Jean-Marie Le Clézio sur France 5 : La Bretagne est infinie, la langue bretonne est une musique

-- Littérature --

Chronique
Par Philippe Argouarch

Publié le 12/03/20 0:22 -- mis à jour le 14/03/20 12:55
(527 vues)

Le prix Nobel de littérature d'origine bretonne, et qui assume cet héritage breton comme d'ailleurs les autres «facettes» de son identité, a tenu hier soir des mots puissants et justes à propos de cette Bretagne qu'il aime tant et où il passe de plus en plus de temps dans sa maison du Cap Sizun.

50162_2.jpgChanson bretonne

Invité dans une émission spéciale de la Grande Librairie qui lui était consacrée à l'occasion de la sortie de son nouveau livre Chanson bretonne, qui sort demain, Jean-Marie Le Clézio a expliqué son enracinement ou selon ses mots «son rhizome» dans cette terre de légendes où l'on côtoie des survivances du néolithique. C'est ici qu'est le Penn ar bed, le début du monde, comme le prouve ce vieux massif Hercynien sorti de l'eau il y a 400 millions d'années et qui nous relie aux Appalaches en Amérique, et à l'Oural en Russie.

Si je devais choisir un pays auquel je serais attaché par quelque chose qui ressemblerait à une racine, mais pas vraiment une racine mais une sorte de rhizome, ou quelque chose de souterrain comme les ronces qui courent et qui se resèment le long d'une terre, ça serait ce pays-là__JM. Le Clézio.

Le Clézio a parlé de Sainte-Marine au Pays Bigouden où il passait de merveilleuses vacances d'été avec son frère et où il a eu la chance de connaître une Bretagne des années 50 où l'on entendait parler breton partout et où la nature, la terre, comme la mer, berçait le quotidien.

C'est une grande tragédie, c'est un drame important lorsqu'une langue disparaît, je regrette beaucoup la disparition de la langue bretonne, telle qu'elle a été organisée sciemment par l'Education nationale [...] Cette langue, qui, lorsque j'avais une dizaine d'années, était parlée par tout le monde, on l'entendait partout. C'est une musique la langue bretonne. C'est une musique très différente de la musique de la langue française. Cette sonorité du breton fait défaut maintenant. Quand vous allez en Bretagne, vous n'entendez plus cette langue. C'est comme si une tempête avait soufflé sur la Bretagne et éparpillé les mots.__JM Le Clézio

Le Clézio est un immense écrivain qui a exploré lui-même les richesses des sous-cultures de l' Afrique au Mexique. Il a compris depuis longtemps que la culture bretonne en faisait partie. A ce sujet on ne peut que citer l'Académie suédoise lors de l'attribution de son Prix Nobel : «Un écrivain de la rupture, de l'aventure poétique et de l'extase sensuelle, l'explorateur d'une humanité au-delà et en-dessous de la civilisation régnante».

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1888 lectures.
mailbox imprimer