Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Jacques Auxiette s'emballe et porte plainte pour vandalisme contre des Bretons
Nous apprenons à l'instant par voie de presse que Jacques Auxiette a décidé de porter plainte pour «vandalisme», suite à l'action du collectif 44=Breizh de ce midi. Comme nous l'avons stipulé dans notre premier communiqué, des autocollants ont été apposés sur le bâtiment et des drapeaux enlevés de leurs mâts
Jonathan Guillaume pour 44=Breizh le 5/04/08 21:19

Nous apprenons à l'instant par voie de presse que Jacques Auxiette à décidé de porter plainte pour « vandalisme », suite à l'action du collectif 44=Breizh de ce midi. Comme nous l'avons stipulé dans notre premier communiqué, des autocollants ont été apposés sur le bâtiment et des drapeaux enlevés de leurs mâts. Jacques Auxiette cherche manifestement à nous criminaliser en déclarant s'élever contre « ces méthodes de gens, qui armes blanches à la main, prétendent donner des leçons de démocratie ». En effet, pour déposer les drapeaux, l'un de nous a usé d'un petit canif pour pouvoir ouvrir le boîtier du mât. Si nous avions été aussi violents que J. Auxiette le laisse entendre, nous n'aurions pas été reçus ! L'institution PdL par le biais de son CRJ ne se serait pas non plus engagée à ouvrir un débat public sur le découpage régional actuel et la Réunification de la Bretagne, comme cela a été le cas pour la première fois depuis son existence ! Nous ne pensons pas non plus que la police, présente sur les lieux durant toute la durée du rassemblement, nous aurait gentiment laissés faire. Jacques Auxiette est arrivé après coup (il devait clore la journée par un petit discours et des petits fours), et n'a sans doute pas supporté que nous puissions discuter avec les conseillers du CRJ qui nous ont entendus en partie ; manifestement cette plainte montre qu'il s'est emballé et qu'il a une fois de plus perdu son sang froid ! Nous vous laissons seuls juges de savoir qui - de lui ou de nous - est le plus à même de représenter la volonté démocratique : d'un côté, trente ans de négation du problème territorial breton, des dizaines de milliers de manifestants non écoutés, des vœux et résolutions de Conseils régional et général classés sans suite, et surtout une action le samedi 5 avril, réellement pacifique et consensuelle et de l'autre : les méthodes de Jacques Auxiette plus que diffamatoires... Ce que M. Auxiette cherche à faire c'est surtout à faire taire les voix s'élevant contre l'injustice de la partition bretonne.

Nous venons de contacter Skoazell Vreizh pour déterminer la possibilité d'attaquer J. Auxiette en diffamation. Ce ne sont pas les méthodes diffamatoires du président de la région « Pays de la Loire », qui nous empêcheront de lutter pour la Réunification de la Bretagne.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2220 lectures.
logo
44=Breizh est un collectif de jeunes militants pour la Réunification de la Bretagne et contre la propagande assimilatrice de la Région Pays de la Loire.
44=Breizh, c’est parce que la propagande « Pays de la Loire » qui inonde notre vie quotidienne, nos lycées, nos lieux de formation, mérite une réponse.
44=Breizh, c’est parce la politique d’acculturation « ligérienne » est inadmissible.
44=Breizh, c’est parce que depuis trop longtemps le peuple breton réclame son unité territoriale, avec beaucoup de promesses et d’espoirs, mais jamais d’actes.
Constitué depuis début 2008, le collectif 44=Breizh vise à regrouper la jeunesse bretonne qui dit non à la partition et à la région « PdL ». Malgré 37 ans de « PdL » et de séparation, nous, jeunes de 15 à 30 ans, réclamons fortement
Voir tous les articles de 44=Breizh
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 5 multiplié par 8) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons