«Il n'est pas facile de trouver un jeune qui sache lire et écrire correctement en centre Bretagne», vient de déclarer un membre du cabinet de Mr Ferrand, ministre d' Etat et député de la circonscription Carhaix-Châteaulin.

42305_1.jpglogo

Nous trouvons ces propos scandaleux car ne correspondant en rien aux réalités de la jeunesse bretonne. Faut-il rappeler à ce personnage, sans doute élevé au biberon de l'ENA, que la jeunesse bretonne est une des plus diplômées de l'hexagone. Que la Bretagne compte le plus fort pourcentage d' universitaires et de chercheurs de haut niveau par habitant. Qu'il existe en Bretagne trois centres universitaires, Brest, Nantes (université fondée en 1461) et Rennes qui recouvrent toutes les disciplines les plus pointues sans compter les centres spécialisés dans les sciences de la mer, l'agroalimentaire ou la formation maritime.

Cette déclaration ne fait que reflèter les clichés éculés et les a-priori infondés qui règnent encore au sein d'une nomenclatura parisienne où dominent toujours l'esprit de caste et l'autoreproduction. Il est permis de s'étonner qu'un ministre d'Etat ne contrôle pas mieux sa communication. M. Ferrand aurait-il laissé tenir de tels propos sur la jeunesse de son département d'origine, l'Aveyron ?

Quant à ce membre du cabinet, nous lui posons cette simple question : sait-il comprendre, lire et écrire correctement la langue bretonne ? Et puis quelles ont été les initiatives prises pour faire que cette jeunesse trouve emplois et reconnaissance méritée dans son territoire d'origine ?

Pour le bureau de l'AFB-EKB,

Dr Jean Louis LE MEE

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1150 lectures.
mailbox imprimer