Ils traitent les Bretons de cons mais sont quand même invités au Festival des Filets Bleus

"Ceux qui brandissent le drapeau breton sont des cons", le message est répété dans des formes variées, au moins 10 fois dans la chanson "À la vie, à l'Armor" du groupe Fatals Picards. Oui bien sûr le texte s'en prend aux soi-disant pseudo Bretons qui brandissent le gwenn-ha-du à tout bout de champ, pas à tous les Bretons. Par contre, le message subliminal est établi subtilement par la rime : Breton = con. Pire, il n'y aurait plus de "Bretons de coeur" mais seulement des "vrais" et des "faux" Bretons qui, eux, seraient des cons encore pires que les autres. Le texte s'en prend sournoisement aux sympathisants de la cause bretonne.

Photo youtube 42 42875_1.jpg Photo youtube

La vérité c'est que cela dérange certains que des Bretons profitent de cette liberté au sein des foules, ou au sommet d'une montagne à l'autre bout du monde, pour brandir ce qui a longtemps été interdit (voir le site) . Après la guerre, le drapeau de la Bretagne était considéré comme "séditieux" nous explique wikipédia. Le gwenn-ha-du n'a été officialisé qu'en juin 2008 quand il fut approuvé par le ministère de l'Intérieur pour figurer sur les plaques d'immatriculation. Son utilisation est juste tolérée, jamais encouragée par les autorités. Il reste exclu des cérémonies militaires et de tous les bâtiments administratifs de l'Etat.

Malgré ces insultes qu'aucun groupe de rap ne profèrerait à l'égard des juifs ou des musulmans car c'est interdit par la loi, ce groupe de rock a été invité au Festival des Filets Bleus de Concarneau. La frontière entre l'humour et l'insulte à un groupe d'individus est certainement mince mais les mots sont des mots, et ont, pour le grand public, un sens avant tout au premier degré avant d'avoir une signification subliminale qu'aucune soi-disant auto-dérision ne peut neutraliser.

Le pire est que cette rime facile rappelle de mauvais souvenirs à beaucoup de Bretons nés ou élevés hors de Bretagne. Des souvenirs d'enfance ou de cour d'école, à un âge où justement on est très sensible à sa couleur de peau comme à son identité. Dans mon cas je me souviendrai toute ma vie de la petite phrase du pion du collège de ma classe de 5ème à l'EMP d'Autun : "Breton ça rime avec con"... À la même époque j'ai aussi entendu plusieurs fois "les pommes de terre pour les cochons, les épluchures pour les Bretons". Une autre rime raciste et odieuse qu'aujourd'hui même les Fatals Tocards n'oseraient pas.

Quand on a peu de talent et certainement aucune reconnaissance en dehors de l'hexagone comme l'a prouvé leur passage à l'Eurovision en 2007 avec une place de 22è sur 24, on essaye de se rattraper par la provocation pour attirer l'attention. Les gauloiseries hexagonales, pour ne pas dire hexaconales, ne s'exportent pas. Ce groupe aurait sans doute eu davantage sa place au Hellfest, la provocation des groupes qui y défilent étant l'essence même du message du rock dit metal, plutôt que dans un festival breton mettant en avant la tradition et la culture bretonnes. Mais bon ils sont trop loin du niveau rock du metal. Ils seraient "punk" ? Certainement, car punk rime avec junk.

Contactée par ABP, Marylène Colin, vice-présidente et responsable de la programmation des Filets Bleus admet que cette chanson "peut être clivante et que le public n'a pas forcément le recul pour en comprendre l'humour" mais fait remarquer que "les Fatals Picards ont un public fidèle en Bretagne et jusque dans les bénévoles du festival". Pourtant une chanteuse bretonne comme Gwennyn, qui de plus chante en breton et a accueilli 1000 personnes pour son dernier concert à la Saint-Loup, n'a jamais été invitée aux Filets Bleus. Et elle habite Quimper, juste à 30 km de Concarneau, pas en région parisienne comme les Fatals Picards !

Modifié le 20 août 18:55.

(voir le site) de la chanson en question qui date de 2016 et a un demi-million de vues.

.
Cet article a fait l'objet de 3418 lectures.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003

Vos commentaires :

Philippe Argouarch
Jeudi 17 août 2017

AVERTISSEMENT : Cet article n'est ni une dépêche, ni un reportage, ni même une chronique. C 'est une revue de musique du style d'une revue de livre ou de film. A rapprocher de la critique littéraire donc, un genre journalistique où la subjectivité du journaliste est tolérée, voire encouragée. J'ai exprimé ici mon opinion sur un groupe et en particulier sur une chanson que j'ai pas aimée du tout. Je comprends que d'autres l'adorent. Moi pas.

Les commentaires qui ne respectent pas la ligne éditoriale et la netiquette de base, c'est à dire, qui s'en prennent aux personnes plutôt qu'à leurs opinions ne seront pas confirmés. Encore moins ceux qui contiennent des insultes.

gweltaz ar fur
Jeudi 17 août 2017

Incompréhensible : aucun intéret musical et de la provoc' gratuite ! mais la ville de Kemper ("Capitale de la culture bretonne autoproclamée") avait elle-meme déboursé un cachet royal pour la "Fete de la Musique" 2016 à leur intention ! Je croyais que cette fete visait à encourager les émergences locales ?

Olivier Carré
Jeudi 17 août 2017

Ce commentaire a été suspendu car les infos données sur wiki et le Courier Picard n'ont pas pu être vérifiées

Fañch Ar Vilin
Jeudi 17 août 2017

Ils ont finalement raison.

Pétillon P
Jeudi 17 août 2017

D'am soñj ar strollad se na son ket "metal" setu netra da wel gant ar festival bras rock e Breizh a vez kaoz outan er pennad-mañ ! Chañs ebet da wel anezho programmet en Hellfest na res ket bil ! Evit ar pez a denn eus Kemper ha Konk-kerne... / Il me semble que ce groupe ne pratique pas le "métal" donc rien à voir le grand festival rock que vous citez dans l'article ! Aucune chance de le voir programmé là bas ! Quant à kemper et Concarneau...

Emilie Le Berre
Jeudi 17 août 2017

Mais peut être qu'au Hellfest ils finiraient au goudron et plumes...

Gilbert Josse
Jeudi 17 août 2017

Certes cette chansonnette ne restera pas parmi les "intemporelles" mais delà à s'émouvoir autant ?

Les FP c'est d'abord une bande de potaches non dénués d'un certain talent. Alors on respire et on se détend.

Voici les paroles du "crime". Franchement, pas de quoi fouetter un ch'ti. A mon humble avis, quelques "expatriés" pourraient en prendre ombrage mais pas les bretons.

Une casquette de cap'tain, un vieux caban comme blouson

"Rendez l'Mont Saint Michel" sur un écusson

Il traînait ses vielles bottes, les mêmes que Kersauson

Depuis belle lurette, de Répu' à Nation

Mais il avait jamais vu la pointe de Trévignon

Ni le p'tit port de pêche de Saint-Pol-de-Léon

Pour lui le Kig Ha Farz c'était l'nom d'une bagnole

La Seat Kig Ha Farz, nan franch'ment tu rigoles

Tout l'monde le connaissait pas vraiment par son nom

Dès qu'il s'pointait quelqu'part on disait tiens v'la l'breton

Un Breton connu dans tous les bistros d'Paname

Mais qu'était pas plus Breton qu'Michael Jordan

Et comme il disait quand on l'prenait pour un con

Dans tous les concerts de Nolwenn à Scorpion

Y'aura toujours un con avec un drapeau breton

Le jour d'la sortie d'l'intégrale de Tri Yann

Et ben il a acheté l'intégrale de Tri Yann

Le jour d'la sortie d'l'intégrale de Nolwenn

Et ben il a racheté l'intégrale de Tri Yann

Il jaqu'tait toujours breton après trois, quatre verres d'alcool

Mais il parlait breton comme une vache espagnole

Enfin plutôt comme un espagnol breton

En casant douze fois Bretagne dans chaque conversation

Il verse une p'tite larme devant sa télévision

A chaque fois qu'y'a un match genre Landernau-Quiberon

A chaque but meurtri, il sort son fanion

Un tout p'tit drapeau, un p'tit drapeau breton

Et comme il disait quand on l'prenait pour un con

Dans tous les concerts de Rammstein à Céline Dion

Y'aura toujours un con avec un drapeau breton

Mais au bout d'un moment à force de s'faire chambrer

Son amour d'la Bretagne, il a voulu nous l'prouver

Parti aux Vieilles Charrues, fier et décidé

Avec un drapeau breton d'au moins 25 mètres carrés

Quand l'groupe est monté, l'a sorti fier de lui

Mais c'était ni Matmatah et encore moins Soldat Louis

Car là c'est le drame c'était I Muvrini

Mais nous on va s'arrêter là car on veut pas d'ennuis

Et on pourrait dire pour terminer cette chanson

Qu'dans les services urgences ou d'réanimation

Quelques fois y'a un con avec un drapeau breton

Mickaël
Jeudi 17 août 2017

Gilbert Josse, je comprends effectivement l'injonction au calme, qui est toujours bonne à prendre tant, si on ne la prenait pas, on serait toujours les nerfs à vif devant la bêtise crasse que la Bretagne subit de manière quasi-quotidienne.

Maintenant, une fois calme, il convient aussi de ne pas laisser faire et dire n'importe quoi. Je sais que le syndrome de Stockholm est extrêmement développé chez nous, mais quand même. Le problème avec l'humour, c'est qu'il a toujours bon dos pour camoufler les insultes en tout genre. Le jour où la Bretagne aura des droits, je serai le premier à laisser couler ce genre d'idioties potaches. Mais à l'heure actuelle, je vois ce texte plus comme un crachat sur un homme à terre que comme une petite blague. Se foutre (gentiment) de la gueule du breton de base, c'est aujourd'hui un sport très en vogue dans certaines populations françaises. Pourquoi ? Parce qu'on est faible, qu'on ne pourra pas répondre, et qu'au final ça flatte gratuitement l'égo de pouvoir rigoler du plouc.

Ça me fait penser à Xavier Grall et à sa grande crainte pour ce que deviendrait la Bretagne dans le futur : non pas une petite nation sans prétention mais pleine d'avenir, mais une réserve d'indigènes dans laquelle le maître parisien viendrait piocher de temps en temps quelques clichés pour nous tapoter gentiment sur la tête d'une main paternaliste. Cette chanson, pour moi, est anecdotique, et au final ne mériterait même pas qu'on s'y attarde tant il s'agit d'un épiphénomène ; mais elle est symptomatique de ce cauchemar de Xavier Grall. Parce que non seulement il y a pléthores d'individus ignorants, sans aucune connaissance de la Bretagne, qui ont juste envie de se foutre de nous, mais en plus parce qu'au lieu de trouver des façons de leur répondre intelligemment, eh bien on les invite chez nous pour qu'ils continuent !

Ewen L
Jeudi 17 août 2017

C'est marrant, je n'ai trouvé nulle trace dans les paroles d'une insulte envers les bretons en général (voir titre de l'article). À la limite, certains porteurs de drapeau pourraient se sentir concernés. À vrai dire je m'interroge moi même sur le sens d'avoir à porter un drapeau n'importe où, pour n'importe quelle occasion. Les fatals picards aiment la dérision (cf chanson "mon père était tellement de gauche"). C'est bien aussi un peu de dérision. A galon.

Icaro
Jeudi 17 août 2017

J'ai écouté cette chanson et vu la vidéo. Il me semble qu'elle se moque (assez gentiment) de tous ces pseudo-Bretons dont l'identité choisie et affichée n'est qu'une posture, un produit consommable, et qui ne connaissent rien d'autre de la Bretagne qu'une image fantasmée. Je ne comprends pas où est l'insulte aux Bretons.

Yeltaz GALESNE
Vendredi 18 août 2017

Tout de façon ce n'est pas comme si la Picardie avait une histoire et culture. Donc que ce groupe continue de faire du vent c'est à l'image de sa région.

AFB-EKB
Vendredi 18 août 2017

Piou a zo e karg programm Gouel ar rouedoù glaz ? Ur vreizhadez , neketa ! Dimp ni da lakaat anezhi da goll he "galloud".

Bzh44
Vendredi 18 août 2017

En lisant le texte de la chanson, ça me rappelle furieusement un petit bonhomme barbu habillé tout en noir qui venait de Paris et qu'on voyait dans tous les concerts avec son drapeau et sa valise, bredouillant quelques mots "brezonègue"... Quelqu'un s'en souvient-il ?

Reun Allain
Vendredi 18 août 2017

@ Mickaël, votre analyse du problème breton est excellente. Par contre si la chanson est effectivement anecdotique et réellement sans humour et surtout sans courage, l'invitation faite à ce groupe est déplorable et témoigne du niveau de soumission des organisateurs.

S'il suffit qu'il y ait un public breton y compris chez les bénévoles pour ce style d'humour, tout le monde peut tout s'autoriser. Pourquoi cette responsable de programmation qui admet que "que le public n'a pas forcément le recul pour en comprendre l'humour" ne va pas au bout sa pensée en déclarant plus simplement que ce public qui n'a pas forcément le bon recul pour comprendre est tout simplement "trop con".

Pour aller plus loin elle a de la marge de progression en jouant sur l'humour antisémite en invitant par exemple Dieudonné à la prochaine édition.

Léon-paul Creton
Vendredi 18 août 2017

En somme pour faire un peu d'Audiard je dirai que : Les cons authentiques, les vrais ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnaît sans équivoque!

Un con du Nord qui s'ignore et qui donne dans "l'artisterie" devient donc de Picard lobotomisé un Haut de Français content. Dans ce cas précis tout s'explique donc aisément!

Ils ne savent pas encore qu'ils ne sont plus Picards... ni Flamands éventuellement... Ils ne savent pas encore qu'ils sont morts! Á moins qu'ils nous reprochent de ne pas l'être encore et ne le supportent pas! Quant aux Fêtes de Cornouailles et autres...ils finiront bien par nous faire accepter de devenir de banals "Ouest de Français"

Michel
Vendredi 18 août 2017

Bonjour

Beaucoup de bruit pour pas grand chose.

Il faut arrêter de se sentir persécuté.

C'est comme cela que l'on déclenche des guerres.

Un peu d'humour par ces temps troublés ne fait pas de mal.

Quand au public métal, il est super tolérant et sympathique (Venez au Hellfest pour juger sur place).

Un Breton ouvert sur le monde

Kenavo

Pagan 29200
Vendredi 18 août 2017

Pourriez vous mettre en lien les coordonnées du festival Bleus ?

Afin que nous puissions les inonder de mails leur montrant notre honte et notre dégoût de leur choix inadmissible ! Il faudrait qu'un maximum de spectateurs de Concarneau qui ont l'occasion de se rendre au festival, s'y rende avec des tomates pourries dans les poches pour les leur balancer sur scène !!

spered dieub
Vendredi 18 août 2017

Je sors complètement du sujet, pour vous dire ma surprise de ne voir aucun article sur ABP concernant le drame survenu chez nos amis catalans .

Jacques
Vendredi 18 août 2017

Je suis plutôt d'accord avec Gilbert Josse.

Si j'ai bien compris, la chanson évoque un Breton qui gonfle tout le monde avec sa Bretagne, mais qui dans les faits limite sa connaissance de son pays à certains stéréotypes... Et ce gars là, on le voit un peu partout avec son Gwenn ha Du...

En fait cela rejoint une question que je me pose de bien longtemps :

Je constate que oui de partout on voit des Bretons avec leur Gwenn ha Du : Des jeunes en vacance, des participants à un spectacle, des paysans sur leur tracteur répondant à l'appel de la FNSEA, le conseil régional qui pour le tour de Bretagne fournit des minis GhD aux enfants pour les agiter comme dans les pays africains, et même nos militaires en opération qui retire le Triliv pour le remplacer par le Ghd (même si dans ce dernier cas la démarche est plus que légitime)...

Mais quand on discute avec les gens on s’aperçoit que bien peu connaissent la Bretagne, son histoire, sa culture, sa géographie... tout de suite ils s'excusent de ne pas être nationaliste ou indépendantiste, pire ils aiment souvent raconter des conneries pour se donner un genre (Anne de Bretagne qui a vendu la Bretagne, les Nantais qui ont quitté la Bretagne parce qu'ils ne sont pas de vrais Bretons, on met un rouleau de PQ sur sa tête pour jouer à la Bigoudène, ou tout simplement on évoque LA coiffe bretonne et LE costume breton en montrant le costume bigouden même quand on n'est pas bigouden... etc... etc...) et quand il s'agit de voter pour la Bretagne ou de créer un syndicat breton (comme font tous les Européens comme nous) ils disent non merci on n'est pas communautaristes et ils se précipitent pour voter socialiste ou aujourd'hui Macron...

Donc vu de l'extérieur, de France/Picardie, faut pas s'étonner si on fini par nous prendre pour ces c....

Personnellement, je n'ai pas besoin d’exhiber le GhD pour dire que je suis Breton, j'en amène jamais en vacances... mais je considère très clairement que le Triliv n'a aucune légitimité sur nos bâtiments officiels et qu'il est nécessaire de le retirer et d'y mettre enfin notre drapeau national.

Anne Masseuranne
Vendredi 18 août 2017

Relisez le texte partagé plus haut par Gilbert Josse (Merci à lui) à aucun moment les Fatals ne traitent les Bretons de cons. ils parlent seulement de cet étrange phénomène qui fait qu'on voit régulièrement apparaître des drapeaux bretons à des endroits où on ne les attend pas et ce, via un personnage fictif qui se prend pour un Breton alors qu'il n'a jamais mis les pieds en Bretagne (pas plus Breton que Michael Jordan...)

Olivier Carré, vous avez au moins le mérite de m'avoir fait rire avec cette phrase : "Les FP sont merluchonistes (courrier picard du 6 juil 2017) anti-européens (leur page wikipedia) ... bref de bons jacobins proto FN tendance Philippot .." vraiment hilarant quand on les connaît. C'est marrant de constater que vous savez effectivement lire mais que vous n'utilisez pas ce super pouvoir pour lire les bonnes références.

Si je peux me permettre, allez les voir en concert, profitez-en demain puisqu'ils seront près de chez vous et ouvrez grands vos yeux et vos oreilles. Vous allez vous surprendre à rire et à les aimer.

et puis, aussi : Eurovision et talent.... hahahahaha !!!! excusez moi, il faut que j'aille faire pipi ^^

florence GO
Vendredi 18 août 2017

Euh...comment vous dire? Cet article est à mon sens bourré d'erreurs diverses mais surtout vous faite un énorme contre sens sur la chanson. Je crois que votre jugement est altéré par vous souvenir d'enfance; En tant que journaliste vous vous devez de faire preuve de plus de discernement , car il y a tromperie là.

Fan D
Vendredi 18 août 2017

Les Fatals sont avant tout un groupe hyper sympa, dynamique, avec des paroles toujours chouettes. Allez écouter "Canal St Martin" juste magnifique par exemple.

En ce qui concerne l'eurovision, je ne vois pas en quoi ça enlève de leur talent qu'ils ne l'aient pas gagné, on sait tous que c'est magouille et compagnie ce concours. Par ailleurs, ça a été un beau tremplin pour leur carrière (8 albums à ce jour, quelques Olympia)

Les bretons se sentent mal à l'écoute de cette chanson ? Ne comprennent-ils pas l'humour ? Et puis après tout, c'est bien vrai qu'il y a des drapeaux bretons partout, preuve en est sur les réseaux sociaux !

A bon entendeur, moi je retourne m'écouter les Fatals Picards :-)

MissKa
Vendredi 18 août 2017

Pour ceux qui ne sont pas au courant : le groupe Les 3 fromages à participé à cette chanson.
Pour info, c'est un groupe créé en 2006 à Quiberon. Si je ne me trompe pas, on peut dire que c'est un groupe breton. Donc des bretons ont participé à cette chanson.
Je me demande si eux (les 3 fromages) ont pensé que les Fatals Picards (qui ne sont pas Picards d'ailleurs) avaient décidé de faire une chanson insultante et "raciste" envers les bretons ?
Avant de vous énerver et de crier à l'insulte envers une région et sa culture, écoutez d'autres de leurs chansons et lisez leur texte. Vous verrez que c'est un groupe qui peut avoir des texte humoristiques (même s'ils ne plaisent pas à tous) et des textes très profonds.

Jérôme arai
Vendredi 18 août 2017

Juste pour info les Fatals jouent avec un groupe Breton pour cette chanson, ce groupe s'appelle les trois fromages. Une autre info les Fatals ont fait une chanson sur les Corses qui n'a pas déclenchée plus problème que ça !! Certains bretons auraient moins d'humour que les Corses ??

Steven Vourch
Samedi 19 août 2017

Dire qu'ils n'ont pas de talent en prenant l'Eurovision en unité de mesure est d'une grande mauvaise foi. Le fait de dire que les gens qui ont un drapeau breton et l'agitent sont des cons n'a rien à voir avec une insulte à caractère raciste. Cette comparaison est bien plus déplacée que cette chanson.

Guillaume Adis
Samedi 19 août 2017

Bonjour

Je me permets de commenter vos posts :

1/ les picards... ne le sont pas ! Le bassiste est nivernais, le batteur gardois, etc... c'est juste un nom de groupe ! Alors vos commentaires anti-picards ou "hauts de France" ne volent pas plus haut que ce que vous souhaitez dénoncer ! Dommage !

2/ les fatals picards s'inspirant de tout ce qu'ils voient (actu, etc) pour traiter certains sujets (homosexualité, violences faites aux femmes, le Qatar , etc... ), pour cette chanson ils ont juste constaté (grâce à leurs nombreux concerts - plus de 100 dates par an !) que dans tous les concerts et ce quel que soit le chanteur, il y a toujours un drapeau breton qui flotte, comme ça, complètement anachronique, comme par hasard. Comme le drapeau algérien lors des match de foot ... et que bien souvent ces pseudos bretons ne connaissent pas "leur Bretagne"... d'ailleurs la chanson quand on lit les paroles "sans animosité",, en ne La prenant pas au 1er degré (il n'y en a pas dans les textes des FP

Nicolas
Samedi 19 août 2017

Mon chère Philippe. Ton article et quelque commentaire sont un amas de merde.. Les FP on toujours eu un humour de 2nd degrés. Critiqué des personnes qui on fais l'Eurovision? C'est une blague? Rappelle moi la dernière fois où un breton a fais l'Eurovision? Ah! Jamais. Et traité quelqu un de potache, qui sois dit en passant en a fais beaucoup plus dans ça vie que la tienne c'est un peux du foutage de gueule. Avant de critiquer des artistes essaye d'écrire un article qui a du sens.

Cordialement.

Leîa Cougar Pic
Samedi 19 août 2017

Merci, j'ai bien rigolé! Pour info, les FP ne sont pas picards (malgré leur nom de scène), et en aucun cas ils ne se moquent des bretons!!! Au contraire, ils se moquent de celui qui se prend pour un breton mais qui n'en est pas un!!! on a tous dans notre entourage un con avec un drapeau breton... ou avec l'immatriculation corse (alors qu'il habite dans la Creuse)... ou avec une bigouden collée sur le coffre... et c'est vrai qu'on voit des drapeaux bretons dans des endroits incongrus!!! mais de là à les maltraiter de facho, franchement... y'a pas plus gentils qu'eux! Restez zen les bretons...

Clément
Samedi 19 août 2017

Énorme contresens!!! Vous vous fourvoyez.

La chanson vise avec humour et bienveillance les "expats" qui, partout en France, au nom d'une généalogie vaguement bretonnante, se sentent bretons jusqu'au bout des ongles sans pour autant être au fait de l'histoire, de la culture et de la langue... Humour.

Quand aux allégations Frontistes, votre contributeur se fout la b..e dans l'œil jusqu'au coude!

Un très bon groupe. Pour peu que l'on sache faire preuve d'humour et d'auto dérision.

Philippe Argouarch
Samedi 19 août 2017

Je me sens obligé de répondre vu que je suis attaqué en tant que journaliste dans les commentaires dont certains ne sont pas passés car il comportent des insultes. J'avoue que cet article a une part de subjectivité mais pour les naifs qui croiraient encore qu'il existe une presse ou des journalistes objectifs je rappelle que tout média et tout journaliste sont subjectifs à commencé par le choix des actualités qu'il rapporte, puis par la hiéarchisation de celles-ci sur la UNE. Au moins sur ABP la hiérarchisation se fait automatiquement en fonction du nombre de lectures, et du nombre de partages sur les réseaux sociaux de chaque article , et cela dit en passant, l'algorithme de facebook a décidé de l'envoyer à plus de 14000 personnes. De nombreux partages ont eu lieu.
C'est vrai que cette chanson me rappelle de mauvais souvenirs. Je ne supporte pas que Breton soit rimé avec con -- quelque soit la personne ciblée. Que ca soit l'histoire d'un faux breton brandissant un gwenn-ha-du ou toute autre personne ne m'intéresse pas. L'article s'en prend aux rimes de bas étage. Les rimes sont des messages subliminaux.

C'est pas parce qu'on a la peau blanche, qu'on ne peut pas être victime de racisme. Et comme les Bretons ne sont pas reconnus en tant que communauté distincte on a droit à tout sous couvert d'humour ou de dérision. Allez si vous voulez faire des provoques , ecrivez une autre chanson et faites rimer youpin avec radin ou musulman avec ce que vous voulez et vous verrez bien qu'il y a deux poids deux mesures et que nous ne sommes pas tous égaux devant la loi et devant la dérision. Il y a des racismes autorisés voire encouragés et d'autres interdits selon le degré d'assimilation ou l'importance d'une communauté. Pour la république, il est bien de se moquer d'une communauté quasi assimilée afin de liquider ce qui lui reste d'identité propre, mais dangereux de se moquer de par exemple 6 millions de musulmans arrivés récemment, pas encore vraiment assimilé et représentant donc un danger.

Fanny D
Samedi 19 août 2017

Et sinon pourquoi ne publiez vous pas tous les commentaires ?

Notamment tous ceux qui défendent le talent des Fatals Picards ?

Merci bien de ne pas nous prendre pour des cons

Icaro
Samedi 19 août 2017

@ Yeltaz GALESNE

Votre message est méprisant et sans fondement : historiquement, les Picards sont des Belges de langue romane. L'Histoire à divisé cette population entre les Pays-Bas où on les appelle Wallons et la France où on les appelle Picards. Bref, les Picards sont les Belges de France et leur identité est encore bien vivante aujourd'hui.

Anne Masseuranne
Samedi 19 août 2017

14000 partages, c'est pas mal ! retenez qu'en vous attaquant aux Fatals vous faites le buzz. Il faudra essayer avec un autre groupe.

Au fait, vous avez de la chance que votre allusion au Hellfest ne soit pas passé devant les yeux du public concerné. les metalleux sont des gens très ouverts et sympa mais il y a des choses auxquelles il ne faut pas toucher. avec eux, vous arriveriez facilement à 50000 si vous insistiez un peu ;)

Aline Moulin
Samedi 19 août 2017

Je vous invite à bien lire les paroles. Si vous ne comprennez pas que la "cible" sont ces gens qui se prennent pour plus bretons que bretons parce que l'arrière-grand-père du neveu de leur cousin était breton, je pense qu'il est regrettable que les mots soient votre métier. Il serait également judicieux de se renseigner réellement et de regarder, par exemple, qui sont les 3 Fromages, avec qui les FP ont enregistré le morceau et qui ont participé à nombre de leurs concerts.

Enfin, cela me fait franchement sourire, un peu jaune, certes, de lire des choses en commentaires comme "les fatals stigmatisent", "les fatals appellent au nationalisme", "la Picardie n'a pas de culture alors ils tapent sur les autres" etc. Relisez vous bien,et voyez qui d'eux ou vous stigmatisent, qui de vous ou eux appellent à la fermeture d'esprit...

Et choisir de passer tel commentaire et pas un autre parce que ça vous gêne, c'est limiter la liberté d'expression en vue de son propre confort. Les commentaires aussi sont subjectifs et certains bien mieux renseignés que vous. De même, revendiquer votre subjectivité tout en vous déclarant journaliste, c'est franchement limite...

Honnêtement, lire de telles choses sans fondement, écrites sans investigations préalable, voir l'article et les commentaires qui prônent le régionalisme (sur un festival attrape touristes en plus), ça me donne presque honte d'être une bretonne de Bretagne. Pour le coup, là, on passe vraiment pour des cons !

P. Argouarch
Samedi 19 août 2017

@ Aline et d'autres : Les FT chantent ce qu'ils veulent et j'écris ce que je veux. A chacun sa liberté d'expression, à chacun son humour. La critique de la musique est comme la critique littéraire ou la critique du cinema. C'est subjectif et ça peut être très méchant si on aime pas. Je passe tous les commentaires qui respectent la ligne éditoriale.

jerome
Samedi 19 août 2017

C'est n'importe quoi il faut arrêter avec les guéguerres des régions on s'en fou... !!! ce n'est que de l'humour j'invite les gens a écouter les albums avant de prendre position!!!! Je connais bien les FP et ce sont des gens très simples et très sympas et je doute de la culture Musicale de l'auteur quand il ose citer l'eurovision !!!Pour commencer les fatals picards ont plus de 15 ans d'existence une dizaine d'albums dont certains ce sont vendu a plus de 200000 exemplaires .Le groupe s'est produit plusieurs fois a l'olympia a guichet fermé ....Leur musique est basé sur un rock humoristique un peu déjanté et ils sont les premiers a se moquer d'eux même avant de se moquer de tout...Au moins chaque chanson raconte une histoire(sur les profs,la française des jeux,l'homosexualité) !!!ce n'est pas comme certains qui chantent des choses insipides et sans intérêt .

Michel
Samedi 19 août 2017

Pour les connaître personnellement, je pense et j'en suis même sûr, qu'il n'y a aucune volonté d'insulter la Bretagne et les bretons. Connaissant leur parcours et leur histoire, je pense que les comparer à des suppôts du FN tendance Philippot est particulièrement insultant quand on sait que l'un d'entre eux est de confession israélite est a eut des personnes de sa famille qui ont été déportés.

Alors avant de faire de mauvais, pour ne pas dire de faux procès, il serait plus intelligent de se renseigner.

Vive les ch'tis et vive les bretons, même s'ils ont un drapeau.

Michel
Samedi 19 août 2017

Pour les connaître personnellement, je pense et j'en suis même sûr, qu'il n'y a aucune volonté d'insulter la Bretagne et les bretons. Connaissant leur parcours et leur histoire, je pense que les comparer à des suppôts du FN tendance Philippot est particulièrement insultant quand on sait que l'un d'entre eux est de confession israélite est a eut des personnes de sa famille qui ont été déportés.

Alors avant de faire de mauvais, pour ne pas dire de faux procès, il serait plus intelligent de se renseigner.

Vive les ch'tis et vive les bretons, même s'ils ont un drapeau.

Reun Allain
Samedi 19 août 2017

Surprenant, et révélateur de certaines limites mentales. Quand on n'est pas d'accord avec le sens de l'humour des FP, tout à coup ce sont leurs fans qui en perdent le sens.

Mickaël
Samedi 19 août 2017

Je vois beaucoup de commentaires ici expliquant que les critiques envers cette chanson sont infondées car la chanson elle-même n'est pas comprise. Je ne suis pas vraiment d'accord.

Je comprends parfaitement que la chanson se moque des gens qui se revendiquent bretons et qui le montrent de toutes les façons possibles sans vraiment y connaitre grand-chose, quitte à paraître un peu ridicule aux yeux de certains.

Eh bien, justement. Tout le problème est là. Dès que les politiciens parlent de la Bretagne, ils se font forts de montrer qu'on est gentils, qu'on est inoffensifs, bienveillants, républicains, et tout ce que s'ensuit. Dès qu'il est fait mention de la Bretagne, tout le monde se sent forcé de préciser qu'on est ouvert, accueillant, qu'on accepte tout le monde ; comme pour conjurer le mauvais œil qui nous poursuit depuis qu'une poignée d'indépendantistes ont servi de chair à canon aux nazis, ce mauvais œil que l'état français agite devant nous dès qu'une ombre de revendication se fait jour.

Alors nous, on joue les gentils. Chaque parole pour la Bretagne doit être accompagnée d'une argumentation sur pourquoi nous sommes gentils. Et dans un sens, ça n'est pas faux : contrairement à la France, l'identité bretonne n'est pas forcément exclusive, ni fermée sur elle-même. On accepte plein de gens qui ne connaissent pas la Bretagne en profondeur, mais qui simplement aiment bien la Bretagne. On ne joue pas à "je suis plus Breton que toi", parce qu'au final quand quelqu'un éprouve un sentiment positif pour la Bretagne, on est bien content de lui dire qu'il est bienveillant.

Et on en arrive là : à une chanson qui balance tous les clichés, pour dire en gros : les types qui se prétendent bretons sans l'être vraiment (mais qu'est -ce qu'être breton, puisque notre existence n'est de toute façon pas reconnue ?) ce sont des gens ridicules. Donc on n'a pas le droit d'être revendicatifs, sinon on est des nazis, et on n'a pas le droit d'être ouverts, sinon on est con.

J'en fais des caisses, je sais. Pour moi, comme je l'ai dit plus haut, cette chanson n'est qu'un non-événement qui devrait être bien vite oublié. Mais c'est un symptôme de quelque chose de plus significatif. Le fait qu'on nous enlève toute possibilité de simplement exister paisiblement. Petit à petit, on devient des indiens d'armorique, dont l'existence est accessoire, vaguement amusante ; si ces indiens se montrent menaçants, on leur rappelle que ce sont des sauvages, et sinon, eh bien on se moque de leur affabilité. Voilà où on en est, et voilà pourquoi je trouve dommage de dire "c'est de l'humour, c'est pour se moquer des breizhous". Se moquer de quelqu'un qui ne peut pas se défendre, je ne vois pas l'intérêt.

Jiler
Samedi 19 août 2017

En effet, beaucoup d'entre nous ont été blessés dans la passé, par des attitudes hostiles, des insultes... Les Bretons ont essuyés des tombereaux d'injures et de mépris depuis plusieurs siècles.

Alors des chansons anodines, un peu connes , sont vécues comme une piqûre de rappel que nous ne supportons plus.

Pourquoi accepterions nous ces piqûres de rappel perverses, alors que nous ne demandons qu'une chose: être respectés , et même éventuellement que l'on s'excuse pour tout ce qu'on nous a fait subir depuis des siècles .

Nous accepterions même qu'un responsable politique français se mette à genoux pour s'excuser de l'annexion du Duché libre de Bretagne par François 1er, des massacres et tortures abominables perpétrées par les fous furieux de la révolution française chez nous, etc... etc...

Anne, soeur Anne, c'est à nous de décider de ce qui nous fait rire , de ce qui ne nous fait pas rire , et même de ce qui nous fait ch...

spered dieub
Samedi 19 août 2017

Mickaël

Excellent commentaire vous allez aux racines du problème .Mis à part que quand vous dites (que comme pour conjurer le mauvais œil qui nous poursuit depuis qu'une poignée d'indépendantistes ont servi de chair à canon aux nazis,) vous êtes trop indulgent car à partir de 1933 il y a une partie importante du mouvement breton ,notamment des dirigeants qui ont adhéré à cette idéologie mortifère et même imaginés une version bretonne à travers le programme SAGA .Quand au terme républicains, c'est une mauvaise référence car nous pourrions très bien avoir une république bretonne ,tout comme la France retrouver une monarchie qui ne remettrait pas en cause le jacobinisme centralisateur .L'Ecosse La Catalogne revendiquent de devenir des républiques indépendants face à de monarchies constitutionnelles pourtant démocratiques et pas forcément centralistes .Pour ma part à partir du moment ou les grands états centraux adhèreraient sincèrement à l'idéal fédéraliste ,des compromis seraient possible au niveau européen au point que les revendications nationalistes auraient moins de raison d'être ,vu que notre planète devient un village, mais en grand danger au vu des enjeux climatiques ,économiques ,sans compter les risques de conflits pouvant provoquer vu les moyens des destructions sans précédent au point que l'on ne parlera plus de France ,ni de Bretagne .

Fanny D
Samedi 19 août 2017

2290 lectures de cet article et seulement 30 commentaires. Je m'étonne qu'il n'y ait que 30 commentaires respectant la ligne éditoriale, et surtout je ne sais pas ce qui n'était pas respecté dans le premier que j'avais envoyé.

Nous prendrait-on pour des bretons ?

Vu le nombre de fans des Fatals Picards, il me semble qu'il devrait y avoir beaucoup plus de messages.

Votre article ne fait que cristalliser les communautarismes, dans un monde où l'on a surtout besoin de solidarité et non de clivages idiots.

Jacques
Samedi 19 août 2017

Je trouve que certains propros contre Philippe Argouac'h sont déplacés.

Je l'ai dis, je pense que la chanson des FP n'insulte pas directement les Bretons, mais à sa manière pose une forme de question entre d'un coté une démonstration de bretonnité qui parfois et même souvent ne correspond pas avec la réelle connaissance des Bretons de leur propre pays ni des engagements démocratiques que la Bretagne mérite.

Maintenant, de là à insulter un journaliste, cela ne va pas.... Sauf erreur, personne n'a insulté Charlie Hebdo quand ils insultaient très clairement les Bretons et leurs enfants de nazies racistes.... c'était pourtant des insultes très graves, mais quand on s'appelle Charlie on peut tout se permettre...

Je pense que Philippe à sur réagit, mais le problème qu'il évoque est bien réel... la preuve justement par Charlie, et ils ne sont pas les seuls à se permettre un racisme légal...

Donc, en clair rien autorise ce racisme légal comme oui il est pénible de voir des Bretons revendiquer une bretonnité de facade...

Clairement, si les Bretons veulent montrer leur drapeau national partout, ils en ont totalement le droit.... mais cela serait indiscutablement mieux si cela s'accompagnait d'une réelle culture générale...

Si Philippe veut exprimer sa sensibilité, même si parfois avec un excès de sensibilité, il en a également parfaitement le droit.... (l'excès de sensibilité est totalement excusable au vu de ce que les Bretons ont du subir au 20ème siècle et doivent encore de nos jours subir... et justement pour le savoir il faut disposer d'un minimum de culture générale)

Boned ruz
Samedi 19 août 2017

" Quelques fois y'a un con avec un drapeau breton ..."

L'art ne donne pas forcément de sensibilité aux artistes.... Sensibilité? Hé bien oui! Parce que si mon con de breton exprime sa fierté d'être Breton un peu maladroitement, il y a des raisons... Si ce groupe connaît ces raisons alors ils sont GRAVES , vraiment. Si ils ne les connaissent pas alors ils sont ignorants et dans ce cas on n'écrit pas sur des choses que l'on ne connait pas...enfin, il me semble, d'où le manque de sensibilité; ça la fou mal pour le monde artistique.

Petit l'on m'a fait chanter "ils ont des chapeaux ronds" siwazh din et j'ai lu "bécassine" : Dre voneur m'eus bet ur ger frealzus bennak digant ma zad ainsi, mon père m'a dit " Breizhek eo hor anv-familh pa'z eo gallek hor revr "notre nom est Breton mais notre " Q" est français. Tout-à fait vrai au sens propre: la lettre "Q" n'est pas Bretonne et au figuré pour un nombre incalculable de Breton qui n'ont peut-être pas eu la chance d'avoir un éclairage salutaire sur leur véritable identité...Tud kollet e vez graet deus outo...Ce sont des gens perdus diraient les ethno-sociologues...

Alors mon con de Breton bredouille breton.... faot da biv?

il ignore son histoire.... dre biv a oa bet aozet an deskadurezh?

Surtout ne pas montrer son amour du pays .... Gant ar vezh en e chakodoù e chom re bounner e vragoù da yann! pourra t-il un jour vivre sa vie de Breton sans aucun complexe?

En plus il semble vivre loin du pays, frustré de ne pas pouvoir se laver le "q" de ce qu'il commence a percevoir comme n'étant pas lui.

Moi, J'ai plutôt une certaine tendresse pour mon con de Breton.

Aujourd'hui des phénomènes étranges se passent comme le pegsun Corse sur de nombreuses plaques de voitures en Bretagne ; je serais étonner que les Corses soient si nombreux chez-nous! et pourtant point d'arouezioù breizhek peget ouzh lost ar c'hirri-se ! Ces gens là " non Corse pour la plus part sans doute" exprimeraient-ils quelque chose ? Comme ce con de Breton et autres personnes d'ailleurs qui souhaitent marquer leur attrait pour la Bretagne... exprimeraient-ils quelque chose? C'est bizarre quand même une culture qui s'exporte sans que cela ne soit vraiment voulu et pourtant... La culture Bretonne plaît...Alors quoi ? y-aurait-il essoufflement de l'attrait pour la culture Française au point de stigmatiser ceux qui souhaitent se laver le "q" de ce qu'on leur à fait croire jusqu'à présent?

Je me demande si par hazard une ceratine forme de jalousie, n'expliquerait pas la chanson...alors l'artiste!: Evit' ta ur banne sistr kuit dit kaout c'hwervoni. Gwelloc'h e vo evit da yac'h d'am soñj.

Cependant, je comprends que perdu en dehors de la Bretagne dans un concert n'ayant rien à voir avec la Bretagne, la présence d'un gwenn ha du puisse énerver. Peut-être qu'il passerait inaperçu ce fameux drapeau s'il n'était si connu...

Claire
Dimanche 20 août 2017

Bretonne de coeur depuis ma plus tendre enfance, je suis également fan des fatals picards et fière de l'être. J'ai eu bien souvent l'occasion de leur parler et ils sont tellement loin de cette image si triste que vous avez d'eux. Ce sont des artistes avec un coeur énorme.

Si leur humour ne vous a pas convenu, j'en suis désolée car pour moi, cette chanson est justement un ôde à la culture bretonne et a sa richesse. N'avez vous donc jamais utilisé une expression du genre «on s'est retrouvés comme deux cons au milieu de...», pour autant ce n'est pas vu comme une insulte, c'est une expression. Très familière je le conçois mais juste une expression.

En bref, je continuerai à écouter et à aller voir mes fatals tout en gardant au fond de mon coeur «breizh da viken».

stephanie
Dimanche 20 août 2017

mais il faut arreter ils ont aussi ecrit une chanson sur le Larzac ou je vie et franchement c'est de l humour dans l exagération certe mais c'est excellent ils on enormemnt d'humour et cette chanson est trop belle quand on la comprend , dans le délire je n'ai pas le drapeau mais mon fils s'appelle Ronan alors que je n'ais jamais mis un pied en bretagne , et quand ils disent il y aura toujours un con avec un drapeau breton, je sais pas mais moi je ne le prend pas pour une insulte, au contraire, peut etre parce que chez nous "con" fait parti de la ponctuation, maintenant esssayé d'ecouter " retour a la terre " et dites nous si vous trouvez que c'est exagéré et insutant car c'est dans le meme delire mais pas sur les bretons . c'est de l humour tres sympatique et au contraire elle est geniale cette chanson justement en disant que l on peut etre attaché a un lieu sans meme y avoir mis les pieds. moi je reve de venir en bretagne mais seulement si l ouverture d esprit y est plus presante

spered dieub
Dimanche 20 août 2017

l y aura toujours un con avec un drapeau breton, je sais pas mais moi je ne le prend pas pour une insulte, au contraire, peut etre parce que chez nous "con" fait parti de la ponctuation, maintenant esssayé d'ecouter " retour a la terre

Stéphanie

Je vous pardonne vos fautes d'orthographe ,cependant si une petite partie du public de ce groupe ne prendra pas cette chanson au premier degré et tout à fait dans le sens de l'humour ,c'est loin d'être le cas de la majorité .D'autre part c'est du pain béni pour pour tous ceux qui ne manquent pas de dénigrer ,dès qu'il en ont la moindre occasion ,toute promotion de la matière bretonne , en France et surtout leurs sbires en Bretagne .Dans ce sens, je donnerais raison à Philippe, mais il aurait du tourner son message d'une manière plus pédagogique et moins brutale . L'autoflagellation a aussi des limites ,et c'est un signe de faiblesse,c'est facile , car défendre la cause bretonne aujourd'hui demande beaucoup de courage et d'abnégation .

Léon-Paul Creton
Dimanche 20 août 2017

Claire quand on "a du cœur" l'on ne sort pas de telles conneries! Lorsque l'on se prétend des "artistes" , ce qui suppose une certaine intelligence de l'esprit, donc rare apparemment, ...et du cœur en plus(?), l'on s'instruit et l'on tient compte de ce qui aurait dû découler naturellement de ce que l'on a "voulu" apprendre de l'Histoire de l'autre (;0))! Mais voilà à titre personnel je pense que les vrais artistes doivent se tenir à distance de certaines choses! Ils sont trop "homme/femmes-sandwiches"et utilisés comme tels, souvent...Mais si con-tents de l'être parfois!

Soutenir le moindre écart de ce type ne peut dans notre situation, être accepté par un Breton. Je n'ose pas vous dire :"Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es!"

Considérer par certain qu'il s'agisse d'un fameux "humour-poison", cela n'est que conformisme sociétal, lâcheté, faiblesse. Tous les ingrédients d'un agression supplémentaire d'une société déjà bien affaiblie. Cette soi-disant "ouverture" idiotement répétée, n'est que la dégradation, la disparition de systèmes immunitaires au nom d'illusions suicidaires, effets de modes superficielles, de gens qui, quels que soient les évènement, affirment têtus et stupides qu'ils "continueront à" faire la Fêêêteee"!

Non il n'y a pas d'humour dans cette salade, de toute évidence pas d'Amour! Ou alors celui-là je le fuis! De plus ils ne seraient même pas Picards,...Quel patchwork intellectuel! En cuisine un vulgaire salmigondis c'est de l'humour bien entendu? En "Somme", une "ficelle picarde" au ketchop! Ça fait gargotte. Non?

Reun Allain
Dimanche 20 août 2017

@ stephanie, vous dites qu'il faut arrêter mais vous en rajoutez une couche. Vous semblez penser que ne pas accepter de se faire traiter de "con " est un manque d'ouverture d'esprit, mais vous avouez n'avoir jamais mis les pieds en Bretagne alors qui sont les plus ouverts ? Il se trouve simplement qu'en Bretagne "con" n'est pas une ponctuation, c'est une insulte.

L'ouverture d'esprit c'est d'abord respecter la sensibilité des autres et à minima apprendre à les connaître. La Bretagne n'est pas aux antipodes de votre région où "con" serait selon vos dire une ponctuation !

antifa talpic
Dimanche 20 août 2017

le problème des fatals Picards c'est que partout ou ils vont ils se trouvent face à des bretons et donc à des drapeaux bretons et ça les énerve puisqu'il parait que c'est un drapeau de nazi et qu'eux sont de gentils antifa qui ne s'attaquent pas aux corses de peur de finir en bouillie, d'ailleurs avez vous déjà vu des chansonniers s'attaquer aux corses ?

les bretons sont si gentils avec leurs gueules de cochons et d'ailleurs "les français commandent." , mais de moins en moins, ils sont en perte d'identités face a des identitaires venus d'autres planètes bien plus revendicatifs dont ils se satisfont gaiement, antifa oblige.

Mickaël
Dimanche 20 août 2017

Spered Dieub

Oui, je n'ai pas de chiffres précis sur les collabos bretons. Ce que je sais, c'est que comparativement à la population bretonne, ils ne représentaient pas grand-chose : au final, même si une part non-négligeable de la frange nationaliste de l'époque s'est rangée derrière l'occupant (selon la logique de "l'ennemi de mon ennemi est mon ami"), cela ne faisait que quelques centaines de personnes, pour une Bretagne largement plus grande que cela. J'utilise le mot "poignées" pour mettre en évidence que la France condamne l'idée même de Bretagne grâce à un argument fallacieux.

Quant au terme "républicain"... J'entends bien votre raisonnement. Mais je me suis sans doute mal exprimé : j'utilise ce terme dans son sens purement français (dans le cadre de cette religion républicaine que les mélenchonistes veulent encore renforcer). En France, la république est utilisée comme une divinité qui, au final, se supplée à toute autre notion (voir des discours de sarkozy qui prétendaient que la république valait mieux que les droits de l'homme). En France, le terme "république" et indissociable des concepts d'ultracentralisme et de "un et indivisible", c'est pourquoi je suis absolument convaincu que la France ne pourra jamais revenir à un concept monarchique ; et c'est aussi pourquoi je parle de la justification républicaine : dès que l'on parle de la Bretagne, il faut expliquer que nous avons le droit à l'existence parce que nous sommes inoffensifs pour la république française, en d'autres termes compatibles avec les notions d'ultracentralisme évoquées plus haut.

Après, je n'ai aucun problème avec la république comme concept politique ; et la république d'Irlande, comme le projet catalan, me semblent très intéressants à étudier : mais justement, si l'Irlande et la Catalogne se sont tournées vers le modèle républicain, je me dis que c'est entre autres pour tourner le dos à l'état dominant, qui dans les 2 cas fonctionne avec un système monarchique.

Mais je digresse. Pour revenir sur le sujet présent, ce que je dégage de ces commentaires parfois un peu houleux, c'est qu'il y a deux points de vue qui ne cherchent pas à comprendre l'autre. D'un côté, la justification "humoristique" qui défend les FP sur leurs intentions et leurs qualités, et explique que ce texte est innocent et mal compris par des gens qui sont soit bornés, soit trop sensibles (ce qui n'est pas franchement mon avis), et de l'autre la réaction à une insulte, qui cristallise sur un texte sans grand intérêt un ensemble de ressentiments qui, si leur origine est ancienne (3e république, je pense) n'ont jamais vraiment cessé et perdurent aujourd'hui, sous une forme ou une autre.

Pour ma part, comme je l'ai mentionné plus haut, je n'ai au final rien contre les Fatals Picards (et je ne considère pas le mot "potache" comme une insulte, comme certains l'ont cru, je crois), mais même si je veux bien imaginer que ce texte est complètement innocent, je considère que c'est un peu trop facile. On vit dans une société où les Bretons sont presque les seuls sur qui il fait loisible de cracher sans aucune conséquence ; aussi, écrire une chanson à lire à je ne sais quel degré d'humour, non seulement c'est, à mon avis, d'une facilité et d'une vacuité artistique assez grande, mais en plus c'est à peu près évident que ça sera mal perçu. A un moment donné, il faut se poser la question, au-delà des degrés d'humour, de comment le public comprendra la chanson, et de comment elle sera utilisée. Je trouve un peu lâche d'écrire un texte qui peut être interprété de la meilleure comme de la pire façon, et de se cacher derrière l'excuse "ceux qui se sentent insultés sont étroits d'esprit" pour ne pas avoir à se remettre en question.

Conclusion : j'ai bien l'impression que personne n'a vraiment raison là-dedans, mais que les réactions épidermiques - peut-être excessives - de ceux qui se sont sentis insultés sont plus compréhensibles que celles, outrées, des fans qui disent avoir honte d'être Breton parce que la chanson peut être interprétée de différentes manières (et parce que sa signification, comme c'est mon avis, dépasse le cadre des simples intentions des FP pour devenir un exemple assez triste de la situation dans laquelle se retrouve la Bretagne aujourd'hui).

Yann Kerne
Dimanche 20 août 2017

Associer "Con" à un individu, une action, à n'importe quoi.... est une insulte Point Barre

"Y'aura toujours un con avec un drapeau breton" pourrait amener des gens à hésiter à brandir le drapeau breton de peur de passer pour un con!!

Beaucoup d'autres vont réagir de manière inverse:: Je brandis dorénavant le drapeau breton quand je veux et je vous emmerde!!!!

Lors des manifestations des bonnets rouges à Quimper et Carhaix le drapeau breton était omniprésent. Je ne conseille pas à des Fatals Picard surgelés de venir chanter des inepties pareilles!!. Les festivals d'été en Bretagne drainent beaucoup de touristes et beaucoup de bretons ne fréquentent pas ces festivals.

On n'en a rien à foutre de ces petits groupes de musiciens et ce ne sont pas leurs injures qui vont nous intimider. Quand on insulte la Bretagne et sa culture devant moi, le coupable a son pegement avec moi.

Bevet Breizh (5 departamant), he yezh hag he sevenadur dre vras,

Jacques
Dimanche 20 août 2017

@ Stéphanie

"...je n'ais jamais mis un pied en bretagne..."

"... moi je reve de venir en bretagne mais seulement si l ouverture d esprit y est plus presante...."

Madame, vous vous prenez pour qui?

Vous n'avez jamais mis les pieds en Bretagne, mais vous osez porter un jugement sur les Bretons...

Vous rêvez de venir en Bretagne, mais seulement si elle correspond à votre vision fantasmée....

Madame, en restant poli : restez dans votre pays!

Les Bretons n'existent pas pour vous plaire, tout comme l'immense majorité des nations de ce monde....

Le minimum du savoir vivre est d'accepter les gens comme ils sont et non comme vous les rêvez... cela est valable pour les nations, cela est également valable pour ses amis et cela est même valable pour son conjoint...

Donc, aucune envie de vous avoir chez nous...

Nous avons déjà sur le dos une République qui nous rêve comme Français alors que nous ne le sommes pas... cela nous suffi amplement!

(Et si vous croyez que ma démarche est spécifiquement bretonne, faite l'essai avec d'autres nations du monde... dites leurs que vous ne viendrez chez eux que s'ils se comportent comme vous seule les voyez.... Je vous garantie un accueil des plus glacials partout où vous irez...!)

Isa PORATO
Dimanche 20 août 2017

Mon premier commentaire n'ayant pas été jugé "dans la ligne éditoriale", je me permets quelques suggestions :

- allez rencontrer et échanger avec les Fatals Picards après un de leurs concerts, ils seront tout à fait disposés à vous écouter

- regardez attentivement le clip, vous y verrez au moins 5 bretons de souche qui ont su apprécier cet humour

- relisez les paroles de la chanson afin d'en comprendre le sens

Et n'hésitez pas à m'éclairer :

- quel intérêt de brandir un drapeau breton (ou de n'importe quelle autre région) dans un concert ?

- les festivals se déroulant en Bretagne ne doivent ils accueillir que des artistes bretons ?

P. Argouarch
Lundi 21 août 2017

Le commentaire d'Olivier Carré prétendant que les FT sont mélenchonistes et anti-européens a été suspendu car il n'a pas pu être vérifié, ni sur wikipedia, ni sur Le Courrier Picard comme c'était annoncé. Pour toute info controversée merci de poster des liens. Ils sont à nouveau acceptés.

Alain Muzellec
Lundi 21 août 2017

Pourquoi ces réactions épidermiques et symptomatiques? Sans doute en raison de la réalité de ce que cette chanson décrit. Les bretons ont tant voulu être les plus raisonnables, les plus accueillants, les moins auto centrés, les plus chrétiens, que personne ne peut comprendre sans rire de quelle identité ils veulent parler, car eux mêmes la placent en dernière position. Un peu moins de nullité gentille ne nous messiérait pas. A l'instar des corses, souhaitons l'année prochaine "bonnes vacances en Bretagne à nos amis et invités français".

Kaël
Lundi 21 août 2017

Qu'on voit beaucoup de Gwenn-ha-du un peu partout s'explique.

A partir du moment où un peuple n'est pas reconnu dans son existence, son autonomie administrative et économique, sa culture, ses langues, son histoire (et c'est bien le cas pour les Bretons en France), etc.., il est naturel que la conscience de sa "bretonnitude" réprimée se manifeste d'une autre façon. Sans doute y-a-t'il un effet "soupape" dans la grande présence des Gwenn-ha-du.

Il ne faut pas y voir un nationalisme fermé. Et si nationalisme il y a, il n'est que de défense face au nationalisme français conquérant et donc bien pire car il prétend s'imposer à tout le monde en écrasant ce qui existe sur son chemin.

Ca agace certains Français ? Eh bien tant pis. Le Breton que je suis n'a pas de leçons à recevoir de leur part. Sans être inconditionnel des drapeaux en général, je préfère le Gwenn-ha-du (ou mieux le Kroaz-du) au tricolore...

Alain P.
Lundi 21 août 2017

Je suis surpris de voir autant de lecteurs de L'ABP, intervenir pour soutenir le groupe des FP dans sa joli chanson tout en finesse d'esprit, sur les souvent jeunes gens portant le drapeau de la Bretagne dans un esprit festif parce que c'est tout simplement un symbole qui a traversé depuis déjà des dizaines d'années? dans toutes les manifestations culturelles, sociales, écologiques, revendicatives, bref ! dans tout un tas de revendications surement à la con d'après nos amis FP la lutte et les espoirs de la population de la Bretagne sur tous ces sujets, c'est vrai que la Bretagne reste malgré tout une région à "forte identité" comme la Corse (tiens, les FP n'ont pas fait la même avec les corses) c'est peut-être ça qui est difficile à comprendre pour certains, et même si le symbole d'un drapeau ou autre chose pour certains porteurs s'arrête jute au niveau de la fête et bien tant pis, si ça peut leur faire plaisir, c'est tant mieux, et moi ça ne me déplait pas de l'avoir vu souvent cotoyer le rouge et le noir !

Naon-e-dad
Lundi 21 août 2017

Le groupe Fatals Picards doit-il être classé dans la catégorie "suprémacistes" (cf l'actualité raciste américaine courante) ?

Pour moi au vu de l'article d'ABP, cela ne fait aucun doute. Pas de "message subliminal" ni de "distanciation humoristique'' pour cette bande d'énergumènes, que j'ai l'honneur et le plaisir de ne pas connaître, mais qui - comme des terroristes - salissent le pays tout entier et la société dans laquelle je vis, laquelle n'a pas besoin de celà. Surtout en ces années difficiles.

Je pense que cela devrait les mener directement devant les tribunaux (européens, si les français ne veulent pas s'en saisir). On saurait alors sinon quelles sont les limites de l'humour en public, du moins s'il est permis ou non d'insulter, oui d'insulter, publiquement, et de la pire manière qui soit son voisin, en public et à travers les médias.

Dans ce dernier cas, attention aux dérapages touts azimuts que l'on peut déjà entrevoir.

A-walc'h, a-walc'h, a-walc'h...

Lucien Le Mahre
Lundi 21 août 2017

Dans ce contexte de chansonnette à l'humour potache et au parler populaire, je ne prendrai pas trop le mot "con" au pied de la lettre, ni surtout à coeur, il n'y a vraiment pas de quoi.

Ou alors, tenez, je me défoulerais cinq minutes en braillant : "Fatals Connards !" ou "Fatals Tocards !" du haut mon balcon s'il le faut, pour leur rendre la monnaie de leur pièce. Et puis : baser ta ! D'autant que j'ai bien cru comprendre le parti-pris de dérision de leur nom : "Picards fatals", quelque peu anglicisé en "Fatals Picards" par placement de l'adjectif en tête de gondole …

Mais attendez une seconde. Ce n'est pas tout !

Car parallèlement j'ai quand même bien noté que la critique fait le choix délibéré d'un Breton et de nul autre, car dans l'hexagone, ils ne sont finalement pas tant à pouvoir être épinglés pour amour obsessionnel - et sans doute caricatural aux yeux des autres - de leur… disons à l'ancienne : de leur "petite patrie" au point de pouvoir constituer un "type" sociologique le temps d'une ritournelle. Et de ce point de vue, il convenait de ne pas accepter une nouvelle bécassinade, même si nous savons à présent quelle pose au fond plus de questions sur les auteurs que sur les victimes.

Maintenant, que pour se déclarer breton, il faille bientôt passer un examen pour s'assurer d'un corpus de connaissances obligatoires, il ne faut pas pousser le bouchon trop loin non plus. Depuis toujours on peut être breton à tous les niveaux et le défaut culturel académique, s'il handicape incontestablement, ne peut interdire l'expression sur d'autres terrains, tels qu'on peut comprendre par exemple l'agacement de ceux qui voient des "gwen ha du" brandis en aussi grand nombre sur la route du Tour de France.

La culture bretonne n'est volontairement pas ou peu enseignée dans le système scolaire général, public ou privé, et cela reste une entorse grave aux Droits Universels élémentaires, laquelle, bizarrement, ne met pas grand monde en émoi ni en effervescence dans le pays pourtant répertorié comme étant celui même des Droits de l'Homme. N'est-ce pas là plus qu'une anomalie : une faute démocratique inexcusable, méritant, bien plus que le Breizhou obsessionnel mais superficiel dont il est question, un intérêt d'une tout autre portée ? Evidemment, une chanson n'est pas une thèse, mais il faut quand même se méfier de sa portée en raison de sa diffusion facile.

Si vous ne faites pas partie des dizaines de milliers de bretons autodidactes qui ont largement compensé leurs manques par leurs propres moyens, la vie dans le pays concret vous imprime malgré tout de mille manières conscientes et inconscientes : tel paysage avec ses côtes océanes et ses lumières aveuglantes, quelques menhirs se détachant sur un ciel encombré, le climat avec ses saisons, ses soleils et ses bruines, les codes sociaux bien sûr, la psychologie infusant les relations quotidiennes, les pratiques usuelles, la toponymie en langue régionale avec la présence de centaines de saints spécifiques, les musiques rénovées, les danses, les costumes de pays, les peintres et même si le langage quotidien n'est plus le breton ou le gallo, notre français reste comme l'Irish English imprégné de nombreux bretonnismes …

Les Bretons nés ailleurs ?

Ils ont tous les droits de se sentir des racines, qu'ils alimentent comme ils le peuvent, à coups eux aussi de lectures avides, de retours au pays émerveillés, de préférences parfois chauvines, de choix délibérés et bien sûr d'erreurs, comme tout un chacun…

Lisez donc "Coeur de Breizh" évoquant notre émigration bretonne en Dordogne, toujours consciente de ses origines.

Et dans le même ordre d'idées on ne peut oublier ce groupe de musique bretonne remarquable d'originalité : "Wig ha wag", qui se réappropriait comme les linéaments d' un lien remontant aux grands-parents.

Jacques
Mardi 22 août 2017

@ Lucien le Mahre

"Maintenant, que pour se déclarer breton, il faille bientôt passer un examen pour s'assurer d'un corpus de connaissances obligatoires, il ne faut pas pousser le bouchon trop loin non plus."

En générale, dans tous les pays du monde, parmi toutes les nations, parmi tous les peuples, les gens mettent au coeur de leur civilisation la transmission vers leurs enfants de leur culture et de leur histoire.

J'ai beaucoup de mes amis et même des proches qui agitent le GhD à diverses occasions ou se disent fier d'être Breton... J'ai souvent posé la question mais c'est quoi un Breton... et là aucune réponse car on ne sait que répondre...

Vous nous dites avec ironie que maintenant pour se déclarer Breton il faudrait passer un corpus de connaissance obligatoire, qu'il ne faudrait pas pousser le bouchon trop loin...

Par ce que vous penser que l'ignorance de notre peuple, la fièreté stupide sans compréhension, cela s'appelle... pousser le bouchon trop loin???

Mais vous nous dites qu'il reste les paysages, la lumière, les menhirs, en gros la poésie du lieu.... C'est vrai qu'à un pauvre il lui reste l'air pour respirer alors pourquoi se plaindre...?

Vous nous évoquez que les écoles ne remplissent pas leur rôle, que les textes sur les Droits de l'homme nous disent des choses, qu'il y aurait un pays des Droits de l'homme...

Si je rencontre un Suisse qui ignore qui est Guillaume Tell, si je rencontre un Allemand qui ignore qui est Gütenberg, si je rencontre un Anglais qui ignore qui est Cromwell, un Italien qui ne connait pas Galilleo... mais qui m'exprime sa fièreté nationale je ne peux m'empêcher de ressentir un malaise.

On ne peut considérer l'ignorance extrême comme acceptable ou pire encore comme une normalité...

A part les Français qui atteignent un taux incroyable d'ignorance de leur identité inversement proportionnelle à leur chauvinisme (cela va souvent de paire), les Bretons suivent rapidement derrière. Certes les Français sortent moins leur drapeau vu que l'Etat le fait largement pour eux, les Bretons qui officiellement n'existent pas doivent donc compenser...

L'Etat ne fait rien, mais exiger quelque chose d'un état qui a inventé le Roman National pour induire en erreur ses propres citoyens faut pas rêver...

Mais qu'est-ce qui nous interdit à nous les Bretons d'instruire nos propres enfants?

D'amener le niveau à la moyenne de la connaissance culturelle et historique que l'on rencontre chez les autres européens?

Entre un niveau moyen nécessaire et un niveau académique, on devrait normalement savoir discerner la différence...

Sauf qu'en Bretagne, même DIWAN n'enseigne pas et pire ne tente rien pour amener ses élèves à ce niveau moyen nécessaire.... Alors que de penser des autres écoles... Dans une interview ABP au FIL on a pu entendre une jeune fille d'un Bagad affirmer que Nantes n'est pas en Bretagne, on atteint les bas fonds car même chez les Français la majorité honnête intellectuellement sait parfaitement que Nantes est bien en Bretagne...

L'ignorance est devenue en Bretagne un état d'esprit... cela ne choque plus... le milieu militant s'en accommode parfaitement souvent aidé en cela par des années de copinage politique avec des jacobins qui leurs ont fait perdre le sens des réalités du monde réel hors des frontières du fameux pays des Droits de l'Homme...

Alors non et non...

Les drapeaux oui mais le moins possible avec un ignorant fier de lui dessus... qui en plus donne l'occasion à d'autres ignorants français de se payer sa tête, d'autant plus facilement qu'il existe une tolérance institutionnalisée pour se foutre des Bretons...

Le Breton moderne qui donne le bâton pour se faire battre en pensant ainsi se rendre sympathique... raz le bol!

Bernez Jestin
Mardi 22 août 2017

Kunujennin ar Vretoned : ur boaz gall diazezet-mat. Lennit "Ils ont des chapeaux ronds" gant Roger Faligot hag André Bernicot... Kenderc'bel a ra hag a raio... Ah ah ah !

Lucien Le Mahre
Mardi 22 août 2017

@jacques

Si vous avez compris que je prône le statu quo et la non-instruction des Bretons concernant leur culture, leur histoire et leurs langues alors que je parle d'entorse par la France aux Droits de l'Homme et à la Démocratie à ce sujet, mais sans oublier de mentionner tout le reste, vous me voyez à bout de ressources pour vous persuader du contraire.

Mais heureusement vous vous chargez de nous révéler votre point de vue l'exacte vérité des choses .

Merci à vous et bonne journée.

Olivier
Mercredi 23 août 2017

Au delà de l'intérêt artistique ou non de cette chanson, elle révèle une vérité ! Je n'ai jamais compris pourquoi dans tout les festivals de France il y a des mecs avec un drapeau Breton !!!

J'en ai même vu a un match de l'équipe de France de handball qui se jouait à lille ?!?!

Ça veut dire quoi ? C un plan drague ?

Jacques
Mercredi 23 août 2017

@ Lucien Le Mahre

En effet, j'avais compris que vous relativisiez, à tord visiblement.

Vous voyez le milieu militant breton nous parle à foison des droits de l'homme mais cela ne le gène pas beaucoup de maintenir nous enfants dans l'ignorance de son histoire violant du même coup les valeurs affirmées.

D'ailleurs cette situation contradictoire se retrouve jusqu'à dans la fameuse chanson des Tri Yann que certains perçoivent comme un texte quasi sacré : La Découverte ou l'ignorance. Il est évoqué que nous sommes civilement français (pour une fois qu'on ne parle pas de nationalité française) mais que l'on assume à chaque instant sa situation de Français... et que notre appartenance à la Bretagne n'est que facultative...

Sauf que là, il y a un mensonge placé car il est impossible pour un Breton de connaître son histoire et d'assumer une situation de Français pour la simple raison qu'il n'y a dans notre histoire, rien, absolument rien qui nous permettre d'assumer une situation de Français et de considérer une appartenance à la Bretagne comme facultative...

Tri-Yann a mon sens a menti volontairement dans ce texte en affirmant que la normalité était de s'affirmer Français avant d'assumer sa propre identité...

Hors, cette chanson est rentrée dans la tête de chaque breton...

Faut pas chercher plus loin, le malaise du mouvement breton, nous faisons le choix finalement de l'ignorance dès que cela remet en cause la doctrine Républicaine quitte à s'assoir, nous aussi, sur les Droits de l'homme et de l'enfant... C'est ce que fait Diwan jusqu'à présent ainsi que les Bagadous et cercles celtiques...

Il y a un travail phénoménal pour ramener le milieu militant breton à considérer que les Droits de l'homme et de l'enfant concernent également les Bretons, et que cela passe avant toute idéologie...

Bonne journée à vous également,

TY JEAN
Mercredi 23 août 2017

Effectivement, les bretons doivent être désormais, "fatalement" de gentils et braves indigènes, se faire traiter de cons sans réagir, se faire tondre la laine sur le dos, vendre gentiment leur patrimoine, sinon leurs terres sur fond de spéculation. Je suis aussi révolté de continuer à voir ces individus lors de marathons et autres courses, déguisés ridiculement en bigoudènes avec une pseudo coiffe en papier genre "PQ ". J'ai vu bien des bigoudènes âgées, choquées et attristées de voir ainsi dénigrée la si belle coiffe de leurs parents et ancêtres.

TY JEAN
Mercredi 23 août 2017

" Tri Yann a menti " sauf que le groupe a repris mot à mot le très beau texte de Morvan LEBESQUE extrait ( page 18 ) de son essai " comment peut-on être breton ? "

seuil éditions 1970

Jacques
Mercredi 23 août 2017

@ Ty Jean

Je l'ignorais, mais Tri-Yann aurait pu réfléchir... c'est pas interdit.

Comme vous l'aimez tellement ce texte, répondez à ces 2 questions :

En quoi un Breton doit assumer sa situation de Français?

En quoi appartenir à son pays (la Bretagne) est facultatif?

Un minimum d'explication de texte serait le bien venu pour ceux qui ont du mal à comprendre...

Nous faut-il préférer l'ignorance pour nos enfants, leur retirer l'enseignement de l'histoire de leur pays, parce que quelqu'un a écrit quelque chose, fut-il Morvan LEBESQUE...?

Ou bien faut-il faire comme les Français et inventer un Roman National compatible avec la France et appeler cela Connaissance...?

Car concilier "Connaissance" et "Situation de Français" est totalement incompatible.

Même nos brillants universitaires bretons n'arrivent pas à cette démonstration et pourtant certains s'y exercent, c'est le moins qu'on puisse dire...

Alors, on fait comment?

Franchement et après cela on s'étonne que les Français nous prennent pour des C... mais jamais semble-t-il, ils ne parviendront à le faire autant que certains Bretons eux-mêmes...

PS : Dans le texte, il est même dit ceci "Français sans problème..." or même nos militaires sont nombreux à mettre un Gwenn ha Du en place du Triliv pour combattre... Comme quoi ce texte semble avoir quelques difficultés avec la réalité des Bretons...

Jo Kergaden
Mardi 5 septembre 2017

Donc, sans me connaître, les FT se permettent de m'insulter et de chanter que je suis un con.

Parce que je porte parfois notre Gwenn ha Du.

Car en effet, lorsque je voyage, j'agrafe toujours sur la pochette extérieure de mon sac à dos de ville, un petit drapeau breton blanc et noir.

Pourquoi, me demanderez vous?

Parce que ça permet aux gens qui me croisent de savoir d'où je viens et éventuellement, d'entrer en communication avec moi.

Car j'ai constaté depuis longtemps lors de mes différents périples, un réel capital de sympathie à l'égard des Bretons. Dans toute l'Europe occidentale, déjà. Mais aussi dans de nombreux autres points du globe où nous sommes connus.

Combien de fois m'a -t-on interpellé par un «  You are from Brittany... nice ! cool ! » ou un « So, Sie kommen aus der Bretagne !  Schön !» ou encore un «  Estas de la Bretana ? » Ceci permettant alors de lier conversation et de faire connaissance.

Car nous sommes très généralement aimés, nous les Bretons. Reconnus et appréciés.

Ce n'est pas forcément le cas des Français qui, eux, passent presque partout pour des arrogants monoglottes désagréables et irrespectueux.

Je profite donc régulièrement de ce capital de sympathie avéré en notre faveur grâce à ce petit bout de toile blanche et noire à hermines et rayures horizontales que je laisse voir.

Et je le rencontre souvent, ce beau drapeau blanc et noir, aux quatre coins du monde !

Il nous permet de nous retrouver en tant que Bretons exilés ou en déplacement. De boire un pot ensemble et de s'échanger des « tuyaux » pour mieux appréhender le pays lointain où nous nous retrouvons.

Il peut donc rendre service aussi, grâce à la solidarité que nous montrons entre nous. Par exemple, il y a deux ans quand, en Hongrie, nous nous sommes retrouvés, un pote et moi, sans possibilité de retour suite à des soucis et contre-temps vécus par notre co-voitureur. C'est en allant vers des Gwenn ha Du portés par des compatriotes que nous avons trouvé un super plan retour.

Alors tant pis, si je suis considéré comme un con par des bouffons peut-être encore plus cons que moi. Je persévérerai malgré l'insulte qu'ils me portent. Car je ne fais aucun mal, moi, contrairement à eux avec leurs propos imbéciles et blessants. Bien au contraire : j'offre souvent le plaisir d'une conversation et d'un échange agréable à ceux qui nous aiment.

Ha c'hwi, c'hwiled vil ha fall, kerzhit da gaoc'haat, 'ta !

Fabien Picardia
Mercredi 11 octobre 2017

C'est fou tout ce tintouin pour une simple chanson. Tant de commentaires qui respirent la bienveillance, le respect d'autrui... Grâce à une critique subjective sur les paroles d'une chanson, c'est le déchaînement ! Histoire de la Bretagne, de son 'martyr', on crie au préjugé à l'attaque morale -au passage résumer les gars du nord à des supporters du fn c'est pas mieux, bref on refait la guerres des mondes et des provinces françaises.

C'est lamentable (d'un autre côté vous m'avez bien fait rire).

Détendez-vous et rappelez-vous : C'EST UNE CHANSON (à prendre au 3e degré) bon sang !! Pour ceux qui s'offusquent qu'ils ne s'en prennent pas aux corses, réécoutez bien... Mais c'est pas le débat.

Les Fatals Picards se moquent de TOUT le monde, gentiment ! Faut juste les écouter. Certaines chansons sont plus engagées, je vous renvoie vers le titre "Gros con" qui ne fait référence ni à un breton, ni à un picard, ni à un corse, mais à un homme (dans cette situation on se fout des origines hein) qui bat sa femme.

La chanson qui a provoqué tout ce tollé a, au contraire, fait une énorme pub aux bretons (la vente de drapeaux bretons a du connaître une grande croissance juste après sa sortie, vu le nombre qu'il y a lors des concerts).

Alors détendez-vous !

Vous l'aurez compris, Je suis un "connard" de picard, fan des fatals picards. Pour autant j'aime autant les bretons que les normands, les savoyards que le picards... On est tous dans le même bateau, alors tâchons de vivre ensemble.

Ah, et j'ai aussi un drapeau picard sur mon sac a dos, pour bien passer pour un tocard. J'assume et je prends sur moi.

Écrire un commentaire :

Combien font 2 multiplié par 7 ?

Publicités et partenariat