Ils ont acheté la presse : pour comprendre enfin pourquoi elle se tait, étouffe ou encense

-- Media et Internet --

Présentation de livre de Christian Rogel

Publié le 26/01/15 22:20 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Une presse incestueuse, parce qu'essentiellement parisienne

En un seul livre, on peut comprendre, à la fois, combien il est triste que la France soit dotée d'une capitale prédatrice des finances du pays pour des résultats médiocres et d'une élite politico-journalistique, mafieuse et corruptrice, mais qui se présente comme cuirassée de bons sentiments à l'égard du peuple, alors que les plus « progressistes » de ses membres encaissent des millions de dividendes en se faisant passer pour des salariés désintéressés.

C'est le Breton Jean Picollec, un éditeur souvent audacieux et libre dans ses choix, qui a accepté d'éditer un ouvrage dont la première édition a été épuisée, malgré le boycott sans failles de la «grande presse ». La presse régionale ne participe pas aux pantalonnades des dirigeants de presse parisiens, mais en partage les subventions et le conformisme subséquent.

Cette deuxième édition s'enrichit des autres scandaleux cadeaux payés par les contribuables sous Hollande qui prolonge ainsi Sarkozy, qui lors des États-Généraux de la Presse en octobre 2008, avait déjà pu être qualifié de Père Noël en faisant monter à des milliards d'euros les aides de journaux qu'il s'agissait, presque ouvertement, d'acheter. Aurélie Filipetti, ex-ministre socialiste de la Communication, croit le justifier en décrétant « le rôle citoyen » de la presse. Partout ailleurs, on appellerait cela de la corruption (donner de l'argent pour obtenir des faveurs). Mais, la France est exceptionnelle : ses journalistes n'ont pas la basse idée de la reconnaissance du ventre. Coucher avec les représentants du pouvoir n'est que la modeste concession qu'ils lui font. Voir p. 251, une liste indicative de couples politiques + journalistes.

Une enquête précise et documentée sur les nababs milliardaires et « progressistes » qui achètent la presse avec l'argent des contribuables

Le sérieux de l'enquête de Benoît Dormann, ancien journaliste économique et consultant en gestion des risques, se voit à l'abondance des références (191 pour les 60 pages du 2ème chapitre !). Le constat est accablant pour les pseudo-progressistes comme Denis Olivennes, Mathieu Pigasse, Pierre Bergé, Louis Dreyfus, Audrey Pulvar, Anne Sinclair, Claude Perdriel, Laurent Joffrin, Edwy Plénel, Arnaud Montebourg et autres Club de réflexion social-démocrate Terra Nova.

Les quatre premiers, avec leur compère « éloigné de la politique », Xavier Niel (propriétaire de Free), le seul multi-milliardaire de la bande, ont réussi à flouer les journalistes, qu'ils soient du Monde, de Libération ou du Nouvel Observateur et des Inrockuptibles en se faisant passer pour les chevaliers blancs de l'indépendance de la presse, soi-disant prêts à se sacrifier pour leur éviter de tomber dans la gueule de « grands groupes étrangers ».

A l'arrivée, confusion entre actionnaires et rédaction, dégraissages massifs en commençant par ce qui est le moins voyant, les pigistes, mais, toujours pas de solution pour abaisser les coûts d'impression et de distribution qui plombent la rentabilité des quotidiens et des hebdomadaires imprimés, dont certains croient voir la disparition totale dans moins de 25 ans.

Des montagnes d'argent public pour une presse en perte de substance et de crédibilité

Ce n'est qu'en qu'en 2012 que les subventions gigantesques de l'État à la presse imprimée et en ligne ont été révélées grâce à la Cour des Comptes et l'Agence Bretagne Presse a publié plusieurs articles pour les mettre au jour ( -> voir l'article d'ABP ).

Cependant, cela ne concerne que les aides directes et il manque les aides indirectes tout aussi énormes et Benjamin Dormann nous révèle qu'on atteint maintenant la somme exorbitante de 4,2 milliards d'euros (tableaux p. 401 et 402). Le pire est que la glissade de la presse généraliste parisienne et régionale continue : les lecteurs désertent ce qu'ils soupçonnent être les faux-nez de leurs gouvernants. On n'enquête pas ou peu, on prend pour argent comptant les rapports ministériels et, pire, on invente des pseudo-oppositions de personnes, traités en épisodes faussement dramatiques.

Ce qui est fascinant, c'est que Nicolas Sarkozy a accepté, espérant un retour d'ascenseur, de faire des cadeaux à des dirigeants d'entreprises, le plus souvent diplômés de l'ENA, qu'il savait liés à Laurent Fabius, Dominique Strauss-Kahn et même plus anciennement, à Michel Rocard. Les plus riches, Mathieu Pigasse, Pierre Bergé et Xavier Niel, ont perdu, volontairement, quelques dizaines de millions pour gagner en notoriété et en influence. Quant à Denis Olivennes, l'inspirateur de la loi Hadopi, -un autre loupé-, il a saisi, après avoir « sauvé » le Nouvel Observateur, la première occasion pour se faire rémunérer par Lagardère, dont le lien avec l'État est plus solide (armements).

L'auteur mentionne peu Le Figaro (128 millions de pertes en 8 ans, mais, soutien de Dassault, serviteur de l'État) et les hebdos de droite qui reçoivent aussi des subventions, mais tendent la sébile de manière moins voyante.

La presse française n'est toujours pas Internet

La place manque pour rendre compte des remarques de l'auteur sur la presse en ligne « pure player », mais, elle aussi est arrosée (sauf Arrêt sur image) et l'Agence Bretagne Presse), et ne manque pas liaisons avec le pouvoir : l'avocat de Mediapart est l'ami et l'espion de Hollande auquel il a rendu compte de l'enquête sur Cahuzac, tandis qu'Anne Sinclair, très liée à l'establishment socialiste, est directrice éditoriale d'un Huffington Post France, passé du Monde à AOL. En s'attribuant illégalement, avec la complicité de Bercy, un taux de TVA super-réduit, la presse en ligne « pure player » reste très déficitaire et risque de faire condamner la France à une amende salée (remboursement du différentiel).

Quatrième pouvoir ? Non, la communication du pouvoir en évitant ce qui fâche

Benjamin Dormann s'attarde sur les réseaux d'influence parisiens et étrangers dans lesquels se croisent tous les personnages cités. Le plus voyant est le groupe des «Young Leaders », sélectionnés par la French-American Foundation. Dans la liste des hommes politiques, les membres du Parti socialiste dominent (12 sur 21) grâce à la fournée 2011-2012, dont les noms les plus en vue sont Emmanuel Macron et Fleur Pellerin, mais François Hollande (en 1996), Arnaud Montebourg (en 2000) et Najat Vallaud-Belkacem (en 2006) avaient été repérés. On y trouve le gratin de la presse parisienne (la presse régionale est méprisée, car, sans influence) : Christine Ockrent, Annick Cojean, Audrey Pulvar, Emmanuel Chain, Jean-Marie Colombani, Louis Dreyfus, Bernard Guetta, Laurent Joffrin, Yves de Kerdrel, Denis Olivennes, etc. Mathieu Pigasse, banquier d'affaires a été repéré dès 2005. Plus important encore est le Club du Siècle où tous les hommes de presse et les journalistes importants ont leur couvert pour cultiver l'entre-soi et le communautarisme des élites politiques et économiques.

Dans un long sous-chapitre, l'auteur regrette le manque de curiosité de la presse vis-à-vis du Cercle Bilderberg, qui organise des réunions privées pour les grands de la planète, auxquelles certains individus cités plus haut ont pu assister et dont ils ont respecté la confidentialité, parfois renforcée par des voies de fait sur des journalistes trop curieux.

Le dernier thème traité est la façon dont le club de réflexion Terra Nova obtient des commentaires bienveillants et respectueux par des journalistes volontiers fascinés par les sondages orientés et les talents de prestidigitateur d'Arnaud Montebourg.

Citations choisies

« En deux mots, la presse de gauche s'est vendue. Au pouvoir étatique, d'une part, et à des financiers politisés, et, finalement, aux mêmes dans la durée ».

« La presse généraliste a fait le choix de distraire de plus en plus les lecteurs à coup de pipolisation, au lieu d'enquêter et d'informer comme elle le devrait ».

« Même naïf et sans diplôme, le citoyen lambda sent bien la vérité cachée en coulisse de la comédie qu'on lui joue ».

« Ce cinquième pouvoir, celui des réseaux, est, aujourd'hui, devenu le plus fort, la presse, quatrième pouvoir, pourtant indispensable à toute démocratie, s'éteignant chaque jour davantage … à son profit ».

« Les aides financières diverses atteignent, en France, 15% des recettes de la presse, et même 26%, en intégrant… l'avantage fiscal de TVA. En Europe, le chiffre est autour de 2% » .

« (La presse) est … intégrée aux systèmes des élites qu'elle était censée surveiller pour le compte des citoyens. D'où le résultat connu : désaffection du lectorat, baisse de confiance, chute des ventes et des abonnements ».

Citation de Pierre Chappaz (Wikio) : « Gavée d'argent public, la presse française est une des plus faibles du monde occidental avec ses tirages squelettiques : convaincue d'être toujours sauvée par l'État, (elle) ne se remet pas en cause, n'évolue pas ou peu, rate le virage Internet ».

Citation de Xavier Niel : « Quand les journalistes m'emmerdent, je prends une participation dans leur canard et ils me foutent la paix».

Citation d'Ezra Suleiman : « La France est l'une des rares sociétés où l'appartenance à l'élite.. devient permanente… La France pensait avoir remplacé l'aristocratie par la méritocratie…, elle est devenue une aristocratie diplomaniaque… ».

Ajout du 28-01-15

Le site de l'hebdomadaire Le Point est quasiment le seul à rendre compte de la condamnation en correctionnelle en juin dernier du PCF, de la CGT et d'une brochette d'élus syndicaux à de lourdes amendes :

(voir le site)

Rien n'a été imprimé, de peur que les ouvriers des imprimeries de presse ne bloquent les journaux qui ne feraient que de rendre compte des frasques de leur syndicat favori.

Benjamin Dormann, Ils ont acheté la presse : pour comprendre enfin pourquoi elle se tait, étouffe ou encense, 2ème édition, Éd. Jean Picollec, déc. 2014, 413 p. Index des noms cités. ISBN978-2-86477-271-2. 23 euros.

Christian Rogel

Licence pour une reproduction intégrale avec mention du nom de l'auteur et de l'Agence Bretagne Presse

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2198 lectures.
mailbox imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.
Vos 12 commentaires
Moal
Mardi 27 janvier 2015

Sur le même sujet il y a ce livre de Serge Halimi, adapté au cinéma : (voir le site)

Lucien Le Mahre
Mardi 27 janvier 2015

Un article qui ne mâche pas ses mots pour nous ouvrir les yeux et nous donner envie d'aller vérifier dans le livre tout ce qu'il évoque.
La liberté de la presse est en effet l'un des piliers de toute démocratie, comme l'est également le rôle de représentants du peuple de nos élus.
Quand ce n'est plus le cas, c'est que les choses sont déjà graves : mais nous le savions déjà à plusieurs autres titres...
Et bravo à l'ABP qui ressort blanc comme neige de l'examen...

Alwenn
Mardi 27 janvier 2015

Pourtant beaucoup de ces gens se présentent comme des maîtres de vertu, de petite vertu, en fait, alors.
Notre Edwin Plenel, par exemple. Il a fait quelque chose de mal ? Je n'ose y croire !

Christian Rogel
Mardi 27 janvier 2015

Edwy Plénel, né à Nantes et qui indique volontiers le origines morbihannaises de sa famille est beaucoup moins sévèrement brocardé que Bergé, Niel, Olivennes et Pigasse.
Il prétend que Médiapart gagne de l'argent, alors qu'il ne paie pas la TVA au bon taux et a entraîné tout un ensemble de sites avec lui.
Si l'Union européenne ne valide pas le tour de passe-passe, cela fera quelques centaines de millions que l'Etat devra réclamer aux éditeurs du Net qui auront été flashés par la Commission euorpéenne.

bernard guyader
Mercredi 28 janvier 2015

Bon dia ..une présentation efficace et concentrée ..N'oublions pas " west-torch ( ouest france)" dont les dégats pour la Bretagne sont incommensurables ...En ce qui concerne Médiapart et son créateur ... un centralisme de type jacobino- jésuite ..de bons sentiments et une voie immuable -la république .la france .l'égalité comme idéal à perpétuité pour nourrir la crédulité des sujets .Adeu Bernard Guyader

Philippe Guilloux
Mercredi 28 janvier 2015

C'est gens ne sont pas très malins. Ils ont dépensé de l'argent là où d'autres ont les mêmes prérogatives et les même pouvoirs gratuitement. Pire, on les paye pour çà et avec de beaux salaires... Je parle bien entendu du service public. On y retrouve parfois les mêmes d'ailleurs. Et surtout on y retrouve les mêmes discours. Pas vraiment sur le pouvoir car ils ont tous compris que le pouvoir politique, c'est bien pour rigoler, pour parler du chien du Président ou de ses virées en scoot. Non, le même discours sur l'austérité, les efforts que doivent faire les salariés, les retraités. La remise en cause des acquis sociaux, le recul de l'age de le retraite. Le même et éternel discours ressassé, rabâché pour qu'il devienne une évidence aux yeux de tous. Il suffit de parcourir quelques forums pour le constater. Les propos tenus sur certaines professions ou catégories sociales par d'autres citoyens sont insupportables. Les intermittents ? Des fainéants qui profitent du système. Les fonctionnaires. Pareil, des fainéants. Ne parlons même pas des enseignants et de leurs vacances... Les plus fervents ennemis des 35 heures ne sont pas les patrons. Ce sont des citoyens comme vous et moi, bien formatés : travailler plus pour gagner moins. Ils reprennent aussi le discours économique qu'on leur sert tout prêt, aussi indigeste qu'une barquette de plat préparé. Il suffit de parler un peu de la Grèce en ce moment. Quand est-ce entend-on des gens comme Frédéric Lordon par exemple ? Je vous conseille de regarder le documentaire "les nouveaux chiens de garde" qui est très éclairant sur ce point.
Je trouve par contre injustifié la critique sur Médiapart et son taux de TVA.Médiapart refuse de payer un taux majoré là ou la presse papier paye un taux minoré. Ca me semble pas illogique que les deux taux soient alignés, surtout quand on se dit que l'écologie, c'est pas forcément un mal et qu'imprimer un journal qui va aller à la poubelle, voir éventuellement servir à éplucher les patates, c'est pas une nécessité.

Alwenn
Mercredi 28 janvier 2015

"Si l'Union européenne ne valide pas le tour de passe-passe, cela fera quelques centaines de millions que l'Etat devra réclamer aux éditeurs du Net qui auront été flashés par la Commission euorpéenne."
Pour moi il faut distinguer deux choses :
1 - L'aspect économique : comment on fait vivre ou survivre un media. Ca n'est pas simple, les gens ne se tournant pas forcément vers la qualité. Et ne se bouscule pas pour aider un media à vivre, quand l'information gratuite est surabondante.
2 - L'aspect idéologique : au service de qui ou de quoi est la presse.
Les deux sont cependant forcément lié, ceux qui financent la presse, public ou privé, ne le faisant pas de façon désintéressée
En plus, les journalistes adopte le plus souvent l'idéologie de la classe dominante à laquelle ils appartiennent.
Le "quatrième" pouvoir n'est en fait qu'un organe du pouvoir et non un contre-pouvoir.
Les media français défendent consciemment ou pas l'idéoloie jacobine.
Ce qui fait qu'ils nous sont presque tous hostile.

Reun Allain
Mercredi 28 janvier 2015

Article très intéressant sur un ouvrage instructif mais dont les révélations sont inévitablement en dessous de la vérité tant sont insondables les « cachoteries » de cette presse subventionnée, dirigée par des patrons aux intérêts idéologiques ou financiers incompatibles avec le métier.
Comment accéder à l'information quand le souci des professionnels de la « grande presse » est d'occulter ce qui dérange ? Qu'il s'agisse de journaux radio, télévisés ou imprimés les entreprises sont contrôlée à la fois par les directions aux ordres et par des syndicats réfractaires aux informations compromettantes quand eux-mêmes sont impliqués dans des pratiques frauduleuses.
En effectuant quelques recherches sur ces pratiques, même sur internet par le moteur de recherche bien connu on ne trouve que quelques titres à avoir publié sur les condamnations de la GGT, le PC, le CE d'EdF. Il s'agit d'amendes assez lourdes et des peines de prison (avec sursis). Etonnamment aucune TV n'en avait rapporté les faits pourtant très graves, ni l'Express, ni Le nouvel Obs et ne parlons de Libé ou le Monde qui n'auraient pas risqué une grève dans leur rédaction.
Voir quelques liens rares ci-dessous sur ce sujet occulté par la plupart des organes de presse.
« les quotidiens parisiens sont dépendants de la CGT pour être imprimés par le Syndicat du livre CGT »
(voir le site)
« le tribunal correctionnel de Paris a prononcé le 1er octobre des peines de prison avec sursis à l'encontre des responsables du CCAS. Elle a aussi condamné la CGT à 20 000 ¤ d'amende et la société du journal l'Humanité à 75 000 ¤ d'amende. »
(voir le site)

Dewi
Jeudi 29 janvier 2015

« Je vous conseille de regarder le documentaire “les nouveaux chiens de garde” qui est très éclairant sur ce point. »
« Les nouveaux chiens de garde » est ouvertement inspiré des films de Pierre Carles sur la critique des médias. « Hollande, DSK, etc… » est pas mal dans le genre, il parle du pouvoir des médias dans le processus de présélection des candidats. On peut le voir sur son site officiel (voir le site) J'ai bien aimé également son dernier film « Opération Correa : Les ânes ont soif ».

Léon-Paul Creton
Jeudi 29 janvier 2015

L'argent des subventions n'est sans doute pas leur préoccupation principale, si l'on lit les éléments d'édito ci-dessous et vieux de trente ans!...
“Bien sûr, nous sommes résolument cosmopolites. Bien sûr, tout ce qui est terroir, béret, bourrées, binious, bref, “franchouillard” ou cocardier, nous est étranger, voire odieux.”
(Pierre Bergé, Georges-Marc Benamou et Bernard-Henri Lévy, dans l'édito du premier numéro de Globe (1985).

Alwenn
Vendredi 30 janvier 2015

Au fait, c'est qui "ils" (ont acheté la presse) ?
On a des noms, mais ces noms travaillent-ils pour eux-mêmes ?
"L'argent des subventions n'est sans doute pas leur préoccupation principale"
La presse, dont le rôle premier est paraît-il d'informer, doit être plutôt vue come un moyen de contrôler l'information, ce qui est également le but du système scolaire.
On le sait bien avec ouest-france et le télégramme, ils ont un agenda, et informer n'est pas le but premier. Sinon, à quoi servirait ABP ?
Au profit de qui travaille la presse parisienne ? Au profit des danseurs de bourrée ? Pas sûr !
Plutôt au profit des éditorialistes de feu Globe. Reste plus qu'à savoir qui ils sont et l'on saura pour qui travaille le système !

Léon-Paul Creton
Samedi 31 janvier 2015

« Bulletin Paroissial et dominical. »
Je suis toujours amusé de voir que l'essentiel du « talent », de beaucoup de journalistes, ne se manifeste (si l'on peut dire) que dans la recherche d'un titre (une accroche ?) basé sur des jeux de mots éculés, souvent pas très fins et chapeautant des articles de l'AFP répétés à quelques mots près dans les « grands » journaux hexaconnaux !
Pour qui travaillent-ils, Alwenn ? Et à quoi ??? Et pourquoi
“Bien sûr, nous sommes résolument cosmopolites. Bien sûr, tout ce qui est terroir, béret, bourrées, binious, bref, “franchouillard” ou cocardier, nous est étranger, voire odieux.”
… 1985…
À ces questions que je me suis posées il y bien plus de trente ans j'ai considéré au moment où j'en ai pris connaissance, que cette phrase cosignée par ce trio là, porte voix et soutient de causes « orientées », était une réponse qui pouvait induire des actions et des engagements "au moins" dans une direction : Eh bien faire en sorte _ô ½uvre civilisatrice de la pensée cosmopolite_ que « le Pays de Plouc et les Plouciens évoluent pour leur bien et dans leur propre intérêt bien entendu» !
Mais évolution suivant les normes, les modèles sociétaux et les intérêts « divers »… des trois varappeurs éclaireurs, éveilleurs, descendant d'un Sinaï politique quelconque, avec leurs tables de nouvelles lois pour une nouvelle terre lait et de miel… Qu'ils se seraient « promise » ?
Ce qui existait était (est encore ? Le sera-t-il toujours ?), trop « étranger » et trop « odieux » ?... Je m'interrogeais voilà longtemps et aujourd'hui encore davantage mais non plus sur leur démarche « civilisatrice » _ qui peut le croire_ pour laquelle je n'ai aucune attirance, ni ne veut, ni à laquelle ne croit car je la considère comme une agression. La résonance de ces deux mots dans le contexte actuelle est…intéressante !
Si je n'ai pas la réponse entière car complexe. Car il le faut, c'est une conviction soutenue par cette phrase déclarée sans ambiguïté que je me suis faite, ces gens n'ont aucun égard pour nous…Bretons. Et s'ils ne sont pas nos amis, si nos us et coutumes leurs sont « étrangers » et « odieux », que sont-ils ? Qui servent-ils ? Quelle idéologie ? Quels politiciens durs et mous ? Quels pays ou nations ?
Depuis des dizaines d'années les journaux en première ligne, la télé dès son implantation dans les foyers, les émissions reportages, débats politiques, religieux, économiques…CULTURELS semblent avoir été établis et organisés dans le seul but de faire s'écrouler l'ancien monde… Pour le seul monde jacobin ???
Tout ce système d'information n'est plus depuis des décennies qu'un GOLEM qui fait tomber les parchemins de son front dans tous les tuyaux utile à son animation, à sa pérennité et…projet !
Oui à qui devons-nous (en dehors de nous !) ce que nous subissons? Oui à qui peu bien profiter le crime ?
C'est je crois de bonnes questions !

ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.