L'Alsace a un drapeau, le Rouge et Blanc, et il revient sur les bâtiments et dans la rue

-- Politique --

Dépêche de Christian Rogel

Publié le 15/07/14 12:35 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le drapeau alsacien est peu connu, car, s'il est historiquement indiscutable, son usage a été combattu par les tenants de la République française uniformisatrice. Sous prétexte qu'il a été adopté par le Parlement du Land autonome d'Alsace-Lorraine, en 1912, les autorités françaises ont tenté de le dénigrer comme un concurrent mal venu du drapeau français. Mais, maintenant, le couvercle saute et, comme la Bretagne, l'Alsace relève la tête, au milieu des tempêtes. Il est partagé entre une bande rouge et une bande blanche horizontales.

Le rouge et le blanc sont les couleurs ancestrales de toute la région alémanique qui inclut, outre l'Alsace, le Pays de Bade, le Wurtemberg et la plus grande partie de la Suisse, dont le drapeau fédéral est... une croix blanche sur fond rouge. C'était aussi les couleurs de la maison impériale des Habsbourg et le drapeau de l'Autriche est, de bas en haut, rouge blanc rouge. Plusieurs villes d'Alsace (Strasbourg, Mulhouse, Sélestat, Wissembourg...) ont des blasons avec ces mêmes couleurs.

Le célèbre dessinateur Hansi, qui combattit dans l'armée française en 1914, a représenté dans une illustration le Rot un Wiss (Rouge et Blanc) accroché aux fenêtres et à une église. Évidemment, les autorités françaises s'empressèrent de l'interdire en 1918, ce qui n'empêcha pas qu'il fut visible dans des manifestations communes aux autonomistes et aux communistes. Depuis une quarantaine d'années, il est plus souvent arboré en Alsace, mais sans que cela atteigne encore l'intensité d'utilisation du gwenn ha du en Bretagne et dans le monde.

L'inénarrable réforme territoriale socialiste est donc l'occasion d'un retour plus appuyé de l'emblème alsacien, qui est simple et facilement reconnaissable. C'est pourquoi, il n'est pas étonnant qu'il ait été vu lors des manifestations de protestation contre la fusion projetée entre l'Alsace et la Lorraine, qui ont eu lieu à Strasbourg et à Colmar, le 28 juin dernier (environ 800 participants). A Colmar, une des oratrices était Andrée Munchenbach, présidente de "Unser Land-Le Parti Alsacien", un parti plutôt centre gauche, dans la même coalition européenne que l'UDB, et qui s'était allié à Europe-Écologie-Les Verts, mais qui a été rejeté brutalement par ceux-ci. Un coup de barre pro-jacobin qui rappelle celui qui affecte les Verts bretons et est une conséquence probable de la course aux places déclenchée par l'accord électoral PS-EELV de novembre 2011.

Le drapeau adopté en 1912 comportait une croix de Lorraine d'or pour symboliser le département de Moselle alors réuni à l'Alsace dans le Land impérial. Il est alors rejeté par le Reichstag : Archives du Haut-Rhin (voir le site)

Le vice-président d'Unser Land a écrit un livre sur l'histoire du drapeau alsacien : Jean-Georges Trouillet, Le drapeau alsacien, Des origines à nos jours,; Éd. Nord-Alsace

Site d'Unser Land-Le Parti Alsacien (voir le site)

Christian Rogel

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 9318 lectures.
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 12 commentaires
Ar Vran
Mercredi 26 janvier 2022
Autant la Bretagne est crédible avec la réunification aux yeux de la France, voire même je dirais que si les résistances existent, ces dernières proviennent de l'attitude autiste de la république française face à la volonté populaire des Bretons.
En Alsace il est en autrement. Les Alsaciens ont eu récemment à se prononcer pour la fusion de leurs 2 conseils généraux avec la région Alsace. Même si les conditions étaient difficiles, les Alsaciens ont eu la chance d'avoir un référendum. Et pour des raisons que j'ai encore du mal à comprendre, les Alsaciens ont refusé.
Vu de France, il est donc malvenu que les Alsaciens refusent de se fondre dans une autre région alors qu'ils ont eu l'opportunité de créer leur propre assemblée locale. Pire on pourrait même avancer que au vu du référendum, les Alsaciens ne veulent pas d'une entité alsacienne distincte et donc il est normal de les réunir dans une région plus grande qui saura oublier (ou mieux dans le jargon bien-pensant fusionner) l'identité fétiche (?) alsacienne....
Le beau drapeau rouge et blanc alsacien est bon à ranger dans les tiroirs, et peut être que dans peu de temps nos "amis" de l'Est seront fiers de brandir celui d'une région s'étendant de l'ex Champagne-Ardenne à l'ex Alsace en passant par la Lorraine (sans mes sabots...)
Sans commentaire hélas.
Les Alsaciens se sont tirés une balle dans le pied...
(0) 
Yann LeBleiz
Mercredi 26 janvier 2022
@ Ar Vran
La population alsacienne a voté favorablement au référendum, mais c'est le mode de scrutin qui à fait basculer dans le non.
Il faut rapprocher ce référendum à celui de la Corse qui ont rejeté un projet pourtant favorable à l'Île.
Ces référendums manqués sont autant d'avertissement pour les bretons.
Répondre à un référendum organisé par une institution s'opposant pour des raisons idéologiques au territoire concerné n'a que peu de chance d'aboutir favorablement.
La Bretagne est de plus en plus présentée ouvertement comme une menace pour la France (jacobine), je vous laisse donc imaginer le résultat d'un référendum sur la Bretagne organisé par cette même France...!
(0) 
Louis Le Bars
Mercredi 26 janvier 2022
En Alsace, le Bas-Rhin a dit oui très majoritairement, le Haut-Rhin a dit non, alors que Colmar devait recevoir un statut de capitale...au total certes, avec une faible participation, le Oui l'avait emporté mais il n'est pas illogique que la fusion n'est pas été validée compte tenu du "non" du Haut-Rhin. Pour fusionner, il faut être 2.
Mais je ferais tout de même remarquer qu'il n'y a aucun référendum pour fusionner Alsace, Lorraine et Champagne.
L'Alsace est en réalité une mosaique de cités-Etats historiquement, typique du St Empire Romain, il n'y a jamais eu de réelle unité, l'Alsace est quasiment une invention française. Par ailleurs le division Haute/Basse-Alsace est totalement reprise par le découpage départemental.
A noter que la fusion avec la Champagne dissuaderait Belfort de se rattacher à l'Alsace-Lorraine
(0) 
C. Schmitt
Mercredi 26 janvier 2022
Pour répondre un peu de la part d'un Alsacien, je suis fier de voir qu'enfin les couleurs du drapeau alsacien flottent de nouveau un peu partout en signe de défiance vis-à-vis de cette réforme qu'on veut nous imposer.
Notre cas est particulier. Nous avons longtemps été assimilé allemands donc potentiellement collaborateur avec l'ennemi et cet état de fait, cette accusation sourde de l'Etat français s'est inscrite sur le long terme et a poussé nombre d'Alsacien à rejeter leur propre identitée.
Il a fallut du temps pour que les choses évoluent et il en faudra encore longtemps. L'accusation de collaboration n'ayant plus lieu d'être, on accuse désormais notre culture d'être "ringarde", de ne pas s'inscrire dans l'avenir. Tous les prétextes sont bons pour en finir avec l'identité de l'Alsace. Nous ne sommes pas au niveau de la culture Bretonne, il faudra encore beaucoup de temps pour que les Alsaciens n'ignore plus l'Alsace.
Pour répondre à Ar Vran qui a dit plus haut que, apparemment, je serai fier de brandir l'étendard d'une province qui ira de Paris à Strasbourg, je lui assure qu'il n'en est rien, en tout cas pour moi-même. Un région artificielle, sans fondement profond, ne sera jamais pour moi qu'une absurdité et jamais, au grand jamais, je ne brandirai son étendard et je resterai fidèle à mon Rot un Wiss !
(0) 
PIERRE CAMARET
Mercredi 26 janvier 2022
Je ne suis pas Alsacien , mais je connais bien les "Spoutz" mon beaufrere etait alsacien , il est decede tout recemment.Nous etions au VietNam ensemble .
C'est beaucoup plus profond. Je me souviens avoir ete avec lui dans son pays en Alsace , il changeait d'attitude comparee avec son attitude parisienne .. se remetttait au dialecte , que je comprenais en partie . je parle allemand.Il y a une culture alsacienne , une sensibilite alsacienne , que nos fabricants de robots a Paris , ont ignore en creant une super Region artificielle.Reunion avec les lorrains ... je me souviens des bonnes plaisanteries alsaciennes contre les lorrains .Tout cela est ridicule , et souhaite que cela ne dure pas .
La Region , c'est l'identite et c'est cela que nos "faiseurs d'histoire socialo "veulent tuer . Depuis 220 ans , ils travaillent dessus.On peut avoir une identite commune economique , on ne peut pas avoir une identite culturelle a 100% commune.L'identite culturelle a sa place naturelle creee par la nature , le climat , les ressources en l'etat ,les traditions, les habitudes ..... etc.....
Je trouvais beaucoup de similitude entre la Bretagne et l'Alsace .
Les "grands malades "de Paris , comme d'habitude n'ont rien compris .... ou Si ... faire disparaitre toutes les cultures locales pour finir de creer la Culture Francaise et Socialiste . A ce programme , je reponds : NON MERCI.
Les Alsaciens ont leur LA ...... le Territoire de BELFORT , alsacien avant 1871 et maintenant rattache a la Franche Comte .
Ces Socialos sont insatiables , il faut qu'ils modifient TOUT , Ils sont plus perfectionnistes que Dieu lui meme ,pour nous rendre heureux , MALGRE NOUS?????
En conclusion , ne perdons aucun espoir Messieurs HOLLANDE . JYLD , JMA , AUXETTE , VALLS , Segolene ROYALE etc.... Gott Sei Dank , Ma Doue Beniguet ne sont pas eternels .Ce qu'ils ont fait d'une facon arbitraire, on pourra le defaire .....democratiquement .
(0) 
Louis Le Bars
Mercredi 26 janvier 2022
La fusion Alsace-Champagne-Lorraine est loin d'être actée : (voir le site)
Les élus alsaciens ne veulent pas de la Champagne.
Trois régions posent manifestement problème depuis le départ : Champagne-Ardenne, Poitou-Charentes et Pays-de-la-Loire. Elles sont tiraillées par des forces centrifuges, sont difficilement fusionnables en blocs, et le sentiment d'appartenance régional y est faible.
Le gouvernement aurait rencontré beaucoup moins d'opposition en proposant de redécouper ces 3 régions pour former au final 13 régions dont : une Aquitaine-Limousin incorporant les Charentes, une Région Val-de-Loire avec l'actuel Centre, Pays-de-la-Loire sans le 44, et Poitou (Deux-Sèvres, Vienne), une Bretagne à 5 départements, une Bourgogne-Franche-Comté avec le Sud Champagne (Haute-Marne, Aube) et la Marne et les Ardennes avec la Picardie.
Par opposition les derniers sondages ont montré que les habitants de la Région Centre étaient parmi les plus hostiles de France au démantèlement de leur Région (74 %), qu'une nette majorité (58 %) sont favorables à une fusion avec la région Pays-de-la-Loire (seulement 20 % vers l'Ile-de-France) et que le sentiment d'appartenance y est plus fort que chez leurs deux voisines ..
(0) 
eugène le tollec
Mercredi 26 janvier 2022
Regroupement par affinité(culturelle...historique et quelque part d'identité...
Soit regroupement à partir des pays majeurs...
IL n'y que ça pour amener l'équilibrage...le reste est de l'aspect économique.
Dernier point
Une gouvernance quelqu'elle soit ne peut défier l'histoire et la façon humaine de la construction des espaces ( provinciaux au départ...).
La France pendant plus de mille ans s'est équilibrée
ainsi( c'est un des aspects de vivre ensemble).
ON NE DÉTRUIT PAS DES LIEUX DE NAISSANCE....LORSQU'UN NOM DISPARAÎT,LA MORT À FAIT SON ¼UVRE.
(0) 
Ar Vran
Mercredi 26 janvier 2022
Pour ceux que cela intéresse, voir le lien parlant du tripatouillage point de vue Alsacien ( (voir le site)
On n'est pas sorti de l'auberge (ou de la Stube..)
Finalement à peu de chose près, le choix de l'Alsace réside dans sa disparition dans un Grand Est (de Paris) ou faire bande à part?
Bien sûr tout rapprochement avec ce qui se passe à l'Ouest (de Paris) n'est pas une coïncidence.
Manquerait plus que les Savoyards réactivent leur proje t d'assemblée unique ( (voir le site)
Au secours, François, ta France fout le camp, ils sont devenus fous...
(0) 
Sebastien GUNTHER
Mercredi 26 janvier 2022
(voir le site)
Je me permets de vous transmettre cette pétition qui circule depuis hier, et qui a déjà recueilli près de 10000 signatures. (Je n'en suis pas a l'origine)
Nos amis et frères bretons peuvent évidemment, s'ils le souhaitent, se joindre a notre combat, qu'ils sont bien places pour comprendre.
J'espère ne pas enfreindre les règles de ce forum en l'y postant.
(0) 
Christian Rogel
Mercredi 26 janvier 2022
@Sébastien Gunther
La pétition semble avoir été initiée par le maire UMP de Mulhouse, Jean Rottner. Le recueil de 10 000 signatures en si peu de temps est remarquable
A noter que Jean Rottner utilise un substitut du drapeau alsacien véridique, une combinaison des armes de la Basse et de la Haute Alsace.
Les élus des grands partis alsaciens semblent donc hésitants à arborer le Rot un Wiss
(0) 
Annie AST
Mercredi 26 janvier 2022
@Christian Rogel
Il s'agit d'une version plus récente du blason de l'Alsace encore utilisé pour les uniformes de gendarmes par exemple.
(voir le site)
Le blason historique et repris par l'administration est celui-ci :
(voir le site)
Par contre il ne faut pas confondre blason et drapeau...
Ce choix de Rottner doit être une stratégie pour que les Alsaciens du Non à la fusion reviennent sur leur pas. Cela donne une impression visuelle de maintien des identités des deux départements.
(0) 
Aurélien Bruder
Mercredi 26 janvier 2022
Alsacien résident en Champagne, Haut Rhinois pour être plus précis.
Il y a eu toujours une rivalité entre Haut et Bas - Rhin. Le fait que l'unité alsacienne n'existait pas avant notre annexion à la France y joue beaucoup. Le référendum a été rejeté par le manque de compréhension du projet et la peur du côté haut - rhinois que tout fout le camp à Strasbourg. Il y a eu clairement un manque d'information et d'explication là dessus.
Quitte à faire du redécoupage, reprenons alors les anciennes provinces françaises d'avant 1792, avant la création des départements. Depuis celle - ci, le pouvoir n'a fait que du tripatouillage pour casser tout notre patrimoine historique et culturel. Le retour aux provinces aurait donc un sens. Evidemment supprimons les départements car si c'est pour démonter une usine à gaz pour en reconstruire une autre, je n'en vois pas l'intérêt.
Ne me parlez pas de taille "européenne" ou économique. 1) l'Alsace est la 3ème région économique française alors qu'elle est la plus petite en taille. 2) La Suisse qui reprensente en taille une région française est divisée en 26 cantons et demi - cantons. Et il n'y a pas de problème. Pire, Appenzell le chef lieu du même canton (et demi canton de Rhodes Intérieures) compte à peine 5700 habitants! Donc arrêtons les conneries.
Les socialos nous pondent la mixité culturelle. On a tout ce qu'il nous faut en France pourquoi chercher ailleurs? Rappelons aussi que lors de la vague rose aux dernières régionales, l'Alsace est la seule région, avec la Corse à rester à droite et que depuis plus de 50 ans, le P.S. n'a jamais conquis cette région. Que seules Strasbourg et Mulhouse font la bascule entre la droite et la gauche aux municipales. Cette mesure s'apparente donc plus dans de la magouille électorale qu'autre chose.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.