L'escorteur d'escadre Maillé-Brézé, un nouveau livre par Jean Moulin
Dépêche de Bernard Le Tellier

Publié le 29/04/10 19:49 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

.

Le navire

La publication de ce livre est l'occasion d'en apprendre un peu plus sur le Maillé Brezé.

L'escorteur d'escadre Maillé-Brezé, troisième "navire de combat" de ce nom, fait partie du paysage nantais des quais de Loire depuis 1988, en face du site des anciens Ateliers et Chantiers de Bretagne qui ont construit ses sister ships, où il est devenu un musée naval flottant très visité, géré par l'association loi 1901 Nantes Marine Tradition (NMT) créée en 1983. (voir le site) . Construit à Lorient en 1953, il a été classé Monument Historique en 1991. (voir le site) du Chasse Marée donnant la liste officielle des bateaux protégés au titres de monuments historiques. Et (voir le site) de NetMarine, page Maillé-Brézé.


Extraits du site de l'éditeur

Premier navire de guerre français retiré du service et transformé en musée à flot en 1988, l'escorteur d'escadre Maillé-Brézé a toute une histoire à raconter : celle de la marine française des années soixante et soixante-dix quand l'ennemi redouté avait la forme d'un sous-marin soviétique.

Le livre

Dans ce livre abondamment illustré, Jean Moulin retrace les vingt ans de carrière du bâtiment exposé à Nantes, juste en face des anciens chantiers navals où furent construits trois de ses sister-ships. L'auteur y décrit les évolutions de cette série de navires et en explique, par le menu, les armements et les capacités opérationnelles. Lire Maillé-Brézé, c'est pénétrer au cœur des enjeux de la guerre froide tout en voyant déjà apparaître, à travers les choix de l'époque, la préfiguration des frégates modernes. Ce livre est un prolongement passionnant à la visite du navire musée nantais…

L'auteur

Jean Moulin est né en 1944. Enfant, il se passionne pour l'histoire de la marine de guerre française du XXe siècle. Après un service national dans la Marine, il entame une carrière de technicien dans une société nationale d'informatique, et consacre tout son temps libre à sa passion. Il a publié de nombreux livres, et collabore très régulièrement à des revues d'histoire maritime, ainsi qu'à Flottes de combat. Il a été récompensé par un prix décerné par l'Académie de marine, et ses ouvrages sont considérés comme des références dans leur domaine.

L'escorteur d'escadre Maillé-Brézé par Jean Moulin
Format 21 x 27 cm, 96 pages, broché.

(voir le site) de Marines Éditions. On peut feuilleter 8 pages choisies de la monographie sur le site ou voir le PDF ci-dessous. contact [at] marines-editions.com


Musée Naval Maillé Brézé
Quai de la Fosse , BP 68721
44187 Nantes Cedex 4
Tél 02 40 69 56 75 15 et 09 79 18 33 51
(voir le site)
Courriel : maillebreze [at] orange.fr
Horaire d'ouverture du Maillé Brézé :
– du 1er octobre au 31 mai de 14 h à 17 h (mercredi, samedi, dimanche et jours fériés) et tous les jours durant les vacances scolaires ;
– du 1er juin au 30 septembre de 14 h à 18 h tous les jours.

Le Maillé-Brézé recrute :
Pour les samedis et les dimanches hors saison d'été et pour tous les jours en été, le Maillé-Brézé recherche du personnel vacataire pour assurer les visites. (voir le site) à consulter pour postuler en ligne.

Bernard Le Tellier

Document PDF 18117_2.pdf L'escorteur d'escadre Maillé-Brézé par Jean Moulin. Marines Éditions ; 2010. Quelques pages à feuilleter.. Source : Marines Éditions
Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1766 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 1 commentaires
J-Luc Le Floc'h
2010-08-31 23:27:40
Une double précision pour les lecteurs de l'ABP :
. le Maillé-Brézé a été construit à Lorient en 1953, et non pas à Nantes. Ce sont d'autres bâtiments de sa classe qui ont été lancés à Nantes.
. mieux encore, un tout petit détail, qui ne peut échapper au visiteur - qu'il soit breton et marin de cœur, ou simplement curieux et attentif - : une maquette du bâtiment est exposée sous vitrine à l'intérieur du navire. Cette maquette arbore un petit « Gwenn-ha-Du », oui vous avez bien lu, un vrai drapeau breton.
Et maintenant, la question: quand verrons-nous flotter un « Gwenn-ha-Du » grandeur nature sur le quai pour signaler l'accès au bâtiment, en lieu de ce fanion blanchâtre estampillé d'un logo quelconque...heu quel logo déjà ? … ? j'ai oublié !
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.