-- Politique --

INTERVENTION CONSEIL MUNICIPAL NANTES – MIGRANTS

Lettre ouverte de UDB (porte parole ) publié le 17/10/18 20:09

Délibération n°18 / Prise en charge des migrants du Square Daviais

Madame le Maire, chers collègues,

L’UDB s’associe évidemment à la majorité municipale dans la réponse à la situation exceptionnelle que connaît notre Ville. L’évacuation du camp de réfugiés du square Daviais était nécessaire et a été organisée selon les principes élémentaires d’humanité et de responsabilité.

Depuis quelques années, le nombre d’hommes et de femmes exilé-es s’installant à Nantes, ne cesse d’augmenter alors que dans d’autres villes françaises, la tendance serait à la baisse ou à la stagnation. Sans doute existe-t-il un effet d’attraction de notre métropole, parfois relayé par des réseaux de passeurs.

Cependant, cette situation n’enlève rien à la nécessité d’un engagement de tous, citoyens, associations, pouvoirs publics et collectivités territoriales pour garantir un accueil de qualité aux réfugiés arrivés à Nantes. On ne saurait transiger sur la nécessité d’une réponse volontaire à l’urgence humanitaire.

Dans ce contexte complexe, nous pensons, à l’UDB, qu’il convient de continuer à adopter une position courageuse vis-à-vis de ces personnes en grande précarité, tout en posant des limites.

Nous considérons qu’il n’était pas envisageable de faire perdurer les campements sauvages dans lesquels des personnes vivaient dans des conditions humanitaires et sanitaires déplorables. Nous considérons aussi qu’avant toute évacuation, des solutions d’accueil doivent être trouvées en concertation avec l’État dont c’est la compétence première et qui doit prendre la mesure de la gravité de la situation, en créant des places supplémentaires en centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA).

Nous considérons enfin que pour que l’accueil des réfugiés se fasse dans les meilleures conditions possibles, il ne peut être par principe, ni illimité, ni inconditionnel. Même si la question de la limite, du nombre de personnes que notre ville peut accueillir est complexe et peu consensuelle.

Pour une véritable politique d’accueil, la prise en charge des personnes demandant le droit d’asile doit se faire dans le cadre d’un parcours d’intégration plus poussé que ce qui est actuellement proposé dans le cadre du Contrat d’intégration républicaine.

L’ambition nantaise mise en avant dans le rapport d’activité « Migration, Intégration et diversités » de l’année 2017 rappelle les objectifs de notre municipalité en matière d’accueil et d’intégration des personnes étrangères, à savoir « mener une politique volontariste (…) et garantir une ville accueillante, inclusive, solidaire et veillant à l’égalité dans l’accès aux droits et aux services ». 

Cette ambition nantaise doit permettre de valoriser les codes et les mœurs de notre société dans une perspective inclusive : respect de la laïcité, encadrement strict du prosélytisme religieux, droits des femmes et des personnes LGBT, apprentissage des langues, de l’histoire et de la culture du territoire d’accueil…

Plus généralement, après avoir rappelé le devoir d’accueillir et les limites à définir pour que cet accueil s’inscrive dans une politique d’intégration soutenable, l’UDB continue à demander que soient adoptées au niveau européen de nouvelles politiques en faveur d’une immigration maîtrisée et d’un droit d’asile effectif, avec notamment la création d’un statut de réfugié climatique. Les conclusions du GIEC ne sont pas sans nous rappeler l’actualité présente et à venir des migrations climatiques.

Pour toutes ces raisons, Mme le Maire, nous voterons la délibération proposée.

Trugarez deoc’h. Je vous remercie.

Pierre Emmanuel Marais

(conseiller municipal délégué à la diversité linguistique, pédagogique et culturelle et aux activités périscolaires)Ce communiqué est paru sur UDB (voir le site)

Voir aussi :

mailbox imprimer