Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Dépêche -
L'Espagne donne le statut de langues parlementaires au catalan, au basque et au galicien, l'UE tergiverse

Avant cette date historique, lorsqu'un député tentait de parler en catalan en basque ou en galicien dans l'hémicycle aux Cortes, il était rappelé à l'ordre et son micro était coupé.

La rédaction pour ABP le 21/09/23 9:51

Le mardi 19 septembre, le parlement espagnol a approuvé l’utilisation du catalan, du basque et du galicien dans toutes ses sessions de travail. Avant cette date historique, lorsqu'un député tentait de parler en catalan en basque ou en galicien dans l'hémicycle aux Cortes, il était rappelé à l'ordre et son micro était coupé. La droite a voté contre et le parti ultra droite Vox est sorti de l'hémicycle à Madrid en signe de désaccord.

De son côté la demande du gouvernement espagnol de reconnaître le catalan, le basque et le galicien comme langues officielles de l’UE a été bloquée par le Conseil de l'Union européenne, également connu sous le nom de "Conseil des ministres de l'Union européenne". Cet organisme est au dessus du Parlement et même de la commission. Il est composé des ministres nationaux des États membres de l'Union européenne (UE). Les ministres des Affaires étrangères de la France (Catherine Colonna), de l'Allemagne et de la Suède et de la Croatie ont « demandé plus de temps ». Il n'y a eu aucun vote du Parlement européen qui, comme chacun sait, n'a pas l'initiative des lois.

Le quotidien Ouest-France rappelle que selon l’Institut national des statistiques espagnol (INE), il y a 9,1 millions de personnes parlant le catalan, 2,6 millions le galicien et 1,1 million le basque. Avec 10 millions de locuteurs dans l’UE, le catalan est presque autant parlé que le tchèque et beaucoup plus que le gaélique irlandais ou le maltais qui font partie des 24 langues officielles. Et d'ajouter que ce blocage est « Un prétexte pour la France jacobine qui ne voit jamais d’un bon œil l’affirmation de langues régionales.»

Voir aussi :
5  0  
mailbox
imprimer
Vos 7 commentaires
  Rafig
  le Jeudi 21 septembre 2023 13:17
Le royaume d'Espagne est décidément en pointe sur plusieurs sujets qui touchent les citoyens au premier plan :
- l'égalisation de faits sociétaux : orientations, genres , droits des femmes ..
- Langues "régionales" reconnues ...
Le Royaume Uni dans les années 1990 a refait vivre les parlements de ses territoires conquis.
On rêve que la République française (donneuse de leçons en matière de droits humains) se mette elle aussi à la page de la réalité des peuples de la France.
(4) 
DeJojo à Rafig
 le Jeudi 21 septembre 2023 16:57
Pour l'instant la république fançaise reste bloquée au XIXè siècle...
(3)
  Kerbarh
  le Jeudi 21 septembre 2023 19:41
C’est grâce aux luttes intenses des catalans , basques, galiciens , Valenciens que ces langues sont reconnues. Ne croyez surtout pas que Madrid est plus généreuse que Paris. Madrid est ultra conservatrice et ultra jacobine. À la différence avec la France ,les peuples pré cités ont résisté et n’ont jamais abandonné leur culture.
(1) 
DeGregor à Kerbarh
 le Vendredi 22 septembre 2023 15:45
L'élément déclencheur c'est la mort de Franco. Pour permettre la transition et ne pas tomber dans une autre guerre civile, Madrid à accepté la reconnaissance des galiciens, catalans et basques. A présent c'est une bataille en continue autour de l'étendue de leur autonomie. Ce que l'on observe, c'est que contrairement à la France oú Paris aspire les impôts de tout le pays et s'en sert pour asseoir sa supériorité économique, en Espagne Euskadi et Catalogne sont des centres économiques trés importants grâce au contrôle de leur finance, education, etc... Des régions comme la Bretagne, l'alsace, la Provence ont aussi le potentiel pour faire beaucoup mieux qu'actuellement mais pour cela ils doivent pouvoir adopter des politiques adaptés a leurs defis propres
(1)
  Royal Delu
  le Vendredi 22 septembre 2023 16:06
Le problème de tout cela est que rien est dans le marbre et tout sera remis en cause à la prochaine élection. Or aux élections, les espagnols sont majoritaires. Pas certain du tout que les électeurs du PSOE soient fans de ce type de mesures au demeurant.
Le PS local ne fait cela que par pur opportunisme politique en cherchant à créer des liens de dépendance et à siphonner les voix de certaines communautés. Attention aux catalans notamment, on comprend bien la peur de voir les néo-fraquistes revenir mais à étreindre le PSOE, ils pourraient disparaitre, et à terme ne plus être une force qui compte.
C'est un peu comme les Gwenn ha du installés ça et là dans certaines communes du 44. Tout cela peut être remis en cause du jour au lendemain. C'est de la grand précarité. Un peuple sans Etat est une sorte de SDF national.
(2) 
  Kerbarh
  le Lundi 25 septembre 2023 20:19
La Catalogne a un déficit fiscal avec l’état espagnol de plus de 12 millards chaque année.
Cela a servi ,entre autre ,à réaliser des autoroutes gratuites autour de Madrid…
(0) 
  Kerbarh
  le Samedi 7 octobre 2023 19:44
La Catalogne a un déficit fiscal avec l’état espagnol de plus de 12 millards chaque année.
Cela a servi ,entre autre ,à réaliser des autoroutes gratuites autour de Madrid…
(0) 
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 1 ?