Irène Frain raconte un crime sans importance

-- Littérature --

Chronique
Par Maëlig Tredan

Publié le 30/10/20 17:37 -- mis à jour le 31/10/20 08:26
51154_1.jpg
Un crime sans importance, Irène Frain

Irène Frain, en lice pour le prix Goncourt avec ce roman, revient avec retenue et distance sur une tragédie qui l’a frappée de plein fouet. Une affaire classée, un crime sans importance, par rapport auquel l’auteure se positionne successivement comme extérieure, puis principale protagoniste.

Aucune phrase dans ce récit ne semble posée là au hasard. Chacune d’elles participe à la description des faits, et des mille chemins aveugles de la justice.

Irène Frain nous fait ressentir cette sensation que l’on a, tout à coup, quand la vraie violence s’introduit chez nous. Cette violence dont on a presque l’impression qu’elle est devenue banale, à force de la côtoyer par l’intermédiaire de nos innombrables écrans. Et dont la réparation semble être devenue secondaire, dans un monde de plus en plus cloisonné et individualiste.

On en vient alors à se poser cette question essentielle, transposable à tout drame, quel qu’il soit : qui y a-t-il de plus terrible ? Le crime en lui-même, ou l’incapacité des autorités compétentes à l’élucider ? A cela vient s’ajouter l’impression d’être coupable, alors qu’on n’y peut rien.

Avec un humour sombre, Irène Frain ironise sur l’extravagant chemin du combattant qu’impose une justice lente et protocolaire, dont les réponses ne suffisent pas pour faire le deuil, vous en éloigne même. C’est un cri du cœur pour dénoncer ce que cette justice a nié, n’a pas reconnu. Pour dénoncer la violence qui surgit tout à coup, après avoir longtemps couvé, sans que l’on n’y prenne garde.

Editeur : Seuil

Date de parution : 20/08/2020

Prix: 18€

Voir aussi :
mailbox imprimer
Rédactrice pour ABP

Vos commentaires :

Léon-Paul Creton
Dimanche 1 novembre 2020

Enfin qu’est-ce qu’un « crime » ? La perception pour ceux qui n’en sont pas les victimes, directes (celles qui subit la violence), ou indirectes (leurs familles)? Ou la société spectatrice, souvent seulement voyeuse et malsaine quand seul le spectacle excite, au lieu d’en tirer quelques connaissances, et des enseignements et réflexions actives utiles?

Wikipédia 2020 : En droit pénal français, le crime est l'une des trois classifications d'infractions qui se distingue du délit et de la contravention selon le degré de gravité de l'infraction commise. Le code pénal français qualifie ainsi de crime : le meurtre, homicide volontaire non prémédité, l'assassinat (homicide volontaire prémédité), mais aussi d'autres infractions pénales telles que le viol.

Je ne peux préjugé de quel niveau, de quelle nature est « le crime » sont Irène Frain a été la victime, mais ce dont je suis à peu près sûr, c’est que ce n’est pas un assassinat. Quoi qu’il en soit, tout crime peut être considéré comme « sans importance » lorsque les criminels, les violeurs et les assassins « Et » ce/ceux qui les pousse, n’ont pas été identifiés, arrêtés et écroués. Sans importance lorsque la vérité n’a pas été, ne veut pas être révélée et la justice rendue, souvent jamais ! Satisfaisante lorsqu’elle est rendue, éventuellement, par une administration judiciaire? Cela relève d’une autre appréciation humaine pour/par les victimes.

Sans importance aussi, lorsque les enquêtes et investigations n’aboutissent jamais pour des raisons douteuses ou inconnues,ou les non- lieux décrétés avec une rapidité que l’on peut considérer comme anormale, en comparaison de celle appliquée à d’autres affaires et/ou en raison des contenus particuliers des affaires en cours? Ou semblant l’être encore après des dizaines d’années sans aucun résultat !

Parfois aussi laissant penser que ces non-lieux ne soient jamais décrétés, mais voulus comme une mort assignée …jusqu’à l’oubli par tous ! Tout cela parfois/souvent dans des dossiers accessibles, apparaissent des zones d’ombres profondes, qui, posent et ajoutent plus de questions encore, qui jamais n’obtiennent, ou n’obtiendront de réponses ; et qu’importe le nombre de fois que vous posez des mêmes questions, en étant relativement au fait du dossier ! Vous pouvez toujours les poser, devant des yeux qui vous voient à peine ou vous scrutent et attendent celle qui serait indésirable et à laquelle l’on ne veut pas répondre ,, c’est-à-dire la plupart ou les plus importantes pour vous? Ou bien encore l’info, ou la connerie que vous allez délivrer !

Mais aussi contre certaines questions, les silences de magistrats instructeurs, procureurs emmurés dans quelques secrets, ou des détails contenus dans certains dossiers que vous, vous soulevez... quand vous avez votre dossier ? Complet ?

Et les avocats ? Que vous soyez intéressants (criminels victimisés souvent, quand appréhendés) ou misérables (victimes agressées), ne suscitent pas auprès d’eux les mêmes dynamismes et engagements « professionnels »… Les jugements de cour ...et d’intérêts !

Quelles sont les raisons qui donnent de l’importance (pour qui ?) à un crime ou aux autres? Plus d’importance à un crime qu’un autre ? Les médias pilleurs ? Un metteur en scène d ’un vieux crime ancien de plus de deux siècles et négligeant les contemporains ? Un écrivain à succès utilisant des événements de sa propre vie comme source de ses romans? Pour un Goncourt, un Femina et que sais-je encore ? Et une fois ou plusieurs, un prix obtenu qu’est-ce-qui change, évolue ?

Cela suffit-il à permettre de « transformer » les fonctionnements de « l’administration judiciaire » française, que d’aucuns s’obstinent à appeler Justice? Dans toutes ses composantes ? Au-delà d’un cas personnel aussi douloureux soit-il ?

ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 1 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.