L'aéroport de Notre-Dame des Landes : une infrastructure pour une Bretagne réunifiée

-- En Avant Bretagne / Breizh War-Raok --

Agenda de En Avant Bretagne / Breizh War-Raok
Porte-parole: Jean-Jacques Page

Publié le 24/05/16 15:56 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

A l'approche du referendum, En-Avant-Bretagne/En-Awen-Breizh (EAB) prend position en faveur de la construction d'un aéroport intercontinental en Loire-Atlantique.

La nécessaire redistribution du trafic aérien et sa démocratisation, le développement et l'attractivité économique de la Bretagne, ainsi qu'une meilleure desserte de notre territoire, exigent des infrastructures de dimension internationale.

Le futur aéroport de Notre-Dame-des-landes (NDDL), sera situé à 17 kms au nord de Nantes. La desserte de l'aéroport sera assurée par une route qui reliera la N 167 Rennes-Nantes et la N165 Nantes-Vannes.

La France aéroportuaire, ce n'est que Paris ! Les multiples aéroports de Bretagne sont trop petits et n'assurent, le plus souvent, que des liaisons vers Paris.

La progression de l'aéroport de Nantes-Atlantique depuis 30 ans est très marquée : 900 000 passagers et 20 000 vols commerciaux en 1986, 4,4 millions de passagers et 48 000 vols en 2015. Sa situation au sein même de l'agglomération nantaise est controversée (nuisances, sécurité...).

L'avenir aéroportuaire de la Bretagne devrait privilégier deux pôles majeurs : Brest-Guipavas et Notre-Dame-des-landes.

Notre-Dame-des-landes, situé en Bretagne est un élément objectif de l'affirmation d'une Bretagne entière (réunifiée). La Bretagne, c'est un label international au même titre que le Texas, la Californie, la Bavière ou l'Ecosse.

8 millions d'habitants seront à moins de 3 heures de l'aéroport, dont les 4,5 millions de Bretons.

La Bretagne est située sur la route maritime la plus fréquentée du monde et au coeur des réseaux de télécommunication. L'Arc Atlantique du Portugal à l'Irlande lui offre un marché de 100 millions d'habitants. NDDL complétera la centralité de la Bzh dans le monde de demain.

Que la BZH ne reste pas « péninsule spectatrice de l’océan » comme le disait Pline l’ancien, mais qu’elle devienne actrice…

Cet article a fait l'objet de 1321 lectures.
mailbox imprimer
logo
En Avant Bretagne / En-Awen-Breizh est une plateforme politique. L'union des modérés qui pensent Bretagne pour que la Bretagne ne compte pas pour du beurre.

Vos commentaires :

jean louis le corre
Mardi 24 mai 2016

Enfin des arguments de bon sens,le temps perdu ne se rattrapera pas,il est temps de lancer ce chantier,et de renegocier avec Vinci les dispositions trop genereuses,dans l'interet public

Paul Chérel
Mardi 24 mai 2016

Enfin un avis argumenté en faveur de NDdL, un VRAI aéroport pour la Bretagne mais "pas que"comme on dit. Félicitations à l'auteur. Concernant l'approbation mitigée de @jean-louis, je lui demande s'il a vraiment en mains les deux contrats signés avec Vinci. Si Oui, qu'y voit-il à renégocier ? (en dehors, bien entendu, de ce qu'il a pu lire éventuellement dans des journaux ignares.) A-t-il lu le ou les contrats signés avec les Chinois pour Toulouse ? Les Chinois, eux, vont se passer (court-circuiter) des ingérences de CCI, Air France ou autre ADP. Souhaitons que Vinci ait le même courage ! Finissons-en avec le passage par Paris pour aller, commercer ou entreprendre partout dans le monde !

Peri Loussouarn
Mardi 24 mai 2016

Très bien tout cela.... mais on va la faire à l'envers :

dans un premier temps, la réunification

ensuite l'aéroport !

Alain E. VALLE
Mardi 24 mai 2016

Deux références pour s’instruire après de compétences incontestables :

Françoise VERCHÈRE, ancienne Maire et Conseillère générale de Bouguenais, commune site de l’aéroport de Nantes Atlantique, qui vient de publier : « Notre Dame Des Landes : la fabrication d’un mensonge d’Etat » aux éditions Tim Buctu – 2016 - 10 € timbuctueditions.fr

Jacques BANKIR, ancien Président de Régional airlines : www.youtube.com/watch?v=KWmzdDUaMtl

C’est toujours mieux que des incantations.

AV

Boned ruz
Mardi 24 mai 2016

Le seul intérêt de cet aéroport n'est que celui de certains pennoù Bras ( patrons ou politiques) . Un nombre important de patrons bretons sont dans le même état d'esprit que les anglais vis-à-vis de l'europe; Quand cela nuit à leurs affaires, ils sont antijacobins et quand cela leur rends service ils sont jacobins; L'aéroport de NDL est le grand ouest que les jacobins souhaitent mettre en oeuvre comme l'a été le grand est , les hauts de france etc...Être un patron détesté rien de plus facile... Il suffit de faire du fric avec du fric mais être un patron apprécié? Quid des ses actes?; Avoir l'intelligence d'oeuvrer au développement de son entreprise dans l'intérêt historique de la Bretagne Alors là... On a du casser le moule...NDL n'est pas dans l'intérêt de la Bretagne...Quand la Bretagne aura disparue vous allez communiquer sur Quoi ???? ha kement all evit an bolitikourien ( a-zehou pe a-gleiz memes tra)

Caroline Le Douarin
Mardi 24 mai 2016

Le titre m'a suffi.

J'en ai mal au coeur

Avec un titre pareil c'est une injure à la réunification, l'agiter comme un grelot, comme devant un âne.

Pur chantage des pro-aéroports, inadmissible... Ils n'ont pas honte.

Encore un mois à subir cela...

C'est D'abord la Réunification et surtout pas d'aéroport, ni avant, ni après.

Luigi Barsagli
Mardi 24 mai 2016

Nous n'avons ni Bretagne réunifiée, ni Aéroport international à Brest.

Merci à En Awen Breizh (transformation complète de la langue bretonne pour s'adapter à des francophones) d'utiliser du virtuel complet britto-aphrodisiaque pour justifier une vraie prise de position avec de vraies conséquences, soit le déplacement à 20 kilomètres de l'Aéroport par rapport à Nantes (avec tout ce que cela implique en termes de coûts d'infrastructures environnantes (tram de 20 kms, bretelles d'autoroutes, ponts sur la Loire) et la privatisation complète de celui-ci.

Rappelons que l'aéroport de Genève, plus petit que Nantes-Atlantique, accueille 4 fois plus de passagers.

andré Gilbert
Mercredi 25 mai 2016

les anti NDL se battent aussi pour la sauvegarde des zones humides et pour conserver des terres agricoles

peut être que cela ne vous concerne pas

pourquoi privilégier Brest et NDL

c'est cette création qui pose problème , Nantes Atlantique peut être développé

Rennes se développe et c'est à coté . Reste Brest à développer

le marché à passer avec l'état serait il : la réunification contre NDL ??

obtenons d'abord la réunification , après , il sera toujours temps de demander aux Bretons ce qu'ils veulent comme infrastructure

Moal
Mercredi 25 mai 2016

NDDL a été conçut comme équipement structurant de la nouvelle région technocratique du "Grand-Ouest", certainement pas pas comme aéroport international de Bretagne.

Les Bretons n'ont jamais été conviés au débat concernant l'aménagement de leur territoire. En revanche ils sont ardemment priés de financer cet aéroport qui contribuera à accentuer la fracture entre l'Est et l'Ouest de la péninsule, entre métropoles et zones rurales désertifiées.

On construit un aéroport qui a la prétention de nous rapprocher du reste du Monde, mais on délaisse toutes les infrastructures de transports qui relient les Bretons entre eux.

L'avenir n'est pas aux aéroports internationaux qui nous rendent dépendants des groupes industriels mondiaux, mais au territoires structurés, dynamiques et résilients.

JC ROGER
Mercredi 25 mai 2016

La Bretagne réunifiée : Hollande pouvait la faire; Le Drian n'en a pas voulu.

Je ne vois donc aucun intérêt à faire un nouvel aéroport qui couterait très chers aux bretons.

Il suffit de dispatcher le trafic sur Rennes et Brest car par manque de moyens de l'état et des collectivités les infrastructures ne suivront pas.

Nicolas Zvéguintzoff
Mercredi 25 mai 2016

Comme toujours c’est une vrai (re)mise à plat du dossier qui manque, qui ferait que les gens soucieux de comprendre auraient à disposition un matériau utile. Ce qui manque aussi ce sont des médias qui rapporteraient fidèlement le contenu du dossier au lieu de biaiser l’information pour faire spectaculaire et encourager les casseurs: des pavés et des pneus brûlés c’est tellement plus efficace pour aguicher l’auditeur ou le téléspectateur qu’une communication sur le fond!

Ces techniques d'analyse existent, on les appellent « étude d’impact », « études cout-bénéfices » ; « analyse multi-critères » etc… et débouchent sur des alternatives. Conduites par des gens du métier elles permettent de faire un état des lieux et de guider les décideurs, dont font partie les citoyens soucieux de comprendre !

A quand un travail sérieux pour Nantes?

Jacques
Mercredi 25 mai 2016

Visiblement, pour faire le "buzz", on prendre une position inverse... Ca évite de réfléchir!

"La France aéroportuaire, ce n'est que Paris !"

Ben oui! Posez-vous la question du pourquoi!

Ce n'est pas votre futur aéroport vide qui va y changer quelque chose...?

Vous voulez le décompte des aéroports vides dans l'Hexagone? J'en ai donné un petit aperçu dans en post de l'article du Parti Breton, je ne vais pas recommencer!

Allez les visitez, cela vous donnera une vision du néant économique!

"Les multiples aéroports de Bretagne sont trop petits et n'assurent, le plus souvent, que des liaisons vers Paris."

Nombre d'aéroports dans le monde sont plus petits que les aéroports bretons et accueillent bien plus de passagers!

C'est vrai que ces autres aéroports ne sont pas bretons, ce qui doit vraisemblablement expliquer cela!

D'ailleurs, NDDL est un petit aéroport! (mais chut, faut pas le dire...! Puis qu'on vous dit qu'il est grand, comme le Grand-Ouest!)

Par contre, je peux vous citer nombre de territoires ou l'on circule mieux sur les routes qu'en Bretagne (à commencer par la Normandie voisine) et nombre de pays maritimes comparable à la Bretagne qui disposent de plus de navires de commerce que les Bretons!

Vraiment qu'il est formidable cet aéroport jacobin! Il va nous apporter le développement économique, la réunification, très certainement l'indépendance et certains évoquent même une bénédiction par Dieu le Père en personne en notre cathédrale de Nantes!

Naon-e-dad
Jeudi 26 mai 2016

Je ne sais pas qui est l'auteur de cet article, encore moins qui il représente, ni pour qui il roule.

Quant à la désignation "En-Awen-Breizh", on aimerait que l'auteur nous en donne la signification, selon lui. Cette désignation, mise en parallèle avec "En-Avant-Bretagne" n' a rien à voir avec cette dernière. Dès lors, que comprendre de ce double slogan disparate?

Savez-vous que le breton est une langue, et qu'il est possible de l'apprendre même a-minima?

Ur yezh eo ar brezhoneg. Evel an holl yezhoù, posubl eo da bep hini deskiñ anezhi....

BreizhPositive
Vendredi 27 mai 2016

J'aimerais bien connaître la moyenne d'âge des adhérents de l'organisation à l'origine de ce billet.

Je ne serai pas étonné que ce soit > à 50 voire 55 ans. Ceci expliquerait ce positionnement favorable au toujours + brandi comme réflexe.

Et d’accord avec Peri Loussouarn : faisons les choses dans l'ordre : réunification et après on rediscute de l'aéroport. Ce serait plus conforme aux objectifs annoncés par cette organisation.

J-J PAGE
Vendredi 27 mai 2016

Pour répondre à Breizh Positive, En-Avant-Bretagne n'est pas une formation politique (une de plus !), mais se veut une plateforme de rassemblement dans le but de faire émerger une union des Bretons modérés qui pensent Bretagne. Créée en 2011, avec le soutien de C. Troadec d'ailleurs. En ce sens, elle participe à une dynamique, avec d'autres (Breizh Europa, la section bretonne du Parti Fédéraliste Européen, des responsables de Bretagne réunie...) dans l'objectif de dépasser les clivages et de travailler à une dynamique politique qui permette de dépasser les blocages qui ont empêché C. Troadec de s'allier avec des formations ou des gens qui ne se revendiquaient pas de "gauche". Donc EAB est un contenant, un cadre dans lequel chacun peut se reconnaître...

A.BARBETORTE-ET-A-RAISON
Vendredi 27 mai 2016

Arrêtez de vous tirer des bals dans le pied, vous rendez service à chaque fois à l’organisation en étoile, qu’elle soit routière, ferroviaire ou aérienne, c’est-à-dire au centralisme. Ce n’est pas normal que le 2ème aéroport de Bretagne administrative après Brest soit Roissy et que Nantes Atlantique perde un client sur 2 pour cause de préacheminement (tout mode) vers Orly ou Roissy par manque de lignes directes, point à point.

Jacobins du Grand Ouest contre vrais ou faux anti Jacobins, patrons volant contre « culs-terreux », Bretagne occidentale contre Bretagne orientale, Armor contre Argoat, réunification d’abord contre nouvel aéroport (avant)… C’est stérile et contre-productif.

Il est évident que c’est le futur aéroport de la Bretagne qui va être réalisé (B5 = + de 70% de la clientèle de Nantes Atlantique) avec +15% de clientèle potentielle dû au rapprochement du bassin de chalandise breton : gain en qualité et temps d’accès (nord Loire, connexion directe aux RN 165 et 137, 2x20mn minimum en moins), plus d’offre aérienne (augmentation des fréquences et création de nouvelles lignes)…

Et ce n’est pas parce qu’on mélange les choux et les carottes qu’on fait un bon pot-au-feu : Nantes Atlantique est le seul grand aéroport « régional » (cf. les lois aéroportuaires) dans sa catégorie pour tout l’Ouest de la France (près de 65% du trafic) et son remplaçant sera plus moderne, spacieux / capacitaire et adapté aux conditions d’exploitation d'aujourd'hui. Il sera également au centre de sa large zone d’influence (8 millions d’habitants jusqu'à 3 h. de route).

Et puis, n’oublions pas que « les pères fondateurs » du projet d’aéroport avaient bien la réunification de la Bretagne en arrière-plan. C’est peu connu mais bien réel. La décentralisation (politique et sans parler du cas particulier breton : droit d’option…) est une chose, l’aménagement (modal décentralisé) du territoire en est une autre. Mais sans cette dernière, macache (de notre attractivité - économique... dont touristique -, de nos ambitions politiques). Comment pouvoir être maître de notre destin si nous sommes enclavés et dépendant tel une « région bananière » !

Bravo à En Avant Bretagne et à JJ PAGE, ils ont tout compris !

Luigi Barsagli
Samedi 28 mai 2016

"Ce n’est pas normal que le 2ème aéroport de Bretagne administrative après Brest soit Roissy et que Nantes Atlantique perde un client sur 2 pour cause de préacheminement (tout mode) vers Orly ou Roissy par manque de lignes directes, point à point."

La réalité c'est que Nantes est bien située pour des projets régionaux-européens, mais est très mal située pour des structures internationales...les sondages sur l'aéroport NDDL en B4 et PdlL ne sont que le reflet de cette situation. Pas trop prés de Paris pour des sujets d'envergure régionale européenne, trop petite et éloignée de la pointe-Bretagne, Normandie, Charentes pour emporter l'adhésion sur de plus grands projets, avec une proximité de Paris qui là devient pesante pour atteindre une masse critique.

Au final cet aéroport n'a qu'un petit soutien localiste pour des raisons ultra-localistes (question de survol d'avions...les nantais sont plus nombreux que les habitants de NDDL/Vigneux de Bretagne).

On peut faire dans l'anti-parisianisme primaire, Paris fait partie du top 3 des Hubs mondiaux en Europe (avec Londres et Moscou), à bientot 2 heures de Rennes et a déjà 1 heure de l'Aéroport de Brest. Le centralisme parisien sur ce plan de l'ouverture intercontinentale contrairement à ce qui est propagé ici a plutôt du bon. Pour que la Bretagne ait quelques liaisons intercontinentales (et même pas sur que cela suffise), il faudrait tout simplement qu'elle soit indépendante politiquement, avec notamment ses propres ambassades, une existence et lisibilité propre. Tout au mieux NDDL aura des liaisons vers quelques destinations chaudes comme Marrakech ou Bamako, pour une demande touristique ou familiale ponctuelle.

Nantes a un réel intérêt pour les morbihannais, sud 35 et nantais pour des liaisons intra-européennes. Mais a t-on besoin de remplacer Nantes-Atlantique par NDDL pour cela ??

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 8 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.