture du Haut-Rhin a convoqué les membres du collectif «Les Alsaciens réunis» et leur a dit que la police avait appris que des casseurs voulaient s'insérer dans la manifestation. Curieusement, elle a reproché à la manifestation projetée de ne pas être encadrée et d'« être gérée par Internet ». Elle a appelé les membres du collectif à « prendre leurs responsabilités » et le collectif, composé, en partie, de personnalités politiques locales, a donc annulé la manifestation.

Cependant, Unser Land-Le Parti alsacien a décidé de maintenir cette action pour demain 15 heures (voir le site) L'Etat a donc réussi à faire peur, tout en prétendant ne pas toucher au droit de manifester. Au passage, Manuel Valls - Petit Clemenceau - renforce l'idée que l'Etat n'est plus capable de faire respecter l'ordre public, ce qui est sa principale justification.

Pour la Réunification, Bretagne réunie a organisé de nombreuses manifestations très fournies sans aucun incident, mais ses responsables n'ont jamais été insérés dans le jeu politique local, ce qui les met de facto à l'abri des pressions.

Les Alsaciens ont donc du chemin à faire pour savoir organiser des manifestations de masse. De plus, Unser Land joue gros, mais peut acquérir la reconnaissance qui semble lui fait défaut (les élus bien-pensants l'écartent de leurs actions), bien qu'il ait contribué au récent retour du drapeau alsacien dans la vie publique (voir notre article).

Note : on peut mesurer l'impéritie de l'Etat français vis-à-vis de ses sujets, dont le rapport à l'Histoire est divers, dans le fait que les commémorations de la Grande Guerre ont eu des effets mitigés en Alsace, car, en y glorifiant les Poilus, on a oublié que ceux-ci ont, parfois, eu en face d'eux des soldats alsaciens sous l'uniforme allemand. Avatar moderne de «Nos ancêtres, les Gaulois» enseignés outre-mer.

Christian Rogel

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1956 lectures.
mailbox imprimer