Jean-Guy Talamoni : Nous devons nous opposer au Droit si contraire à la dignité

-- Politique --

Reportage
Par Philippe Argouarch

Publié le 28/10/17 18:35 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Invité d'honneur du Salon du livre de Carhaix, Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse, a fait un discours remarqué et applaudi, allant en crescendo pour finir en une critique sans concession des politiques de Paris et de Madrid envers les peuples corses ou catalans.

Juriste de profession, il rappelle que «le droit se plie toujours devant la volonté politique» rappelant que le régime de Vichy était parfaitement légal juridiquement. Pas plus que nous n'acceptons qu'on nous interdise que le corse devienne langue officielle parce que la Constitution l'interdit, nous n'acceptons que La Catalogne ne puisse pas choisir la souveraineté parce que la Constitution l'interdit. «Nous disons à tous ces professeurs de droit qui défilent sur les chaînes d'information en continu pour dire que l'indépendance de la Catalogne n'est pas possible car elle s'oppose au droit, que nous devons nous opposer au droit si contraire à la dignité humaine. Il faut changer le droit chaque fois que le droit s'oppose à la dignité humaine et à la dignité des peuples.»

Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.

Vos commentaires :

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 6 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner