Interview avec l'écrivain Béatrice Balti

-- Cultures --

Tchatt sur facebook du 22 mars 2013 conduit pas Philippe Argouarch

29518_1.jpg

[ABP] Bonjour Béatrice Balti, vous n'êtes ni bretonne, ni écossaise mais vous avez écrit plusieurs livres sur des Écossais ou des Bretons, d'où vient cette fascination pour les pays dits «celtiques» ?

[Béatrice Balti] J'aime la nature et je me suis sentie chez moi dès mes premiers séjours sur les terres de Bretagne ou dans les Highlands d'Écosse... Un écrivain sent intuitivement ce qui va l'inspirer... Le hasard a fait que mon livre «William Wallace : le Cri de la Liberté», a séduit un éditeur breton, Yoran Embanner de Fouesnant. Mon libraire, quant à lui, se trouve à Edimbourg et il me fait parvenir tous les documents dont j'ai besoin.

[ABP] Mais vous avez aussi écrit un livre sur les aventures d'un Breton envoyé au bagne ?

[BB] oui... C'était après plusieurs séjours à l'Ile de Ré, là où tous les prisonniers étaient regroupés avant le grand départ. J'ai découvert alors que les plus nombreux à s'engager comme surveillants étaient les Bretons, puis les Corses. Je suis alors partie faire mes recherches aux archives d'Outre-Mer d'Aix-en-Provence où sont consignées tous les originaux de lettres, punitions pour les bagnards... Le surveillant de mon livre s'appelle : «Guillaume Le Guen» et il s'engage parce que sa fiancée vient de lui préférer un autre...Mon livre s'appelle : «J'ai choisi le bagne», en fait Guillaume Le Guen ne choisit pas vraiment...

[ABP] Vous êtes avant tout une romancière ou une auteur d'autobiographies comme celle de Wallace et de Stevenson ?

[BB] Plutôt quelqu'un qui écrit des romans historiques ou des bios...J'aime faire des recherches et basculer dans un monde que je ne connais pas...

[ABP] A ce sujet il y a des personnages de l'histoire de Bretagne tout autant fascinant que Wallace. Et pas seulement la duchesse Anne et Chateaubriant ! Il y a eu des tragédies comme la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier comparable à Sterling. Bataille où l'on voit le Duc de Rohan dans le camp français et son fils, qui sera tué, dans le camp breton...le tragique destin du duc de Pontcallec, Jeanne la Flamme, Georges Cadoudal.. pour ce citer que quelques personnages. Rien qui vous inspire ?

[BB] Ca peut tout à fait m'inspirer... Ce sont des histoires passionnantes. Peut-être pour mon prochain livre, après l'auteur de Peter Pan. Je suis encore dans celui que je viens de terminer : «R.L. Stevenson Voyage au bout de l'Étrange» et en ce moment je commence les recherches pour une bio sur l'auteur de Peter Pan, l'homme qui ne voulut jamais grandir et qui préféra le monde des enfants à celui de la virilité...

[ABP] je crois, que c'est surtout le 19e siècle qui vous inspire ?

[BB] Le Moyen-Âge aussi. Mais j'aime le 19eme, c'est vrai... C'est un siècle qui m'inspire. Il y a tant de sujets que j'aimerais traiter...

[ABP] Dans Votre dernier livre sur Louis Stevenson, l'auteur écossais de L'ile au trésor qu'est ce qui vous a attiré dans le personnage ?

[BB] J'ai aimé le côté humaniste de ce fils de constructeur de phares... Il était à la fois passionné et consensuel, extrêmement moderne dans ses rapports avec autrui, féministe et tout aussi à l'aise avec un membre d'un club de gentlemen d'Edimbourg qu'avec un Polynésien qui ne possédait qu'un petit falé... Il voulut voyager sans fin pour mieux connaître l'âme humaine... Il avait une écriture magnifique... A part l'Île au Trésor et l'Etrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde, il écrivit aussi des nouvelles fantastiques et plusieurs romans qui sont des chefs d'oeuvre comme Le Maître de Ballantrae où les deux frères, tel Abel et Caïn, sont censés représenter le Bien et le Mal, et puis «Kidnapped», un magnifique roman d'aventures, très connu en Grande-Bretagne...

[ABP] Vous ecrivez en ce moment sur l'auteur de Peter-Pan, un personnage créé par l'auteur écossais J. M. Barrie... il y a t'il une connexion entre Peter Pan et les chenapans du légendaire celtique peuplé de farfadets, de korrigans et de «fairies» ?

[BB] R.L Stevenson et J. M. Barrie baignèrent tous deux dans la religion presbytérienne, (Calvinisme écossais) où l'on étudiait beaucoup l'Ancien Testament avec uniquement deux camps : ceux qui seraient «sauvés» et ceux qui seraient «damnés». Stevenson essayera toujours dans ses livres de mélanger le bien et le Mal dans une même personne. Le paisible Dr Jekyll, un notable lisse et rigoureux, ne se transforme-t-il pas en Mr Hyde, qui représente la part mauvaise qu'il a en lui, mais aussi son côté «libre» que sa profession ne lui permet pas d'exprimer...

Mais ces deux écrivains étaient aussi très empreints de paganisme celtique. Chaque enfant écossais baignait dans des récits de fées, «The good people» et d'Elfes ou de lutins...

Mon dernier livre sur RLS (oct. 2012) ne s'appelle-t-il pas : «R.L. STEVENSON : VOYAGE AU BOUT DE L'ÉTRANGE»..........

Document PDF baltistevenson110912.pdf 4e de couverture. Source : editions yoram Embanner

mailbox imprimer
la rédaction de l'abp

Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 2 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.