Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Éditorial -
L'entente cordiale ou le redressement économique de la Bretagne
L'entente cordiale de 1904 entre la France et le Royaume Uni dont on fête cette semaine le centenaire a une signification toute particulière pour les Bretons. C'est un grand tournant: L'établissement d'une paix durable en Bretagne et le début de notre redressement économique et a long terme de notre émancipation. On ne peut pas dire que
Philippe Argouarch pour ABP le 6/04/04 10:57

L'entente cordiale de 1904 entre la France et le Royaume Uni dont on fête cette semaine le centenaire a une signification toute particulière pour les Bretons. C'est un grand tournant: L'établissement d'une paix durable en Bretagne et le début de notre redressement économique et a long terme de notre émancipation.

On ne peut pas dire que la Bretagne ait été ruinée par son rattachement à la France, mais on peut affirmer sans être contredit facilement qu'elle a été ruinée a cause de guerres incessantes au 16e, 17e, 18e, et début du 19e siècle entre l' Angleterre et la France. Plus de 3 siècles de guerres et de conflits.

Les blocus , les attaques des ports et des vaisseaux bretons par la marine de sa majesté, et les réarmements des navires marchands bretons à des fins militaires ruinèrent le commerce breton.

Depuis les temps les plus reculés, la petite Bretagne eut des liens commerciaux avec la Grande Bretagne. D'une façon générale la Bretagne occupait une position géographique centrale entre l'Espagne, l' Angleterre et la Hollande. Les Bretons transportaient le vin de Bordeaux, le sel de Guérande et de Bourgneuf. La Bretagne exportait du beurre, du suif, des viandes salées, des porcs vivants, du poisson sec ou salé dans des barils et des produits manufacturés comme les toiles. En 1483 il y a 344 navires bretons dans le port d'Arnemuiden en Hollande. Au XV siècle la Bretagne était riche.

Le duché s'enrichit pendant la guerre de cents ans mais finit par sombrer dans une guerre de succession qui marque un peu le début de la fin de la prospérité bretonne. Après l'annexion du Duché de Bretagne au Royaume de France en 1488, les Anglais n'ont plus de scrupules pour attaquer les ports et les villes bretonnes. En 1522 Morlaix est pillé. 12000 anglo-hollandais débarquent au Conquet en 1588. Brest est attaqué en 1594. En 1693 et 1695 les Anglais attaquent Saint Malo. En 1746 ils assiégent Lorient et pillent Quiberon. En 1758 ils attaquent de nouveau Saint Malo, débarquent a Cancale, brûlent les villages aux alentours et 55 navires. Les Anglais occupent Belle-Île de 1760 a 1763. En 1806 ils s'empareront même des Glénans. La plupart des îles bretonnes y compris Batz, Houat, Hoedic sont occupées a un moment ou a un autre par les anglais qui en font des bases pour lancer des attaques sur les ports bretons et empêcher tout commerce en capturant ou coulant les navires qui passent à portée de canon. Probablement des milliers de bateaux marchands basés dans des ports bretons furent capturés ou détruits pas les vaisseaux de sa majesté au cours de toutes ces guerres.

La monarchie française se moquait bien de la Bretagne sauf pour y faire construire de nouveaux vaisseaux (la forêt centrale ou Argoat aurait été détruite pour construire la marine royale et impériale) et y recruter des marins pour la flotte et des colons pour les colonies. Si Colbert choisit d'établir un port à Lorient c'est que Le Havre est dans la Manche et trop menacé par les Anglais. Il aurait préféré le Havre car les épices des Indes pouvaient remonter jusqu'a Paris par la Seine.

La perte des colonies d'Amerique et des Indes, puis le blocus continental établi par Napoléon fut le coup de grâce au commerce breton. La domination de la marine de sa majesté fit de l' Atlantique une mer anglaise. Heureusement que la conserve et la boîte de fer blanc furent inventées au début du 19e siècle donnant a la Bretagne une nouvelle industrie et des produits à valeur ajoutée car en Bretagne il ne restait plus que quelques champs de pommes de terres et de blé noir dans le pays affamé et miséreux que Jean Marie Deguignet nous décrit dans ses mémoires.

Longue vie à l'entente cordiale!

Voir aussi :
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 8 multiplié par 6) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons