Inauguration d’une sculpture monumentale de Nominoë sur l’épicentre de la bataille de 1488 !

-- Histoire de Bretagne --

Communiqué de presse de MAB, Musée Archipel Breton
Porte-parole: Jean-Loup Le Cuff

Publié le 12/07/21 4:35 -- mis à jour le 12/07/21 04:35
53013_1.jpg
Illustration du sculpteur Marc Simon.

Le dimanche 25 juillet 2021 à 11h du matin, aura lieu l’inauguration d’une sculpture monumentale de Nominoë sur l’épicentre de la bataille de Saint-Aubin du Cormier du 28 juillet 1488 !

Tout un symbole, car cette bataille fut le chant du cygne de la Bretagne médiévale indépendante et souveraine, alors que Nominoë fut celui qui unifia la Bretagne et vainquit les envahisseurs Francs pour ouvrir une nouvelle ère d’indépendance et de rayonnement. Elle dura près de 7 siècles, 687 ans exactement, certes avec des hauts et des bas, de la victoire de Ballon en 845 de Nominoë sur Charles le Chauve, jusqu’à l’annexion illégale en 1532 par François 1er, roi de France par son mariage avec Claude, fille aînée d’Anne, Duchesse de Bretagne et deux fois Reine de France. Son premier mari Charles VIII avait déjà annexé la Bretagne par son invasion militaire conclue par un mariage forcé et brutal en 1491. Mort sans descendance, il laissa la place au second mari d’Anne, Louis XII, le Duc d’Orléans qui s’était battu à pied côté breton à Saint-Aubin du Cormier ! Selon le traité de mariage de 1499, d’Anne et de Louis, traité de droit international favorable à l’indépendance de la Bretagne, à leur mort la Bretagne devait revenir à Renée la sœur cadette de Claude… Son beau frère usurpa sa couronne, et nous connaissons tous la suite, et la vivons encore aujourd’hui.

Nominoë à Saint-Aubin du Cormier, c’est donc la réunion de l’alpha et de l’oméga de la Bretagne indépendante et souveraine. C’est aussi honorer le grand vainqueur sur le lieu d’une défaite. Mettre un peu de baume sur une blessure. C’est également le simple projet du parc de sculptures mémorial de Koad Sav Pell commencé en 2003: ériger tranquillement au fil du temps des sculptures, pour honorer tous nos rois et ducs qui n’ont pas actuellement la place qui leur est due dans les musées officiels d’histoire en Bretagne. Suivront Erispoe, Salaün (Salomon), Barbetorte, Jean IV… Un musée gratuit et sans subventions de l’histoire oubliée ou interdite de Bretagne à ciel ouvert. Un lieu d’art et d’histoire, et de convivialité. Un lieu d’utopie sans doute sous domination jacobine. Un lieu de respect et de véritable démocratie tout simplement.

La sculpture que vous allez découvrir si vous nous rejoignez pour cette inauguration, ou si vous venez vous promener plus tard sur les lieux, est l’œuvre de Marc Simon, grand sculpteur à mes yeux, et ami de longue date. Parisien d’origine, il a épousé notre cause de façon artistique. On lui doit déjà diverses sculptures sur le terrain de Koad Sav Pell dont un magnifique buste d’Anne de Bretagne. Il a réalisé également l’Archer Anglais au château de la Giraudais, avec un arc en granite, prouesse technique et artistique s’il en est : Voir ici.

Je ferai bientôt un portrait interview de lui pour montrer toutes les facettes de son talent. L’image qui accompagne ce communiqué est de sa main : juste la silhouette de Nominoë pour ne pas le découvrir avant l’inauguration, avec ce texte de ses caractéristiques : un an de travail, 4 mètres de hauteur, 10 tonnes de granite.. et son étendard de 6,70 mètres. Que dire de plus ? Venez à son inauguration !

Je dois aussi vous parler de Mark Andrev Le Lem qui a financé le travail du sculpteur, l’association MAB n’ayant financé que des frais techniques. Sans lui cette sculpture n’existerait pas. Il est notre premier mécène artistique et nous le remercions ici chaleureusement.

Mais laissons le parler : "En 2017,avec un groupe de militants, notre chemin nous a conduit à Bains sur Oust et de rencontrer Jean-Luc Lacquitant, personnalité bretonne du pays de Redon et historien. Il nous a fait découvrir le site la Bataille qui accueillera en 2018 ,l'œuvre d'art monumentale, commémorant une des victoires remportée en 845 par les soldats de Nominoë. Ce chef de guerre deviendra le premier Roi de la Bretagne :Tad ar Vro comme le surnomment nos historiens bretons. C'est à ce moment que j'ai pris la décision de financer une statue monumentale sur le terrain de MAB géré par Yann-Vleiz Le Cuff à St Aubin du Cormier. Ce site va accueillir, à moyen terme, toutes les personnalités historiques et reconnues qui ont marquées notre Pays, alors libre ,sous forme de statue ou de menhir ornementé. Ainsi, une quête des caractéristiques du personnage et des faits a été faite de façon la plus scrupuleuse. Marc Simon, le sculpteur nous les a parfaitement retranscrits sur la pierre. J'espère qu'à cette occasion d'autres projets avec de nouveaux mécènes viendront compléter et enrichir cet espace historique unique en Bretagne"

Voilà… Je ne peux maintenant que vous donner rendez vous sur le terrain de MAB-Koad Sav Pell le 25 juillet prochain à 11 heures du matin. ( taper « la bataille de Saint Aubin du Cormier » sur Google Map, pour ceux qui ne connaissent pas.)

Je tiens aussi à rappeler que le même jour, ce 25 juillet, aura lieu la commémoration de la bataille de Saint Aubin du Cormier à 15h devant le mémorial aux Bretons. Et voici plus amples informations : Voir ici.

Nous espérons donc vous voir nombreux, pour l’inauguration de la sculpture de Nominoë par Marc Simon, comme pour la commémoration, ou pour les deux, tout simplement. La journée sera animée musicalement par un trio acoustique issu du groupe Son Ar Dan, que nous saluons amicalement !

A bientôt donc ! Tatot ! Kenavo !

JLLC pour MAB.

Voir aussi :
mailbox imprimer
En 2000 et 2001, notre collectif de défense Mémoire et Dignité s’est opposé avec succès au projet profanateur de site départemental d’enfouissement d’ordures ménagères sur la partie nord/ nord-est du champ de l’importante bataille européenne et franco-bretonne de 1488, qui entraîna la perte d’indépendance de la Bretagne. (Là reposent environ 8 000 hommes de dix nationalités différentes, Anglais, Germains, Français, Espagnols, Italiens, Flamands, Suisses, Basques, Gascons et de nombreux Bretons…). Cette affaire a mis en lumière méconnaissance et irrespect pour l'’Histoire Bretonne, qui n’est toujours pas enseignée dans les écoles des cinq départements de Bretagne. Aujourd'hui, en pleine construction européenne, et avant que ne repoussent les ronces de l'’oubli sur notre histoi
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 1 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.