En mars 2001 je me suis présenté aux élections cantonales de Saint-Aubin du Cormier, afin de représenter officiellement sur la scène politique locale, notre refus du projet de site d'enfouissement d'ordures ménagères à Mézières sur Couesnon, sur la partie nord-est du champ de la bataille internationale de 1488, où la Bretagne perdit sa souveraineté. Mon score de 8,54% ne me permit pas de me maintenir au second tour, mais je soutins le candidat le mieux placé contre le porteur de ce projet profanateur qui grâce à notre combat n'est plus d'actualité aujourd'hui. Cependant, nous devons constater que depuis 2001 rien n'a bougé sur ma proposition de développement économique et touristique, sur cette riche histoire bretonne que tous les autres cantons sont à même de nous envier… La volonté politique locale semble vouloir faire repousser les ronces de l'oubli sur notre histoire millénaire. Est-ce vraiment cela l'esprit de la démocratie ? Je ne le pense pas, et pour défendre et promouvoir notre image internationale et européenne de haut lieu historique de Bretagne, l'épanouissement économique et touristique de notre canton, je me vois dans l'obligation de me représenter une nouvelle fois aux élections cantonales de Saint-Aubin du Cormier. Peintre et sculpteur à Gosné, j'ai 48 ans, je suis marié et j'ai trois enfants. Ma suppléante est Laurence Monnier de Mézières sur Couesnon. Elle a 39 ans et elle est assistante commerciale dans une entreprise d'agroalimentaire.

Jean-Loup LE CUFF 12/2/2008

Cet article a fait l'objet de 1328 lectures.
mailbox imprimer
En 2000-2001, notre collectif de défense s'est opposé avec succès au projet profanateur de site départemental d'enfouissement d'ordures ménagères sur la partie nord / nord-est du champ de l'importante bataille européenne et franco-bretonne de 1488, qui entraîna la perte d'indépendance de la Bretagne. Là reposent environ 8.000 hommes de dix nationalités différentes, Anglais, Germains, Français, Flamands, Suisses, Espagnols, Basques, Napolitains, Gascons et de nombreux Bretons…. Cette affaire a mis en lumière méconnaissance et irrespect pour l'Histoire Bretonne, qui n'est toujours pas enseignée dans les écoles des cinq départements de Bretagne.
Aujourd'hui, en pleine construction européenne, et avant que ne repoussent les ronces de l'oubli sur notre histoire plus que millénaire, nous voudri

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 4 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.